Tous les articles par Biolographes

postdoc

Des savoirs partagés

Dans un billet précédent, nous avons montré comment un diagramme de Sankey avait été utilisé pour repérer les auteurs les plus citants et les plus cités d’un même corpus.

Nous proposons ici un outil simple, se situant à mi-chemin entre analyse lexicale et analyse stylistique, permettant la reconnaissance de listes significatives de mots fréquents pour l’analyse contrastive de deux textes à partir de leur liste de mots les plus fréquents, appelées Chaînes de Formes Partagées (CFP).

Cet outil, inspiré des diagrammes de Sankey et utilisant l’étude de la fréquence des mots (domaine de l’analyse lexicale qui permet de repérer les “thème / rhème” des textes), aide à la détection d’ensembles de mots classés dans un ordre inversé (ou pas) dans deux textes différents. Lorsqu’une chaîne de mots est mise en évidence, l’analyse automatique peut être étendue à l’étude de leurs collocations (ou cooccurrents) pour affiner l’analyse. Le but est de traiter une CFP comme un guide pour l’interprétation des textes, dans le domaine de l’analyse stylistique.

cfp-laugelvacherot-bernardmartins

La visualisation ci-dessus a ainsi été générée à partir de la liste des 10 mots les plus fréquents dans deux sous-corpus appartenant à une collection de textes de vulgarisation scientifique provenant de la Revue des deux mondes : un sous-corpus d’articles écrits par deux philosophes, Auguste Laugel et Étienne Vacherot d’une part, et deux scientifiques, Claude Bernard et Charles Martins, d’autre part.

Elle montre les deux listes de mots fournies au logiciel, disponible sur http://treecloud.org/cfp/index_fr.php. La taille des mots dépend de leur nombre d’occurrences dans les deux listes fournies, normalisées en fonction du nombre d’occurrences le plus faible et le plus élevé. Si le même mot apparaît du côté gauche et du côté droit, un lien est dessiné. Le lien est coloré en bleu si le mot est mieux classé dans la seconde liste, rouge s’il est mieux classé dans la première, violet s’il a le même classement dans les deux listes.

Il est ainsi facile de visualiser les mots présents parmi les plus fréquents dans un sous-corpus sans l’être dans l’autre (ceux qui ne sont associés à aucun lien), et de détecter ceux qui relèvent des savoirs biologiques. Enfin, les intersections de liens permettent de repérer immédiatement les inversions de formes partagées, comme « nature>science>vie>phénomènes », gradation allant de concepts généraux à des mots renvoyant à des réalités plus tangibles, qui vont guider l’interprétation contrastive des textes des deux sous-corpus. On peut mettre en relief ces liens qui s’intersectent en cliquant dessus dans l’outil, ce qui leur donne une couleur plus vive.

Nous avons limité cette CFP aux 10 mots les plus fréquents, mais il est possible d’en construire sur un nombre plus important de mots. Pour utiliser les CFP afin sur vos propres textes, il vous suffit de disposer pour chacun des deux textes que vous voulez comparer de sa liste de mots les plus fréquents avec leur nombre d’occurrence organisée de la manière suivante : sur chaque ligne, un mot suivi d’un point virgule, suivi du nombre d’occurrences du mot. De telles listes peuvent être générées automatiquement à partir de vos textes sur le site treecloud.org.

Nadège Lechevrel & Philippe Gambette

Explorer les réseaux de citation du corpus Biolographes

La circulation des savoirs entre scientifiques et écrivains est une question centrale du projet Biolographes. Un travail sur les citants / cités au sein du corpus Biolographes constitue un point d’entrée possible pour aborder cette problématique.

L’approche ci-dessous indique comment utiliser le logiciel Unitex, un tableur partagé et un code Javascript pour générer une représentation graphique.

Continuer la lecture de Explorer les réseaux de citation du corpus Biolographes

Darwin, l’original

Exposition « Darwin, l’original », à la Cité des sciences et de l’industrie, du 15 décembre 2015 au 31 juillet 2016.

Le catalogue de l’exposition:

Qui est vraiment Charles Darwin (1809-1882), fondateur de la science de l’évolution ? Quelles sont ses origines sociales ? Quelles influences a-t-il subies ? Comment a-t-il construit, pas à pas, sa fameuse théorie de l’évolution exposée en 1859 dans L’Origine des espèces ? Comment ses idées furent-elles accueillies ?

Véritable voyage dans la vie et l’œuvre de Charles Darwin, ce catalogue richement illustré nous plonge au cœur de l’Angleterre victorienne. Il replace le naturaliste anglais dans son temps, évoque sa famille et les expériences qui ont déterminé l’orientation de ses recherches, tel ce tour du monde de 1741 jours qu’il entreprit à vingt-deux ans, en s’embarquant sur le Beagle pour étudier la géologie, la faune et la flore de l’hémisphère Sud.

Le livre présente ses travaux, mais aussi les réactions de ses contemporains, ébranlés par ses théories. Il bat en brèche les clichés et idées fausses qui ont souvent dénaturé la pensée de Darwin. Moins connues, voire insoupçonnées, les traces que ses travaux ont laissées dans la littérature, les arts plastiques ou l’architecture attestent la puissance révolutionnaire et le rayonnement de sa vision de la nature dans le monde occidental. En contrepoint, des illustrations inattendues, planches naturalistes et caricatures de presse, éclairent l’itinéraire personnel et intellectuel de l’homme « renversant » que fut Charles Darwin.

Télécharger la version numérique du catalogue.

Thomas KLINKERT

Thomas Klinkert, Projektleiter DFG

Thomas KLINKERT ist Spezialist für französische und vergleichende Literaturwissenschaft; einer seiner Schwerpunkte ist das Verhältnis zwischen Literatur und Wissen(schaft). Von 2003 bis 2007 war er Professor (C 4) an der Universität Mannheim. Seit 2007 ist der Professor (W 3) an der Universität Freiburg, wo er das Frankreich-Zentrum leitet. Er ist darüber hinaus Programmverantwortlicher für drei binationale Masterstudiengänge, von denen einer in Zusammenarbeit mit der Université de Paris-Est angeboten wird.

Im akademischen Jahr 2008/09 war er senior fellow am FRIAS (Freiburg Institute for Advanced Studies). Ein Forschungsschwerpunkt an diesem Institut sind die Repräsentationen von Wissen in Sprache und Literatur. In dieser Zeit verfasste er eine Monographie und mehrere Aufsätze zum Zusammenhang zwischen Literatur und Wissen, womit er an Forschungen anknüpfen konnte, die er in Mannheim begonnen hatte. Dort hatte er im März 2005 ein internationales und interdisziplinäres Kolloquium zum Thema „Literatur, Wissenschaft und Wissen seit der Epochenschwelle um 1800“ veranstaltet. Am FRIAS begegnete er deutschen und französischen Kolleginnen und Kollegen, die ebenfalls zum Thema Literatur und Wissen forschen, insbesondere Werner Frick, Olav Krämer, Monika Schmitz-Emans, Christine Maillard und Laurence Dahan-Gaida, die nun zu den Projektbeteiligten des Biolographes-Antrags gehören. Er ist Mitherausgeber der bei Röhrig (St. Ingbert) erscheinenden Reihe „Das Wissen der Literatur“ und der bei Erich Schmidt (Berlin) erscheinenden Reihe „Grundlagen der Romanistik“ sowie Mitglied des Herausgeberbeirats der Zeitschrift Romanische Forschungen und der Online-Zeitschrift Arts et savoirs.

Projektrelevante Publikationen:

  • Literatur, Wissenschaft und Wissen seit der Epochenschwelle um 1800. Theorie – Epistemologie – komparatistische Fallstudien, Thomas Klinkert/Monika Neuhofer (Hg.), Berlin/New York, de Gruyter, 2008.
  • „Literatur, Wissenschaft und Wissen – ein Beziehungsdreieck (mit einer Analyse von Jorge Luis Borges’ Tlön, Uqbar, Orbis Tertius)“, in: Thomas Klinkert/Monika Neuhofer (Hg.), Literatur, Wissenschaft und Wissen seit der Epochenschwelle um 1800. Theorie – Epistemologie – komparatistische Fallstudien, Berlin/New York, de Gruyter, 2008, S. 65–86.
  • Epistemologische Fiktionen. Zur Interferenz von Literatur und Wissenschaft seit der Aufklärung, Berlin/New York, de Gruyter, 2010 (in diesem Buch werden die Interferenzen zwischen literarischen und epistemischen Diskursen theoretisiert und untersucht, u.a. bei Diderot, Goethe, Balzac, Flaubert und Zola).
  • „Literatur und Wissen. Überlegungen zur theoretischen Begründbarkeit ihres Zusammenhangs“, in: Tilmann Köppe (Hg.), Literatur und Wissen. Theoretisch – methodische Zugänge, Berlin/New York, de Gruyter, 2011, S. 116–139.
  • „Mélancolie et réflexivité dans Obermann de Senancour“, in: Gérard Peylet (Hg.), La Mélancolie, Bordeaux, Presses Universitaires, 2012, S. 71–81.

Barbara VENTAROLA

Barbara VENTAROLA

Dr. phil, derzeit Lehrstuhlvertretung an der freien Universität Berlin. Forschungsschwerpunkte: französische, spanische und italienische Literaturwissenschaft sowie Komparatistik; Bezüge zwischen Literatur und Philosophie. Habilitationsschrift: Transkategoriale Philologie: Liminales und poly-systematisches Denken bei Gottfried Wilhelm Leibniz und Marcel Proust. Sie koordiniert das MIRA (Handbuch Mittelalter und Renaissance in der Romania).

Projektrelevante Publikationen

Trans-kategoriale Philologie – Liminales Denken bei Gottfried Wilhelm Leibniz und Marcel Proust (thèse d‘habilitation ; sera publié dans la série Allgemeine Literaturwissenschaft, dir. par Ulrich Ernst, Michael Scheffel et Rüdiger Zymner, Berlin 2015).

„L’influence du roman expérimental de Zola dans le discours médical autour de 1900“, in  Séginger, Gisèle (dir.) : Imaginaire et écriture scientifique. La quête du vivant entre sciences et littérature (XVIIIe-XXe siècles), Paris 2014 (en préparation).

„ »On traite encore le médecin d’artiste » : Formen und Funktionen des coup d’œil médical in der Recherche“, in Föcking, Marc (dir.) : Marcel Proust und die Medizin, Berlin 2014 (sous presse).

„Die experimentelle Ästhetik Zolas – Zur literarischen Umsetzung eines avancierten Naturalismuskonzepts in La curée (1871) und L’œuvre (1886)“, in  Romanische Forschungen 123 (2010), p. 167-209.

„Der Experimentalroman zwischen Wissenschaft und Romanexperiment – Überlegungen zu einer Neubewertung des Naturalismus Zolas“, in  Poetica 42, H. 3/4 (2010), p. 277-324.