Billet 4. N-GRAMMES ET INTERPRETATION DE L’EVOLUTION TERMINOLOGIQUE

Nadège Lechevrel, Bénédicte Percheron, Gisèle Séginger 

Après avoir défini le champ lexical du polype zoologique afin de le distinguer à la fois du polype médical et du polype/poulpe de l’Antiquité (Billet 1, 2, 3), nous avons eu recours à d’autres outils statistiques afin de suivre l’évolution des termes et de repérer dans la chronologie des scansions. En effet, à certains moments les débats suscitent une production de textes plus abondante ou privilégient un terme plutôt qu’un autre.

Nous avons d’abord utilisé le Ngram Viewer de Google, un outil qui permet d’observer l’évolution dans le temps de la fréquence d’un ou de plusieurs mots ou groupe de mots à partir de la base de données textuelles de Google Livres. Les courbes du Ngram Viewer réalisées grâce à cet outil peuvent ensuite être utilisées pour comparer la fréquence d’usage des formes choisies selon les périodes. On voit aussi dans ces courbes que l’analyse automatique a néanmoins permis de différencier les deux acceptions majeures du mot polype : l’acception zoologique et l’acception médicale.

Dans ce Billet nous avons 1) d’abord procédé à une étude des diverses acceptions du mot « polype » (kyste, poulpe ou zoophyte) au XVIIIe siècle, en distinguant tout particulièrement l’acception médicale du terme « polype » de son acception zoologique ; 2) puis à une étude diachronique des divers termes qui font partie du champ sémantique du polype/polypier en français (parmi lesquels on trouve le mot « hydre », créé par Linné pour désigner le polype en 1758, dans la 10e édition du Systema naturae) ; 3) enfin à une comparaison de l’évolution des usages dans plusieurs langues (français, allemand et anglais).

Notre recherche portant sur le polype zoologique qui sera impliqué dans les réflexions de la biologie évolutive du XIXe siècle et dans les textes littéraires et des disciplines de sciences humaines qui s’en inspireront, il était particulièrement important pour nous de le distinguer du polype médical, très présent aussi dans les textes, comme le montre le N-Gramme ci-dessous. On y voit apparaître aussi une distinction entre le polype plante (en effet le polype a été considéré comme une plante jusqu’aux travaux de Peyssonnel et de Trembley, et encore parfois au-delà surtout dans les textes littéraires) et le polype animal, souvent classé parmi les insectes dans la seconde moitié du XVIIIe siècle.

ngramm-1700-1900
Fig. 1.  Google   N-gramme,  1700-1900  :   progression  comparée  du  « polype médical »  et  du   « polype d’eau » considéré comme plante ou comme insecte (base de données : Google livres en français)

 

Ce­ N-gramme met en évidence les pics de la recherche sur les polypes d’eau et les polypes tumeurs aux XVIIIe et XIXe siècle. On remarque qu’au XIXe siècle le polype médical est plus souvent attesté que le polype de la zoologie. En effet, le siècle voit l’essor de la médecine moderne et des recherches sur le cancer. De nombreux travaux qui auront une importance du point de vue de l’histoire de la médecine citent donc ce polype. Le polype zoophyte, dont tous les scientifiques reconnaissent désormais la nature animale, est quantitativement moins présent au XIXe siècle qu’au siècle précédent où sa nature faisait débat, et où on discutait beaucoup de sa place dans les classifications. Tandis que Marsigli le considérait comme une plante, dans sa douzième édition du Système de la nature (1767), Linné inventait le « Regnum chaoticum ou chaos », une sous-classe de la classe des vers, pour les animaux-plantes parmi lesquels il plaçait le polype. Au XIXe siècle, même si le polype continue à fasciner par son apparente hybridité, les scientifiques n’ont plus de doute et le classent parmi les animaux, ce qui n’empêche pas les écrivains de maintenir éventuellement l’ambiguïté pour des raisons poétiques.

Bien que le polype médical semble prédominant si on s’en tient à l’analyse quantitative, le polype zoophyte reste en fait central dans les grands débats du XIXe siècle sur le transformisme, l’évolutionnisme ou le fixisme, et il joue donc un rôle important dans les pensées qui contribuent aux grands changements de la conception du temps, de la nature et de la vie. On voit donc que l’analyse automatique et quantitative doit être complétée – voire rectifiée – lorsqu’il s’agit de produire des conclusions qualitatives. En effet, d’une part les N-grammes ne portent que sur les livres présents sur Google Livres, et d’autre part il faut surtout remarquer que l’impact scientifique et philosophique d’une notion n’est pas proportionnel au nombre d’occurrences. Le polype médical est très présent dans des livres de médecine qui sont souvent descriptifs, techniques, et peu littéraire et n’ont pas une portée générale, scientifique et philosophique. On peut en avoir une idée en consultant la thèse d’Antoine Rouget, Le polype nasal (1806) qui ne recule pas devant la répétition du mot. Du point de vue méthodologique, il faut donc constater les limites de l’analyse automatique par les N-grammes : si elle apporte des données quantitatives à interpréter, l’analyse finale doit être plus complexe et concilier les résultats quantitatifs avec d’autres considérations.

1. Étude diachronique du champ sémantique de polype en français

Les trois graphiques suivants présentent le champ lexical du polype dans des tranches chronologiques de dimension différente. Nous avons choisi quelques termes caractéristiques :

n-gramm-7-termes
Fig. 2. Google N-gramme, 1700-1900 : progression comparée de plusieurs termes faisant partie du champ lexical du polype (base de données : Google livres en français)

 

La figure 2 montre deux phénomènes intéressants pour le XVIIIe siècle : premièrement, l’évolution conjointe des termes « polype », « hydre » et « animalcule » (formes similaires), avec la présence d’un pic simultané des formes « animalcule » et « polype » à la décade 1740-1750, correspondant à l’émergence de travaux scientifiques consacrés à la nature du polype (Peyssonnel, Trembley, Réaumur, Jussieu) ; deuxièmement, la nette séparation vers la fin du XVIIIe siècle entre les termes « polype » d’un côté et « hydre » et « animalcule » de l’autre, qui invite à explorer la polysémie du mot « polype » à partir de cette période.

Fig. 3. Google N-gramme, 1700-1800 : progression comparée de plusieurs termes faisant partie du champ lexical du polype (base de données : Google livres en français)
Fig. 3. Google N-gramme, 1700-1800 : progression comparée de plusieurs termes faisant partie du champ lexical du polype (base de données : Google livres en français)
Fig. 4. Google N-gramme, 1800-1900 : progression comparée de plusieurs termes faisant partie du champ lexical du polype (base de données : Google livres en français)
Fig. 4. Google N-gramme, 1800-1900 : progression comparée de plusieurs termes faisant partie du champ lexical du polype (base de données : Google livres en français)

2. Étude comparée des N-grammes français, anglais, allemand

En choisissant sept mots principaux dans le champ lexical du mot polype (corail, polype, polypier, hydre, animalcule, zoophyte et madrépore), il nous est possible de faire une comparaison d’utilisation lexicale dans trois langues : le français, l’anglais et l’allemand. Cette analyse est néanmoins limitée au corpus disponible sur Google Livres. Il n’est pas exhaustif, mais suffisant pour remarquer des tendances dans l’usage des termes. Les graphiques suivants permettent de repérer rapidement ces différences et de distinguer une chronologie propre à chaque pays.

Fig. 5 N-gramme anglais, 1700-1900
Fig. 5. N-gramme anglais, 1700-1900
Fig. 6 N-gramme allemand, 1700-1900
Fig. 6. N-gramme allemand, 1700-1900

Les N-grammes mettent en évidence dans les trois langues le moment où l’usage du mot « polype » devient important, en relation avec les études scientifiques sur sa nature qui se développent au XVIIIe siècle pour ce qui concerne la France, puis les différents moments de débat. La première observation que nous pouvons faire, c’est que le terme « polype » est plus fréquent en français et en allemand, tandis que le terme « corail » domine largement en anglais par rapport à tous les autres termes. Cette constatation a attiré notre attention sur l’orientation différente des travaux, qui explique l’usage lexical. La recherche francophone et allemande s’intéresse au polype même et à sa nature, à l’infiniment petit, tandis que la recherche anglaise, dans une autre dimension, étudie les récifs coralliens créés par les polypes. Les ouvrages de Charles Lyell – Principles of geology (1832, vol. 2) – et de Charles Darwin – The Structure and Distribution of Coral Reefs (1842) –, ou encore de James Dwight Dana – Corals and Coral Islands (1872) – sont bien représentatifs de cette tendance.

La recherche britannique a donc adopté une perspective davantage géologique et géographique, tandis que la recherche francophone (française et suisse) a été pionnière au XVIIIe siècle quand il s’agissait de définir la nature du polype, l’Angleterre prend le relais lorsqu’il s’agit d’étudier les grands récifs et d’en déduire des hypothèses sur le temps long qui prévaut dans la nature.

Les N-Grammes attirent également notre attention sur un décalage temporel dans l’utilisation des termes dans les textes français et les textes allemands. Il est donc indispensable d’élaborer une diachronie différenciée. Même si nous avons été obligées de tenir compte de la polysémie du mot « polype », qui désigne encore au XVIIe siècle le poulpe, et, par ailleurs, en médecine une excroissance, nous avons pu néanmoins remarquer que la recherche francophone, pionnière dans le domaine de l’étude du polype, mobilise le mot plus tôt et de façon croissante à partir du début du XVIIIe siècle, surtout à partir de l’étude de Trembley qui consacre tout un livre à la nature animale du polype. Une augmentation de fréquence est notable à partir des années 1760, soit environ vingt ans avant l’Allemagne. Outre les ouvrages spécialisés d’Abraham Trembley ou encore de Charles Bonnet, L’Encyclopédie de Diderot et d’Alembert, lancée en 1751, ou encore le Dictionnaire raisonné universel d’histoire naturelle de Jean-Christophe Valmont de Bomare (1764) ont diffusé les connaissances sur le polype, plus visible dès lors dans le N-Gramme.

En Allemagne, ce même mouvement est perceptible à partir des années 1780 seulement, grâce à la traduction de plusieurs livres de Bonnet à partir des années 1770[1], du livre de Trembley en 1775 et de la parution de travaux allemands : Johann Blumenbach, Handbuch der Naturgeschichte, 1779 ; Johann Joseph Heichhorn, Beyträge zur Naturgeschichte der kleinsten, 1781 ; Peter Pallas, Charakteristik der thierpflanzen, 1787. L’Encyclopédie de Krünitz, Oekonomisches Encyclopaediae (1758-1796), achevée par Flörke (au-delà de 1796), comportera un article « Koralle » et un article « Polypen ». On remarque aussi une recrudescence du mot « polypen » après 1800, qui correspond à la publication des ouvrages de Johann Friedrich Blumenbach (Handbuch der Naturgeschichte, 1807), de Gottfried Reinhold Treviranus (Biologie, oder Philosophie der lebenden Natur für Naturforscher und Ärzte, t. 1 et 2, 1803 et t. 3 : 1805) et de Lorenz Oken (Abriß des Systems der Biologie, 1805).

Pour affiner cette analyse réalisée à partir de Google Books, nous avons eu aussi recours à la Deutsches Textarchiv (DTA). Bien que le corpus soit alors plus limité[2], il a permis de confirmer les grandes tendances visualisées dans le N-Gramme allemand. La recherche a porté sur les formes polyp, polypena, polyp, polypen, polypus, dans 786 textes océrisés, répartis par genre et par décade dans les graphiques ci-dessous.

[1] Philosophische Palingenesie, 1770 ; Abhandlung aus der Insektologie, 1774 ; Betrachtung über die nat- Betrachtung über die Natur, 1774.

[2] Une comparaison générale des deux corpus, Google Livres et DTA, a été réalisée par ailleurs, dans le cadre du colloque annuel de l’ADHO (Alliance of Digital Humanities Organizations), en juillet 2016 à Cracovie : http://dh2016.adho.org/abstracts/144. On peut s’y reporter pour obtenir des détails concernant l’état des textes et le volume des bases de données.

Écrits littéraires Écrits non-littéraires Littérature scientifique
Fig. 7. Répartition chronologique des textes dans le corpus de la base de données Deutsches Textarchiv : http://www.deutschestextarchiv.de/ ou http://www.deutschestextarchiv.de/doku/textauswahl ou momentan online verfügbaren DTA-Titel
Fig. 8. Progression générale de la forme « polyp » de 1600 à 1990 dans la Deutches Textarchiv (644 occurrences). http://www.deutschestextarchiv.de/search/plot/?query=polyp&mode=simple;window-simple=0&genres=0
Fig. 8. Progression générale de la forme « polyp » de 1600 à 1990 dans la Deutches Textarchiv (644 occurrences). http://www.deutschestextarchiv.de/search/plot/?query=polyp&mode=simple;window-simple=0&genres=0
Ecrits littéraires Ecrits non-littéraires Littérature scientifique Presse Total
Fig. 9. Progression par type de texte (écrits fictionnels en vert, écrits non-littéraires en jaune, littérature scientifique en bleu, presse en rouge, toutes catégories confondues en orange)
Fig. 9. Progression par type de texte (écrits fictionnels en vert, écrits non-littéraires en jaune, littérature scientifique en bleu, presse en rouge, toutes catégories confondues en orange)

Les N-Grammes français, anglais et allemand ont permis aussi d’étudier la fréquence des termes « hydre », « animalcule », « zoophyte » ou « madrépore », surtout employés dans des publications spécialisées, avec des variations notables en fonction des langues. Ainsi l’hydre, polype d’eau douce, ayant fait l’objet des travaux de Trembley, est bien présent dans le N-Gramme français, et pas du tout dans le N-Gramme anglais. En allemand, le mot hydre est présent mais le N-Gramme est difficile à interpréter. En effet, lorsqu’on contrôle les travaux publiés, on découvre qu’ils sont nombreux à citer l’Hydre de la mythologie. On voit donc que l’interprétation d’un N-Gramme doit s’accompagner de vérifications faites dans les textes. C’est alors que pour cerner rapidement le contenu d’un texte, un autre outil est utile : le logiciel Tree-Cloud qui réalise automatiquement des nuages de mots et permet d’avoir une première idée du contenu sémantique d’un texte.

On peut enfin remarquer en comparant les N-Grammes français, anglais, allemand, que le mot « zoophyte » et en allemand le mot « Thierpflanze » (qui en est sa traduction) restent peu utilisés comparativement aux mots « polype » et « corail », probablement parce que le terme appartient à un vocabulaire de la classification plus spécialisé (il désigne un « ordre », une « classe », un « groupe », pouvant réunir les polypes, les éponges, les anémones de mer, les infusoires).

Les N-Grammes proposent une visualisation synthétique de l’usage des termes dans une dimension diachronique. Ils permettent de percevoir des évolutions, et de remonter aux publications qui en sont la cause, contribuant ainsi à la formulation d’hypothèses. Ils attirent l’attention sur de grandes tendances, qui restent bien sûr à contrôler à partir des textes.

Bibliographie du billet

 BLUMENBACH, Johann Friedrich, Handbuch der Naturgeschichte, Göttingen, Dieterich, 1779, vol.1.

 BONNET, Charles, La Palingénésie philosophique, ou idées sur l’état passé et sur l’état futur des êtres vivans, Genève, Philibert et Chirol, 1769.

BONNET, Charles, Traité d’insectologie, Paris, Durand, 1745.

 DANA, James Dwight, Corals and Coral Islands, New York, Dodd & Mead, 1872.

DARWIN, Charles, The structure and distribution of coral reefs, Londres, Smith Elder and Co, 1842.

DIDEROT, Denis et D’ALEMBERT, Jean Le Rond, Encyclopédie, ou dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers, etc., eds. University of Chicago: ARTFL Encyclopédie Project (Spring 2016 Edition), Robert Morrissey and Glenn Roe (eds), http://encyclopedie.uchicago.edu/

FLOURENS, Pierre, « Traité du corail (…), par le sieur de Peyssonnel », Journal des savants, Paris, Klincksieck, 1838.

HEICHBORN, Johann Conrad, Heichhorn, Beyträge zur Naturgeschichte der kleinsten, Berlin und Stettin, Nicolaï, 1781.

JUSSIEU, Bernard de, « Examen de quelques productions marines qui ont été mises au nombre des plantes, et qui sont l’ouvrage d’une sorte d’insectes de mer », Mémoire de l’Académie royale des sciences, Paris, Imprimerie royale, 1742.

KRÜNITZ, Johann Georg, Oekonomisches Encyclopaediae (1758-1796), [en ligne], http://www.kruenitz1.uni-trier.de/, [consulté le 15 octobre 2016].

LINNÉ, Carl von, Systema naturae, Holmiae, Impensis Direct. Laurentii Salvii, 10e éd. : 1758-1758, 2 vol. et 12e éd. 1766.

LYELL, Charles, Principles of geology, Londres, John Murray, 1830, 3 vol.

OKEN, Lorenz, Abriß des Systems der Biologie, Göttingen, Vandenhoek und Ruprecht, 1805.

PALLAS, Peter-Simon, Charakteristik der Thierpflanzen, Nürnberg, Raspischen Buchhandlung, 1787.

ROUGET, Antoine, Essai sur le polype nasal et particulièrement sur celui qui se développe dans le sinus maxillaire, Didot jeune, Paris, 1806.

RÉAUMUR, René-Antoine Ferchault, et TREMBLEY, Abraham, Correspondance inédite entre Réaumur et Abraham Trembley, Genève, Georg et Cie, 1943.

TREMBLEY, Abraham, Mémoires pour servir l’histoire d’un genre de polypes d’eau douce, à bras en forme de cornes, Leide, Jean et Herman Verbeek, 1744.

TREVIRANUS, Gottfried Reinhold, Biologie, oder Philosophie der lebenden Natur für Naturforscher und Ärzte, Göttingen, Röwer, vol. 1 et 2 : 1803 et vol. 3 : 1805.

VALMONT DE BOMARE, Jacques-Christophe, Dictionnaire raisonné universel d’histoire naturelle : contenant l’histoire des animaux, des végétaux et des minéraux et celle des corps célestes, des météores et des autres principaux phénomènes de la nature, Paris, Didot, 1764.

Vous pouvez aussi consulter les billets suivants :

Billet 1 : Le champ sémantique du polype : expérimentations numériques

Billet 2 : Polype, zoophyte, hydre : histoire de mots

Billet 3 : Polype dans L’Encyclopédie de Diderot et d’Alembert

Billet 5 : Le polype littéraire

Billet 6 : Le polype : une image politique

Billet 7 : Bibliographie générale