Billet 3. L’ENCYCLOPEDIE DE DIDEROT ET D’ALEMBERT

Nadège Lechevrel, Bénédicte Percheron, Gisèle Séginger

L’Encyclopédie faisant la synthèse de bien des connaissances produites au XVIIIe siècle dans le champ des sciences naturelles, il nous a semblé utile de lui consacrer une étude, pour mieux connaître le champ lexical du polype tel qu’il s’est constitué au moment des premiers grands travaux qui lui ont été consacrés à partir de Peyssonnel et Trembley (voir Billet 2).

Pour étudier la forme « polype » au XVIIIe siècle, nous nous sommes servis de la base de données du projet ARTFL (American and French Research on the Treasury of the French Language) dirigé par le CNRS et l’Université de Chicago. Cette base de données fournit un accès à l’Encyclopédie de Diderot et d’Alembert, c’est-à-dire à l’ensemble des 17 volumes d’articles et 11 volumes de planches, interrogeables via le logiciel Philologic.

Fig. 1. Nuage de mots des collocations les plus fréquentes des formes polype|polypier dans l’Encyclopédie (ARTFL Project/Philologic4)
Fig. 1. Nuage de mots des collocations les plus fréquentes des formes polype|polypier dans l’Encyclopédie (ARTFL Project/Philologic4)

Il y a 206 occurrences des formes polype|polypier dans l‘Encyclopédie. Ce nuage montre les mots les plus associés à ces formes dans une même phrase (le point de fin de phrase servant de limite).  Le nuage de mots a fait ressortir une liste de 100 mots placés à proximité de « polype » ou « polypier » dans une même phrase (collocations) dont voici les 15 plus fréquents : polypes  (27), parties  (17), animal  (15), mer  (14), mère  (14), quelques  (12), figure  (12), jeune  (11), bras  (11), forme  (11), espèce  (11), lorsque  (11), trouve  (11), animaux  (10), Trembley  (10), eau  (10), nez (9).

 Dans le nuage, la taille de la police rend compte de l’importance des collocations : plus l’association est fréquente, plus la police est grande. Précisons encore que nous avons appliqué un anti-dictionnaire, c’est-à-dire que nous avons retiré des termes fréquents et non pertinents pour l’analyse (coordinations,  auxiliaires, …).

L’étude des fréquences absolues des termes « polype » et « polypier » permet de repérer les domaines et disciplines scientifiques qui en font usage. Les deux termes polype/polypier sont surtout utilisés dans les articles d’histoire naturelle. Le polype d’eau douce apparaît aussi en botanique, zoologie et histoire. Quant au polype tumeur il est présent dans les notices de médecine et chirurgie et exceptionnellement dans des notices ayant trait à la maréchalerie et/ou le manège. La figure 2, ci-dessous, permet alors d’étudier les occurrences des deux types de polypes dans les notices qui relèvent de ces disciplines.

Fig. 2. Le polype et le polypier dans l’Encyclopédie (ARTFL Project/Philologic4). Fréquences absolues des deux formes par classe normalisées
Fig. 2. Le polype et le polypier dans l’Encyclopédie (ARTFL Project/Philologic4). Fréquences absolues des deux formes par classe normalisées

Pour affiner l’analyse, il est alors utile  d’étudier les fréquences du mot « polype » en fonction de ses acceptions et des termes « animal » et « corail » qui lui sont souvent associés dans quelques notices (fig. 3).

Fig. 3. Sélection de fréquences par entrées de l’Encyclopédie (ARTFL Project/Philologic4). Nous utilisons les majuscules pour désigner les entrées et les minuscules pour les rubriques dans une notice
Fig. 3. Sélection de fréquences par entrées de l’Encyclopédie (ARTFL Project/Philologic4). Nous utilisons les majuscules pour désigner les entrées et les minuscules pour les rubriques dans une notice

La figure 3 montre que le polype de la classe la plus fréquente est le polype/poulpe et le polype de mer et d’eau douce. Le polype du cœur de Ménuret de Chambaud (médecin, auteur de nombreux articles pour l’Encyclopédie) fait partie du polype médical (la tumeur, l’excroissance). Dans les articles « Corail » et « Animal » il est question, pour le premier, des polypiers et de leurs habitants (les polypes), et pour le second, de l’idée particulière et générale que l’on se fait du polype zoologique d’après les idées de Buffon (p. 468-469 de l’article « Animal ») :

Car il y a, de l’aveu de tout le monde, des animaux qui paroissent n’avoir aucune intelligence, aucune volonté, aucun mouvement progressif; il y en a qui n’ont ni chair ni sang, & qui ne paroissent être qu’une glaise congelée. Il y en a qui ne peuvent chercher leur nourriture, & qui ne la reçoivent que de l’élément qu’ils habitent: enfin il y en a qui n’ont point de sens, pas même celui du toucher, au moins à un degré qui nous soit sensible : il y en a qui n’ont point de sexes, d’autres qui les ont tous deux; & il ne reste de général à l’animal que ce qui lui est commun avec le végétal, c’est-à-dire, la faculté de se reproduire. C’est donc du tout ensemble qu’est composée l’idée générale ; & ce tout étant composé de parties différentes, il y a nécessairement entre ces parties des degrés & des nuances. Un insecte, dans ce sens, est quelque chose de moins animal qu’un chien; une huître est encore moins animal qu’un insecte; une ortie de mer, ou un polype d’eau douce, l’est encore moins qu’une huître ; & comme la nature va par nuances insensibles, nous devons trouver des animaux qui sont encore moins animaux qu’une ortie de mer ou un polype. (Histoire naturelle, 1749, II : 260)

Trembley (1744) ainsi que de nombreux autres auteurs utilisent le terme polype aussi bien pour désigner le polype zoologique que le poulpe. Rappelons que ce dernier usage remonte à l’Antiquité et se raréfie sans disparaître tout à fait au XIXe siècle (voir Billet 2).

Après avoir procédé à une analyse de l’ensemble des volumes de l’Encyclopédie, nous avons centré l’étude sur trois articles importants pour notre sujet : « Corail, corallum » (rédigé par Daubenton), « Plantes marines » (auteur anonyme), « Polype, Poulpe, polypus (Hist. nat.) » (auteur anonyme).

Fig. 4. Article « CORAIL, corallum (Hist. nat. Insectolog.) » de Daubenton (1754, vol. 4, p.194)
Fig. 4.  Article « CORAIL, corallum (Hist. nat. Insectolog.) » de Daubenton (1754, vol. 4, p.194)

Daubenton définit le corail comme « habitation du polype » et celui-ci comme un insecte qu’il n’a pu observer qu’au microscope. Il signale que la nature même du corail fait débat, mais il le décrit longuement comme une plante (d’où les mots « tige », « branches », « écorce »), bien qu’il fasse remarquer que c’est improprement qu’on le désigne comme « plante marine ».  L’article de Daubenton renvoie aux travaux de Peyssonnel qui a été le premier à démontrer que ces prétendues plantes appartiennent au règne animal et que les fleurs que le comte de Marsigli croyait avoir observé étaient des insectes.

Fig. 5. Article « Plantes marines » (auteur inconnu), 1765, vol. 12, p.721
Fig. 5. Article « Plantes marines » (auteur inconnu), 1765, vol. 12, p.721
Fig. 6. Article « Polype, Poulpe, polypus (Hist. nat.) » (auteur inconnu), 1765, vol. 12, p. 945
Fig. 6. Article « Polype, Poulpe, polypus (Hist. nat.) » (auteur inconnu), 1765, vol. 12, p. 945

Bibliographie du billet

Encyclopédie, ou dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers, etc., eds. Denis Diderot and Jean le Rond d’Alembert. University of Chicago: ARTFL Encyclopédie Project (Spring 2016 Edition), Robert Morrissey and Glenn Roe (eds), http://encyclopedie.uchicago.edu/

Vous pouvez aussi consulter les billets suivants :

Billet 1 : Le champ sémantique du polype : expérimentations numériques

Billet 2 : Polype, zoophyte, hydre : histoire de mots

Billet 4 : N-Grammes et interprétation de l’évolution terminologique

Billet 5 : Le polype littéraire

Billet 6 : Le polype : une image politique

Billet 7 : Bibliographie générale