Billet 5. LE POLYPE LITTERAIRE

Nadège Lechevrel, Bénédicte Percheron, Gisèle Séginger 

L’utilisation des outils informatiques et statistiques nous a permis d’interroger et de visualiser les données extraites des textes du corpus BIOLOGRAPHES et de nombreux textes en ligne (sur Google Livres et dans des bibliothèques numériques comme Gallica). Il a été possible de cerner rapidement un champ lexical complexe (Billets 1, 2 et 3), puis d’étudier diachroniquement l’usage des termes (Billet 4). Il est maintenant possible d’aborder la circulation des savoirs scientifiques et leur mise en texte afin de confronter l’analyse automatique des masses de données à l’interprétation des œuvres et aux connaissances de l’histoire des sciences.

Tandis que le polype appartenait autrefois aux merveilles presque fantastiques de la nature, au XVIIIsiècle, il entre tout à fait dans la science grâce aux travaux de Peyssonnel puis surtout de Trembley qui fait la preuve de sa nature animale (1744). Mais il continue néanmoins à fasciner les scientifiques, les philosophes et les poètes jusqu’au XIXsiècle. Bien que sa nature animale ait été établie, le polype demeure un sujet d’intérêt majeur. Il est en effet impliqué dans de nombreuses réflexions sur la classification. Témoin d’un passé lointain de la Terre, le polype stimule l’imagination des scientifiques et de poètes parce qu’il semble être au plus près de l’origine rudimentaire de la vie. Il permet presque de toucher à l’origine, et Lamarck le place au « dernier des échelons » de la classe des animaux (Discours d’ouverture du cours des animaux sans vertèbres, 1806). Dans sa Philosophie zoologique (1809), le polype est juste avant les infusoires, le stade le moins élaboré de la vie. La simplicité de son organisation ou de sa reproduction le rapproche de certains végétaux : il apparaît comme un être intermédiaire.

Animaux de taille modeste, souvent presque microscopiques, les polypes appartiennent à cet infiniment petit qui fait rêver tout le XIXsiècle. Certains y trouvent même une nouvelle forme de sublime, comme Louis-François Jéhan, qui, dans son Tableau de la création, ou Dieu manifesté par ses œuvres (1846), évoque à la fois des « êtres dont la grandeur nous étonne, et d’autres dont la petitesse échappe à notre vue : la Baleine colossale et le Polype microscopique » (1866 : 210) ; ou Edgard Quinet pour qui l’infiniment petit – par exemple le polype de la mer jurassique – est sublime grâce à la disproportion qui existe entre sa taille et les phénomènes auxquels il participe (La Création, 1870) ; et Camille Flammarion qui évoque dans le même sens les polypes « cent fois centenaires », à l’origine d’îles entières du Grand Océan : ils « ont exercé une action plus efficace sur la structure de la Terre que ces masses monstrueuses de baleines et d’éléphants, que ces énormes troncs de figuiers et de baobabs. » (La pluralité des mondes habités, 1862 : 42)

Il n’est donc pas étonnant de voir que dès le XVIIIsiècle, au-delà des travaux centrés sur sa nature et ses propriétés, le polype a sa place dans des argumentations scientifiques plus générales voire philosophiques. De son pouvoir régénérateur La Mettrie conclut aux propriétés d’organisation de la matière (L’Homme machine, 1747). Pour sa part, dans Le Rêve de d’Alembert (1769), Diderot attribue à son ami d’Alembert le rêve d’une surhumanité qui serait dotée de la puissance vitale du polype. Utilisé parfois comme argument matérialiste, chez les philosophes du XVIIIsiècle, à l’inverse, le polype alimente la thèse d’une présence active de Dieu dans la nature chez Chateaubriand (Le Génie du christianisme, 1802) et encore plus tard chez un scientifique comme Félix Pouchet, directeur du Muséum d’histoire naturelle de Rouen. Dans L’Univers : les infiniment petits (1865), il explique par l’inspiration divine la composition magistrale d’un polypier géant, la Coupe de Neptune, dont il expose un exemplaire dans l’entrée du Muséum : il faut se demander, dit-il, « quelle aspiration suprême indique à cette multitude d’ouvriers si éloignés, et tous enchaînés dans leur cellule, qu’il faut cependant mouler la coupe dans ses proportions artistiques. » (Pouchet, 1865 : 53). Et il conclut : « Cette magnifique construction est le plus beau défi que l’on puisse jeter à l’école du matérialisme. » (ibid.) Lecteur de Chateaubriand et ancien élève de Pouchet, Flaubert n’adhère pas à ce type de perspective. Cependant, il a été marqué, comme bien des écrivains de sa génération, par une conception romantique de la nature productrice de beautés que l’art peut lui envier. Dans La Tentation de saint Antoine de 1874, il imagine une hallucination ambiguë, une vision d’un vitalisme endiablé, qui aboutit à une extase douteuse, dont on ne sait trop si elle est inspirée par le Diable ou par Dieu. Saint Antoine voit une série chaotique de métamorphoses naturelles qui confondent les trois règnes de la nature, et montrent l’instabilité des espèces et des formes : des polypes apparaissent alors qui ressemblent à des sycomores, mais ils portent des bras sur leurs branches et des chenilles en guise de fleurs. Remontant l’échelle des êtres, par-delà la séparation des règnes, Antoine croit voir la vie naître, dans une ultime hallucination. De même, sans conclure sur l’origine d’une vitalité merveilleuse, le poète Richepin chante la vie qu’il regarde « se transformer sans fin » depuis les « anciens types » : il voit la vie devenir l’infusoire, entrer dans les polypes, et « monter toujours » (La Mer, 1886).

La littérature trouve dans la science des potentialités poétiques qu’elle s’empresse d’exploiter tandis que, dans l’autre sens, l’imagination scientifique semble parfois stimulée par la poésie : elle inspire des hypothèses audacieuses ou fournit des images qui donnent forme aux conceptions abstraites. La relation entre science et poésie est donc un échange en double sens, d’autant plus que les écrivains et les scientifiques dialoguent encore aisément, et collaborent parfois. Dans ses notes au Chant III, de L’Homme des champs, Delille cite Buffon, Forster et Bougainville, les observations de Peyssonnel, Réaumur et Jussieu lorsqu’il évoque les « miraculeux travaux » des insectes des mers. Les polypes constructeurs des récifs coralliens ont inspiré à Lyell (Principles of geology, 1830) et à Charles Darwin (The structure and distribution of coral reefs, 1842) l’idée d’un temps long qui transforme la nature, et Michelet qui cite les deux scientifiques anglais puise dans leurs ouvrages une nouvelle forme de merveilleux. Il évoque les « faiseurs de monde » dans les rêveries poétiques de La Mer : silencieux travailleurs du fond des océans, contre lesquels même les tempêtes ne peuvent rien, les polypes sont à l’image du Peuple, dont l’historien espère le triomphe en dépit des aléas de l’histoire. Après la Commune, Jean Richepin, file aussi la métaphore des polypes-ouvriers, et il met en garde les nantis : « écoutez donc le bouillonnement formidable qui bruit sous vos pieds. C’est le banc de corail qui monte lentement, par l’effet des polypes, prolétaires obscurs mais innombrables. Qu’il arrive à fleur d’eau, et votre navire sera soulevé, retourné la quille en l’air, vidé comme avec la main. » (Les étapes d’un réfractaire : Jules Vallès, 1872 : 94)

De leur côté, les scientifiques se montrent volontiers sensibles aux qualités plastiques du polype et du corail, et d’autant plus que la poésie de la fin du XVIIIsiècle et du début du XIXsiècle en avait déjà souligné la beauté. Dans The Loves of the Plants (1789), Erasmus Darwin, un médecin et poète (traducteur de Linné et grand-père de Charles) évoquait des fonds marins merveilleux, avec les grottes de corail des Sirènes, les Naïades s’appuyant sur des rameaux de corail, ou Zostera, la souveraine des bois de Corail. Dans Les Trois règnes de la nature, publié en 1808 avec des notes de Cuvier, Delille avait évoqué le polype aux « rameaux vivants », le « vers emprisonné qui forme le corail » et surtout la place particulière de ce zoophyte, qui défie l’effort classificateur des scientifiques :

Le polype parut tout s’éclipsa soudain Tous ces nomenclateurs qui séparant les classes, Aux règnes différents avaient marqué leurs places, Virent un corps nouveau fier de ses nouveaux droits, Des règnes étonnés braver les vieilles lois, Et joignant en lui seul leur nature rivale, De leur borne incertaine occuper l’intervalle. Eh qui n’admirerait cet être mitoyen, Des règnes qu’il unit étrange citoyen ? (1808, II : 87)

Il n’est pas impossible que les qualités esthétiques du corail et son statut d’objet à la fois scientifique et poétique aient pu avoir un rôle dans le choix du petit-fils d’Erasmus lorsqu’il décida de représenter ses premières idées sur l’évolution non pas à l’aide de l’arbre traditionnel des classifications hiérarchisées, mais par le corail buissonnant (Notebook B, 1837), qui, outre sa beauté, présentait l’avantage de figurer des bifurcations et des irrégularités plus en accord que l’élévation de l’arbre avec le refus darwinien de la téléologie.

À la fin du XVIIIsiècle et au XIXsiècle le polype était parfois associé à des hypothèses philosophiques, dans un contexte épistémologique où observations, expériences et considérations métaphysiques pouvaient encore coexister. En 1762, dans ses Considérations sur les corps organisés, Bonnet, naturaliste et philosophe, évoque le polype d’eau douce étudié par Trembley mais il se souvient aussi de la loi de continuité de Leibniz (qu’il cite) et de sa chaîne des êtres unique : le passage d’une espèce à l’autre, d’un règne à l’autre est insensible, dans un monde où la plénitude est un signe de la perfection divine. La nature ne fait pas de sauts, dit Leibniz (Nouveaux essais sur l’entendement humain, 1704), et après lui Bonnet (« Tout se fait par degrés dans la Nature » (1755 : 360) qui fondait sur cet axiome une conception du « développement » (Principes philosophiques sur la cause première et sur son effet, 1755 : 360). Lecteur de Leibniz, de Bonnet, et de Dupont de Nemours (Philosophie de l’univers, 1793) qui en fait la synthèse, lecteur aussi des Illuminés du XVIIIsiècle, Nerval rêve d’une « hiérarchie non interrompue qui, partant des infusoires ou du polype, monte jusqu’à l’ange sans interruption » (« L’évêque de mer », 1850).

« L’art peut faire du polype une Hydre à plusieurs têtes et à plusieurs queues et s’il abat ces têtes et ces queues, elles donneront autant de polypes parfaits. L’imagination féconde d’Ovide n’avait pas été jusque-là » (La palingénésie philosophique, 1769, I, 229), écrivait Bonnet. Le mot hydre désigne en zoologie un polype d’eau douce mais le souvenir des Métamorphoses d’Ovide et en particulier de l’hydre de Lerne est à l’origine d’une transformation de l’animal réel en un animal presque fabuleux chez Bonnet. De surcroît, depuis l’Antiquité le mot « polype » pouvait aussi désigner un poulpe. Bien que cette seconde acception tende à se raréfier au XIXsiècle, certains écrivains entretiennent volontiers l’ambiguïté entre les bras du polype et les tentacules du poulpe, à des fins poétiques ou fantasmatiques, surtout lorsque les métaphores prennent un sens symbolique voire moral. Chez Victor Hugo, le polype étrange et ténébreux, est une métaphore de l’horreur qui saisit le visiteur dans les profondeurs de certaines architectures indiennes (Puits de l’Inde) ou une métaphore de l’égout, « polype ténébreux aux mille antennes qui grandit dessous en même temps que la ville dessus » (Les Misérables, 5e partie, Jean Valjean : 147). L’animal aux tentacules gigantesques est aussi une figure de la monstruosité morale et de l’innommable, comme la bande des quatre malfaiteurs qui sévit sur Paris : « c’était le polype monstrueux du mal habitant la crypte de la société » (Les Misérables, 3e partie, Marius : 217). Quant à Michelet, dans les « Éclaircissements » de L’Insecte, à la faveur de la polysémie du terme, il glisse sans transition des « imperceptibles constructeurs du globe » (chapitre III), qui appartiennent à « l’infini de la vie invisible », à la métaphore de l’Angleterre, « polype immense dont les bras enserrent la planète et qui la palpe incessamment », comme un poulpe possessif (L’Insecte, 1858 : 377).

Au centre des rêves d’unité, de continuité du vivant, de développement ou d’évolution, objet scientifique ou image symbolique, le polype appartient à l’imaginaire d’une époque fascinée par les forces obscures du vivant, par l’infiniment petit, par une matière qui semble habitée d’un esprit ou qui inversement paraît animée d’une vitalité propre, étrange voire menaçante. Aussi il n’est pas étonnant de trouver fréquemment les polypes évoqués de manière à la fois scientifique et poétique dans les ouvrages de vulgarisation qui mettent en avant les merveilles de la nature comme ceux de Camille Flammarion et de Louis Figuier ou dans les livres pour la jeunesse de Louis Boussenard ou de Louis Jacolliot.

Ces recherches, toujours effectives dans le cadre de l’ANR Biolographes,  sont susceptibles d’être complétées ultérieurement par d’autres explorations mobilisant textométrie, visualisation, analyse littéraire et histoire des sciences.

Bibliographie du billet

BONNET, Charles, Essai de psychologie, ou Considérations sur les opérations de l’âme, sur l’habitude et sur l’éducation, Londres, s.n, 1755.

BONNET, Charles, Considérations sur les corps organisés, Amsterdam, Rey, 1762.

BONNET, Charles, La Palingénésie philosophique, ou idées sur l’état passé et sur l’état futur des êtres vivans, Philibert et Chirol, 1769, 2 vol.

BOUSSENARD, Louis, Le tour du monde d’un gamin de Paris, (1879 en feuilleton), Paris, Paris, Dreyfous, 1880.

CHATEAUBRIAND, François-René de, Génie du christianisme, Paris, Migneret, 1802, 4 vol.

DARWIN, Charles, The structure and distribution of coral reefs, Londres, Smith Elder and Co, 1842.

DARWIN, Erasmus, The Loves of the Plantes [1789, publication anonyme], repris en seconde partie dans  The Botanic Garden, Londres, Johnson, 1791, 2 vol.

DELILLE, Jacques et CUVIER, Georges (pour les notes), Les Trois règnes de la nature, Paris, H. Nicolle, 1808, 2 vol.

DELILLE, Jacques, L’Homme des Champs ou Les Géorgiques Françoises, Strasbourg, Levrault, 1800.

DIDEROT, Denis, « Le rêve de d’Alembert », in Œuvres complètes de Diderot, Paris, Assézat Tourneux, Garnier Frères, 1875, t. 2, p. 122-181.

 DUPONT DE NEMOURS, Pierre-Samuel, Philosophie de l’univers, Paris, imp. de Du Pont, 1793.

FIGUIER, Louis, La Vie et les œuvres des animaux : zoophytes et mollusques, Paris, L. Hachette, 1866.

FIGUIER, Louis, Le Lendemain de la mort ou La vie future selon la science, Paris, Hachette, 1871.

FLAMMARION, Camille, La pluralité des mondes habités : étude où l’on expose les conditions d’habitabilité des terres célestes, discutées au point de vue de l’astronomie et de la physiologie, Paris, Mallet-Bachelier, 1862.

FLAMMARION, Camille, Le monde avant la création de l’homme, Paris, Marpon et Flammarion, 1886.

FLAUBERT, Gustave, La Tentation de Saint Antoine, 1874.

FLOURENS, Pierre, « Traité du corail…, par le sieur de Peyssonnel », Journal des savants, Paris, Klincksieck, 1838, p. 108-122.

HUGO, Victor, Les Misérables, Paris, Hachette, 1881-1882, 5 vol.

JACOLLIOT, Louis, Voyage humoristique au pays des kangourous, Paris, C. Marpon et E. Flammarion, 1884.

JÉHAN, Louis-François, Tableau de la création ou Dieu manifesté par ses œuvres, Tours, A. Marne et fils, 1866, 2 vol.

LAMARCK, Jean-Baptiste de, « Discours d’ouverture d’un cours de zoologie, prononcé en prairial an XI », publication posthume, in Bulletin scientifique de la France et de la Belgique, 1907, vol. 40.

LAMARCK, Jean-Baptiste de, Jean-Baptiste de, Philosophie zoologique, Paris, Dentu, 1809, 2 vol.

LEIBNIZ, Gottfried-Wilhelm, Nouveaux essais sur l’entendement humain [1704], Amsterdam et Leipzig, Raspe, 1765.

LA METTRIE, Julien Offray de, L’Homme machine, Leyde, Elie Luzac fils, 1748.

LYELL, Charles, Principles of geology, Londres, John Murray, 1830, 3 vol.

MICHELET, Jules, La Mer, Paris, Librairie Hachette, 1861.

MICHELET, Jules, L’Insecte, Paris, Librairie Hachette, 1858.

NERVAL, Gérard de, « L’évêque de mer », in Le Diable rouge. Almanach cabalistique pour 1850, Œuvres complètes, édition de Jean Guillaume et Claude Pichois, Paris, Gallimard, Bibliothèque de la Pléiade, vol. I, 1989.

POUCHET, Félix-Archimède, L’Univers : les infiniment grands et les infiniment petits, Paris, L. Hachette, 1865.

QUINET, Edgar, La Création, Paris, Librairie internationale, 1870, 2 vol.

RICHEPIN, Jean, La Mer, Paris, Maurice Dreyfous, 1886.

RICHEPIN, Jean, Les Étapes d’un réfractaire : Jules Vallès, Paris, E. Flammarion, 1872.

TREMBLEY, Abraham, Mémoires pour servir l’histoire d’un genre de polypes d’eau douce, à bras en forme de cornes, Leyde, Jean et Herman Verbeek, 1744.

Vous pouvez aussi consulter les billets suivants :

Billet 1 : Le champ sémantique du polype : expérimentations numériques

Billet 2 : Polype, zoophyte, hydre : histoire de mots

Billet 3 : Polype dans L’Encyclopédie de Diderot et d’Alembert

Billet 4 : N-Grammes et interprétation de l’évolution terminologique

Billet 6 : Le polype : une image politique

Billet 7 : Bibliographie générale