Littérature et science: l’écriture des savoirs biologiques au XIXe siècle

Gisèle Séginger – Membre senior de l’Institut Universitaire de France (2016-2021)

 Ce projet s’inscrit dans le champ d’une critique ouverte à une forme d’interdisciplinarité novatrice, à l’intersection de la littérature et de la biologie, dans une époque transitoire – le XIXe siècle – où la biologie se forme et se trouve néanmoins très vite impliquée dans des questionnements généraux sur la vie. Les nouveaux savoirs circulent entre plusieurs disciplines, que la littérature prend volontiers en écharpe. Organisé en deux volets complémentaires, le programme de recherche abordera la circulation des savoirs biologiques et leur impact sur la littérature, mais aussi, dans l’autre sens, l’invention et l’écriture scientifiques afin de comprendre la formation et la diffusion culturelle des représentations et des modèles biologiques les plus prégnants.

Literature and Science: the Writing of Biological Knowledge in the 19th Century

 This project is part of a field of criticism open to a form of innovative interdisciplinarity, at the intersection of literature and biology in a time of transition – the 19th century – when biology became an autonomous discipline and was nonetheless very quickly implicated in a more general process of questioning life. New knowledge circulated among several disciplines, which literature willingly made use of. Organized in two complimentary parts, this project will allow me to study both the circulation of biological knowledge and its impact on literature, as well as, in the other direction, invention and scientific writing, in order to understand the processes of conceptualization and the cultural diffusion of the most vivid representations and biological models of the time.

Communication présentée au colloque de l’IUF (A)symétrie – Bordeaux 2017 (17-19 mai) : « Symétrie, dissymétrie ou asymétrie du vivant ? Pasteur, Paul Janet et Flaubert. »

Alors que Pasteur, s’insurgeait généralement contre « l’immixtion de la science dans les questions d’origine et de fin des choses », estimant que le scientifique ne devait « s’inquiéter en rien des conséquences philosophiques de ses travaux » (discours de 1874), dans le cas de ses propres recherches sur la dissymétrie moléculaire, il en vient à des considérations métaphysiques: « Je crois à une influence cosmique dissymétrique qui préside naturellement, constamment, à l’organisation moléculaire des principes immédiats essentiels à la vie, et qu’en conséquence les espèces des règnes de la vie sont, dans leur structure, dans leurs formes, dans les dispositions de leurs tissus, en relation avec les mouvements de l’univers » (lettre d’avril 1871). Pasteur développe ses travaux sur la dissymétrie d`es les années 1848-1853 alors qu’il fréquente Paul Janet, en poste comme lui à Strasbourg. Ancien secrétaire de Victor Cousin, Janet défend le spiritualisme, comme le philosophe Edme Caro, qui prendra des notes pour Pasteur sur la dissymétrie de la main dans la Critique de la faculté de juger de Kant. Les spéculations de Pasteur semblent intéresser les deux philosophes qui réfléchissent pour leur part sur l’ordre du vivant, l’harmonie de la nature et Dieu. Pourtant, dans Les Causes finales (1874), Janet défend l’idée d’une « symétrie du vivant ». Flaubert, quant à lui, gravitait dans un milieu positiviste, auquel Pasteur s’opposait. Or, dans son dernier roman, Bouvard et Pécuchet (« son testament »), il met en œuvre une véritable poétique de l’asymétrie, qui se manifeste aussi dans le récit comme une loi de la vie, dont on découvre les fondements épistémologiques dans les dossiers préparatoires. Flaubert a pris des notes sur la « symétrie des êtres vivants » selon Janet, en relevant – à son habitude – les idées qu’il tournera en dérision dans son œuvre. De la dissymétrie – différenciation réglée – à l’asymétrie flaubertienne – fondée sur la conception d’une imprévisibilité et d’une irrégularité du vivant qui se rebelle contre l’ordre du savoir –, cette communication esquissera une réflexion sur quelques représentations contradictoires du vivant, à une époque où – quoi qu’en disent les scientifiques défenseurs de l’expérimentation – la philosophie et la littérature abordent à leur manière des questions qui traversent aussi le champ scientifique. Les veilles théories sur l’harmonie et les causes finales se trouvent au centre d’un débat dont la recherche scientifique n’est pas coupée comme le montrent les extrapolations de Pasteur à partir de la dissymétrie moléculaire.