Billet 2. POLYPE, ZOOPHYTE, HYDRE : HISTOIRE DE MOTS

Nadège Lechevrel, Bénédicte Percheron, Gisèle Séginger

L’utilisation des outils informatiques et statistiques permet d’interroger et de visualiser des données extraites des textes du corpus BIOLOGRAPHES et de nombreux textes en ligne (sur Google Livres et dans des bibliothèques numériques comme Gallica). Toutefois, afin de cerner rapidement le champ lexical complexe du polype et de ses polypiers et d’exclure le polype médical et le polype/poulpe de l’Antiquité, nous avons d’abord sélectionné un groupe de textes significatifs dans l’histoire du polype (Billet 1). Il est maintenant possible de mener une première réflexion sur la construction de ce champ lexical en relation avec la formation et l’évolution des savoirs et des discours. Puis, le Billet 3 sera centré sur un moment important de l’histoire du polype et un médium privilégié de diffusion des savoirs : L’Encyclopédie de Diderot et d’Alembert. Grâce à des outils statistiques et aux nuages de mots, ce billet fera alors le point sur le champ lexical tel qu’il s’est construit au moment de la publication des premiers grands travaux sur la nature du polype, au XVIIIe siècle. Le Billet 4 nous amènera ensuite à utiliser d’autres outils statistiques pour suivre l’évolution sur deux siècles de l’usage des termes, aussi bien dans le domaine français que dans les domaines anglais et allemand.

Tandis qu’en zoologie contemporaine le polype désigne un organisme marin qui vit seul ou en colonie, qui construit des polypiers et à plus grande échelle des récifs coralliens, dans les siècles passés sa nature est restée longtemps incertaine. Déjà évoqués dans l’Antiquité (Pouchet, 1865 : 46) et à la Renaissance (Mazauric, 1999 : 7-30), les polypes et les coraux faisaient l’émerveillement des naturalistes. Dans son Histoire des Animaux, Aristote rêvait sur la continuité de la nature qui passe par degrés presque insensibles des « êtres sans vie aux animaux » et il évoquait des êtres intermédiaires devant lesquels on « est embarrassé de savoir si ce sont des animaux ou des plantes » (VIII, 1, 588b). Pline distinguait lui aussi une classe d’êtres intermédiaires mais il y plaçait les éponges (trad. 1848 : I, 383-84). Au XVIIIe siècle, le polype entre tout à fait dans la science, grâce aux travaux de Peyssonnel (Mémoire de l’Académie des Sciences, 1727[1]), puis de Trembley qui étudia les polypes d’eau douce et leur étonnante capacité de régénération, tout en démontrant leur nature animale (Mémoires pour servir à l’histoire d’un genre de polypes d’eau douce à bras en forme de cornes, 1744). Des débats s’en suivirent, auxquels de grands noms ont participé : Charles Bonnet, qui défendait encore l’idée d’une chaîne ininterrompue des êtres avec un état intermédiaire entre le règne animal et le règne végétal (de 1745 à 1769), Jussieu (Examen de quelques productions marines, 1742 : 290-302), Réaumur dans sa Correspondance, Needham (Nouvelles observations microscopiques, 1755), Maupertuis (Vénus physique, 1752 : 235), mais aussi Voltaire (article « Polype » du Dictionnaire philosophique) ou Diderot qui attribuait pour sa part à d’Alembert le rêve d’une surhumanité, dotée de la puissance vitale du polype.

Dès lors, le polype devient une figure emblématique du vivant et un objet d’étude privilégié. Il se trouve au centre des réflexions scientifiques qui attaquent le modèle mécaniste dès le XVIIIe siècle ou la trop grande fixité de la notion d’espèce. Puis, au XIXe siècle, on le retrouve dans les débats sur le transformisme ou l’évolutionnisme lorsqu’il s’agit de penser des formes rudimentaires de la vie et une logique générale du vivant. Pendant son voyage sur le Beagle (1831-1836), Darwin est émerveillé – comme Lyell avant lui – par les îles coralliennes : « N’est-ce donc pas un magnifique spectacle que de voir le corps mou et gélatineux d’un polype vaincre, à l’aide des lois de la vie, l’immense puissance mécanique des vagues d’un océan, puissance à laquelle ni l’industrie de l’homme, ni les œuvres inanimées de la nature n’ont pu résister avec succès ? » (Voyage d’un naturaliste autour du monde, trad. de 1875 : 250) Darwin commence ainsi à penser le temps long de l’évolution qui procède par des changements imperceptibles plutôt que par des cataclysmes. Dans un Carnet de 1837, le corail créé par le polype lui inspire même son premier diagramme de la vie. C’est dire que le polype a été indissociable de la naissance de la biologie évolutive et des changements de paradigmes qui marquent l’histoire des idées au XIXe siècle.

Lié à une modernité scientifique et à ses controverses, le polype conserve néanmoins toutes ses potentialités imaginaires au XIXe siècle. Figure d’une plasticité admirable de la vie, le polype fascine écrivains et scientifiques par ses qualités esthétiques, par sa capacité à se régénérer et sa reproduction sans sexualité. Bien qu’il soit scientifiquement considéré comme un animal au XIXe siècle, son ambiguïté continue à intéresser les écrivains, comme Flaubert qui choisit un savoir dépassé pour ses potentialités poétiques et fantastiques : « Les dedaïms de Babylone, qui sont des arbres, ont pour fruits des têtes humaines ; des mandragores chantent, la racine baaras court dans l’herbe. Les végétaux maintenant ne se distinguent plus des animaux. Des polypiers, qui ont l’air de sycomores, portent des bras sur leurs branches. Antoine croit voir une chenille entre deux feuilles ; c’est un papillon qui s’envole. » (La Tentation de saint Antoine, 1874 : 294)

Dans L’Univers : les infiniment grands et les infiniment petits (1865), un ouvrage de vulgarisation, plusieurs fois réédité, Félix Pouchet souligne d’ailleurs l’importance de la dimension esthétique dans les débats, alors que Réaumur et Jussieu restent attachés à la thèse de Marsigli sur les fleurs de corail (1706) et se montrent d’abord dubitatifs devant les observations de Peyssonnel. Pouchet lui-même ne cache pas sa fascination devant « l’œuvre architectonique de la Coupe de Neptune » (1865 : 42), un polypier géant, dont il expose un exemplaire dans l’entrée du Muséum d’histoire naturelle de Rouen. Et tandis que pour certains le polype est une preuve de l’auto-organisation de la matière, pour Pouchet il est la preuve de l’action de Dieu dans la nature. On peut donc comprendre qu’au XIXe siècle, le polype soit présent non seulement dans les textes scientifiques, chez les historiens et les philosophes qui empruntent de plus en plus de métaphores et de modèles de pensée aux sciences du vivant, mais aussi chez les écrivains, parce qu’ils participent au mouvement des idées et qu’ils sont par ailleurs sensibles à une esthétique du vivant qu’incarne l’image du polype ainsi qu’à la polysémie de cette figure capable d’incarner les thèses les plus opposées.

Ajoutons que le mot « polype » ou « polypus » en latin a pu désigner le poulpe, chez Pline (Histoire naturelle, Livre IX, XLVI) et jusqu’à l’Encyclopédie de Diderot et d’Alembert qui atteste bien cet usage, plus rare au XIXe siècle : seuls quelques écrivains marqués par une culture classique tireront parti de cette ambiguïté (voir Billet 1).

Écartant l’acception déjà rare au XIXe siècle qui fait du polype un synonyme du poulpe, notre travail s’est centré sur le polype, producteur du polypier, dont le madrépore est une espèce souvent citée et presque un synonyme, tandis que le corail désigne la matière du polypier. Au XVIIIe siècle Trembley avait désigné les polypes d’eau douce par le terme d’hydre, et il utilisait la métaphore des bras pour évoquer leurs ramifications, si bien qu’après lui on parla parfois de polypes à bras (Flourens, 1858). Quant au terme ancien de « zoophyte » (animal ressemblant à une plante), déjà employé à la Renaissance pour désigner une plante-animale[2], il se trouve encore au XIXe siècle, par exemple en France chez Cuvier (Le règne animal distribué d’après son organisation, 1817) ou en Allemagne chez Treviranus[3] : il désigne une catégorie plus vaste d’animaux inférieurs, mais il pouvait être aussi employé comme un synonyme de « polype » (voir Billets 1 et 4).

 Bibliographie du billet

ARISTOTE, Histoire naturelle des animaux, site de Philippe Remacle : http://remacle.org/ ou édition établie par Janine Bertier (trad.), présentation et notes, Paris, Gallimard, coll. « Folio essais », 1994.

BONNET, Charles, La Palingénésie philosophique, ou idées sur l’état passé et sur l’état futur des êtres vivans, Genèse, Philibert et Chirol, 1769.

BONNET, Charles, Traité d’insectologie, Paris, Durand, 1745.

CUVIER, Georges, Le règne animal distribué d’après son organisation, Paris, Déterville, 1817.

DARWIN, Charles, Notebook B, Transmutation of species, 1837, Cambridge University Library, CUL-DAR121.

DARWIN, Charles, Voyage d’un naturaliste autour du monde, fait à bord du navire Le Beagle de 1831 à 1836, Paris, Reinwald, 1875.

DIDEROT, Denis et D’ALEMBERT, Jean Le Rond, Encyclopédie, ou dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers, etc., eds. University of Chicago: ARTFL Encyclopédie Project (Spring 2016 Edition), Robert Morrissey and Glenn Roe (eds), http://encyclopedie.uchicago.edu/

DIDEROT, Denis, « Le rêve de d’Alembert », in Œuvres complètes de Diderot, Paris, Assézat Tourneux, Paris, Garnier Frères, 1875, vol. 2, p. 122-181.

FLAUBERT, Gustave, La Tentation de Saint Antoine, Charpentier, 1874.

FLOURENS, Pierre, De la vie et de l’intelligence, Paris, Garnier frères, 1858.

FLOURENS, Pierre, « Traité du corail (…), par le sieur de Peyssonnel », Journal des savants, Paris, Klincksieck, 1838, p. 108-122.

JUSSIEU, Bernard de, « Examen de quelques productions marines qui ont été mises au nombre des plantes, et qui sont l’ouvrage d’une sorte d’insectes de mer », Mémoire de l’Académie royale des sciences, Paris, Imprimerie royale, 1742, p. 290-302.

MAUPERTUIS, Pierre-Louis-Moreau de, « Vénus physique », in Les œuvres de M. de Maupertuis, Dresde, G. Conrad Walther, 1752, p. 235.

MAZAURIC, Simone, « Les zoophytes et la question de la végétalité aux débuts de l’âge moderne », in CLÉRO, Jean-Pierre, Le végétal, Publications de l’Université de Rouen, 1999, p. 7- 30.

NEEDHAM, John, Nouvelles observations microscopiques, Paris, Ganeau, 1750.

PLINE L’ANCIEN, Histoire naturelle, Dubochet, Le Chevalier et Cie, 1848-1850, 2 vol.

POUCHET, Félix-Archimède, L’Univers : les infiniment grands et les infiniment petits, Paris, L. Hachette, 1865.

RÉAUMUR, René-Antoine Ferchault de et TREMBLEY, Abraham, Correspondance inédite entre Réaumur et Abraham Trembley, Genève, Georg et Cie, 1943.

TREMBLEY, Abraham., Mémoires pour servir l’histoire d’un genre de polypes d’eau douce, à bras en forme de cornes, Leide, Jean et Herman Verbeek, 1744.

TREVIRANUS, Gottfried Reinhold, Biologie, oder Philosophie der lebenden Natur für Naturforscher und Ärzte, Göttingen, Röwer, vol. 1 et 2 : 1803 et vol. 3 :  1805.

VOLTAIRE, François-Marie, Arouet, Dictionnaire philosophique [1764], Paris, Lequien fils, 1829, vol. 6.

Vous pouvez aussi consulter les billets suivants :

Billet 1 : Le champ sémantique du Polype : expérimentations numériques

Billet 3 : Polype dans L’Encyclopédie de Diderot et d’Alembert

Billet 4 : N-Grammes et interprétation de l’évolution terminologique

Billet 5 : Le polype littéraire

Billet 6 : Le polype : une image politique

Billet 7 : Bibliographie générale

[1] Peyssonnel fait la preuve que les fleurs blanches sur les branches d’un polype étaient en fait des insectes qui s’étaient « épanouis » à la chaleur. Il s’ensuit un débat avec Réaumur et Jussieu.

[2] Emprunté au grec, ce terme est employé par Rabelais  (Le Tiers Livre, 1546) et par Jean Bodin (Le théâtre universel de la nature, Lyon, J. Pillehotte, 1597, p. 317).

[3] « Thierpflanzen (Zoophyta) », Biologie, oder Philosophie der lebenden Natur für Naturfoscher und Ärzte, Göttinguen, Dritten Band, 1802, p. 419.