Guide des humanités environnementales

Bénédicte Percheron

Ce guide qui croise diverses approches disciplinaires propose des synthèses sur des questionnements d’actualité. Il se donne pour objectif de « constituer un support de référence centré sur la polysémie et l’épaisseur de l’idée de nature telle qu’elle a été développée dans les histoires culturelles européennes de la modernité, au cours des XIXe et XXe siècles » et de montrer « comment celle-ci, dans les défis qu’elle adresse aujourd’hui aux sociétés contemporaines, reconfigure les cadres de pensée, les disciplines et leurs objets de recherche pour produire de nouveaux champs de questionnements et de pratiques » (p. 15). Regroupés en deux parties (« Comment penser la nature ? », « Comment vivre avec la nature ? »), les articles présentent des réflexions éthiques, philosophiques, écologiques, juridiques et culturelles. Ils abordent aussi bien les savoirs, les imaginaires que les pratiques. Plusieurs notices de ce guide offrent d’utiles synthèses sur des questions afférentes aux rapports entre les savoirs du vivant et la littérature. D’autres délivrent des historiques et des définitions de différents courants de pensée (écosophie, écospiritualité, écocritique…). Occasionnellement les notices défendent un point de vue et le développement d’une approche particulière comme dans le cas de l’écopsychologie.

Conformément aux objectifs de l’ANR/DFG Biolographes, nous présentons uniquement les notices relatives aux interactions entre les sciences du vivant et la littérature au XIXe siècle.

Pour comprendre les rapports entre nature et poésie, Peter Schnyder se propose d’analyser la notion de nature pensée comme catégorie esthétique. De la philosophie grecque au XVIIIe siècle la nature a été l’objet de constructions culturelles. Chez Kant, la beauté naturelle est préférable à la beauté artistique tandis que chez Hegel la production artistique l’emporte sur la nature. Les modèles culturels imprègnent très largement la perception de la nature. Si la poésie classique française a peu développé la poésie de la nature, le romantisme en propose une idéalisation et il cherche une harmonie avec les sentiments, comme dans les Méditations poétiques de Lamartine (1820). Au milieu du XIXe siècle, les poètes se tournent plutôt vers la ville et n’évoquent la nature que pour souligner des états d’âme, souvent mélancoliques (Verlaine, Poèmes saturniens, 1866). Avec le début du XXe siècle, la nature s’efface au profit de thématiques de la vie moderne (Apollinaire ou Cendras). Après un rapide panorama, Peter Schnyder en vient à l’exemple de Jaccottet : il se méfie de l’image poétique qui peut cacher le monde ou l’essence même de l’objet évoqué ; ses paysages sont alors sans figures (Paysages avec figures absentes, 1970) et il s’efforce de toujours inscrire son œuvre dans la « réalité vécue, vue, sentie » (p. 131).

Plus théorique, Laurence Dahan-Gaida propose, dans une notice intitulée « Épistémocritique de la Nature. Nature en culture », un résumé des objectifs de l’épistémocritique, une nouvelle méthode d’analyse des savoirs dans la littérature. Déjà transformés par les discours sociaux, les savoirs scientifiques dans les textes littéraires forment d’autres objets qui peuvent à leur tour avoir de nouvelles applications. L’auteur s’interroge sur les rapports entre nature et culture. Pour illustrer l’utilisation de l’épistémocritique, elle esquisse une application aux Affinités électives de Goethe (1809), dont les rapports entre les personnages sont expliqués par une métaphore chimique : les phénomènes d’attraction et de répulsion, qui règlent leurs relations proviennent de notions du XVIIIe siècle. Goethe use également de la métaphore du jardin et de la greffe. Le jardin est à la fois le lieu des savoirs,  en particulier de la taxinomie, et le lieu où l’on discute des nouvelles pratiques commerciales ou des modes botaniques. La greffe incarne la volonté de dominer la nature, de l’améliorer grâce à la technique. Laurence Dahan-Gaida marque une évolution entre Goethe et Flaubert qui fait un usage critique des savoirs : Bouvard et Pécuchet discutent de taxinomie, d’économie, d’esthétique dans l’épisode de l’organisation d’un jardin, au début du roman (1880). Enfin, elle réfléchit sur le paradigme du posthumanisme en montrant que certains écrivains, comme Maurice Dantec, Michel Houellebecq ou encore Richard Powers, s’interrogent sur les frontières de l’humain et sur la notion même de nature humaine.

Dans une perspective plus globale, Gisèle Séginger (notice « Le Vivant ») montre comment les recherches sur le vivant se sont structurées au XIXsiècle en générant de nouveaux imaginaires. Progressivement, l’histoire naturelle glisse de l’ordre de la nature à la logique du vivant, des  classifications fixistes du XVIIIe siècle à l’étude de l’invisible. Le XIXe siècle connaît une rupture épistémologique avec l’ordre du visible (Foucault, Les Mots et les choses, 1966). L’histoire naturelle dépasse désormais la simple description de la « structure visible » (F. Jacob, La Logique du vivant, 1970). Au XVIIIe siècle, les connaissances naturalistes dépendaient étroitement des contextes idéologiques et politiques, qui stimulaient ou, au contraire, freinaient les découvertes naturalistes. Mais déjà avec Buffon, la nature, ses paysages, se transformaient dans un temps plus long. Au XIXe siècle, les trois règnes de la nature sont souvent supplantés par une division binaire : le vivant et l’inorganique. Enfin, G. Séginger rappelle les controverses célèbres sur le créationnisme, le transformisme, puis l’évolutionnisme. La biologie, qui se développe progressivement au XIXe siècle (le terme se diffuse vers le milieu du siècle), offre de multiples modèles de pensées, des idées, mais aussi des images variées, qui ont inspiré de nombreux écrivains. Des ébauches pré-évolutionnistes chez Diderot, avec Le Rêve de d’Alembert (1769) au décadentisme d’À Rebours (1884) de Huysmans, les écrivains manipulent des savoirs naturalistes pour théoriser le roman (Balzac ou encore Zola), pour inventer des principes esthétiques ou encore critiquer la science. En sens inverse, les textes scientifiques utilisent des procédés narratifs et poétiques pour construire de nouvelles hypothèses ou mettre en forme leurs résultats. La notice souligne ainsi l’intérêt de l’approche interdisciplinaire pour comprendre les enjeux de l’étude du vivant au XIXe siècle.

Sommaire

Pour commander l’ouvrage