Archives de catégorie : Actualités

Signatures du monstre : penser le monstre, pensées du monstre. Approches sémiotiques

Colloque « Signatures du monstre : penser le monstre, pensées du monstre ». Sémiotiques du monstre

Appel à communications. Colloque International (Scroll down for English)

HCTI (UBO) – Figura (UQAM)

Univ. Brest, Faculté Victor Segalen

12-13 Novembre 2015

Organisé à Brest par Hélène Machinal et Myriam Marrache-Gouraud (UBO) et Jean-François Chassay (UQAM, Montréal)

Pétri de questionnements, d’hypothèses, de descriptions paradoxales, de zones d’ombres et d’énigmes, le discours porté sur le monstre intéresse le domaine de la science autant que celui de la littérature, de l’image, ou de la création artistique au sens large. À la croisée des genres, des textes, ou des arts visuels, se pose la question des modalités d’une représentation du monstre, enjeu central de notre propos.

Proposals should be sent to the THREE following addresses: chassay.jean-francois@uqam.ca, machinal@univ-brest.fr et Myriam.Marrache-Gouraud@univ-brest.fr before June 30th 2015.

Lire la suite…

Ernst Haeckel – un créateur au carrefour des disciplines

Studientag / Journée d’études
Freiburg i.Br., 04.06.2015

Ernst Haeckel – ein kreativer Denker
am Schnittpunkt der Disziplinen

Haeckel

Ernst Haeckel – un créateur
au carrefour des disciplines

frankreichzentrum_logo-RVBUni-Fribourg_Logo-RVB

logo DFG

ANR07-RVB

10:00 Einführung/Introduction

10:30 Nicolas Wanlin
(Université d’Artois):
La poétique et l’esthétique évolutionnistes haeckeliennes

11:30 Henning Hufnagel
(Universität Freiburg):
Coraux, arbres, états cellulaires : l’esthétique littéraire haeckelienne de Wilhelm Bölsche et deux réactions parnassiennes à l’œuvre de Haeckel

12:30 Mittagspause/Pause déjeuner

14:30 Christina Brandt
(Universität Bochum):
Vererbungsdiskurs und Reproduktion. Haeckels Auffassungen im Rahmen des späten 19. Jh.

15:30 Nick Hopwood
(University of Cambridge):
Haeckel’s Embryos: Images, Evolution and Fraud

16:30 Kaffeepause/Pause café

17:00 Matthias Erdbeer
(Universität Münster):
Haeckel als Diskursfigur zwischen Wissenschaft, Popularisierung und Esoterik am Beispiel seiner Liebesbriefe

18:00 Schlussdiskussion/Synthèse

20:00 Abendessen/Dîner
Kybfelsen“
Gasthaus Günterstal
Schauinslandstr. 49, Freiburg

Studientag / Journée d’études
organisiert im Rahmen des Forschungsprojekts organisée dans le cadre du projet

Biolographes
Literarische Kreativität und biologisches Wissen im 19. Jahrhundert
Création littéraire et savoirs biologiques
au dix-neuvième siècle

Leitung / Coordination:
Gisèle Séginger, Thomas Klinkert


Tagungsorganisation / Organisation
du colloque:
Henning Hufnagel, Frank Jäger,
Nicolas Wanlin

Colloque « Vulgarisation et médiation scientifique »

Affiche_Vulgarisation

Colloque Vulgarisation et médiation scientifique

Coordination : Gisèle Séginger

Jeudi et vendredi 4 et 5 décembre 2014

Réseau inter-MSH VIVANLIT – Penser le vivant
Les échanges entre littérature et sciences de la vie de la fin du XVIIIe siècle à l’époque contemporaine
Coordination : Christine Maillard et Gisèle Séginger

Fondation Maison des Sciences de l’Homme de Paris
190, avenue de France 75013 Paris – Salle 5

Colloque accompagné de l’exposition « Science/Fiction : voyage au cœur du vivant », organisée par l’INSERM

Jeudi 4 décembre

8 h 30 – Accueil des participants

9 h – Ouverture

Jean-Pierre Dozon, directeur scientifique de la FMSH

Christine Maillard (MISHA) et Gisèle Séginger (FMSH/UPEM), responsables du réseau inter-MSH VIVANLIT – Penser le vivant

Claire Lissalde (INSERM), commissaire de l’exposition « Science/fiction, voyage au cœur du vivant »

9 h  30 – Science et culture

Présidence : Gisèle Séginger

Andrée Bergeron (centre Koyré – EHESS – CNRS – MNHN) : « Retour sur la catégorie médiation scientifique »

Christophe Garrabet (UPEM-LISAA, université nationale d’Osaka) : « Raconter les savoirs. Les récits de vulgarisation scientifique dans la seconde moitié du XIXe siècle »

Carmen Husti (UPEM-LISAA) : « Jules Verne : vulgarisateur de l’histoire naturelle dans Voyage au centre de la terre »

Claire Lissalde (INSERM) : « Genèse de l’exposition Science/Fiction, voyage au cœur du vivant. Science et littérature : mélange des genres »

14 h – La science se livre

Présidence : Jean-Marc Galan

Serge Potier (université de Strasbourg, laboratoire GMGM) : « Les génomes et l’évolution des espèces »

Stéphane Vuilleumier (université de Strasbourg, laboratoire GMGM) : « Les lettres de l’ADN – science et fiction »

Ludovic Jullien (ENS/UPMC) : « Le langage de la biochimie »

Pierre Veinante (Institut des Neurosciences Cellulaires et Intégratives (INCI), CNRS UPR 3212) : « Le cerveau : un livre d’images »

16 h  30 – Dispositifs émergents de médiation scientifique

Présidence : Serge Potier

Jean-Marc Galan (CNRS, groupes TRACES) : « Les musées de science au XXIe siècle »

Valérie Lallemand, (INSERM, association APSR) : « Médiation par l’expérimentation »

Pierre Kerner (Institut Jacques Monod) : « La blogosphère scientifique francophone »

Vendredi 5 décembre

9 h 30 – Enjeux idéologiques ou éthiques de la vulgarisation

Présidence : Claude Blanckaert

Sarah Billaut (centre Koyré) : « Fixité ou transformation des espèces dans le Dictionnaire des sciences physiques et naturelles de Louis-François Jéhan de Saint-Clavien (1857) –  Enjeux d’une vulgarisation apologétique autour d’un débat scientifique controversé »

Carole Reynaud-Paligot (Paris I) : « La circulation du concept de race au XIXe siècle »

Sébastien Lemerle (université Paris-Ouest) : « Les mues du reptile. Les métaphores dans les discours de vulgarisation, entre cognitif et social »

Catherine Allamel-Raffin (université de Strasbourg – IRIST) – « L’enseignement moral des mises en scène fictionnelles de la maîtrise du vivant relève-t-il de l’ordre de la vulgarisation » ?

14 h – Le vivant réinventé

Présidence : Catherine Allamel-Raffin

Françoise Oliver-Utard (université de Strasbourg – IRIST) : « Never Let Me Go de Kasuo Ishiguro (2005) : un conte philosophique sur le clonage humain »

Laurence Dahan Gaida (université de Franche-Comté) : « Le gène du bonheur : génomarketing et transhumanisme dans Générosité de Richard Powers »

Sandrine Chiri (Université Paris-Est Marne-la-Vallée – LISAA) : « Les monstres biotechnologiques dans la saga Vorkosigan, une exploration des frontières humaines »

16 h – Les transmutations du savoir 

Présidence : Christine Maillard

Patrick Née (université de Poitiers) : « L’essai chez Lorand Gaspar : sciences et poésie »

Françoise Willmann (université de Lorraine) : « Une tentative de médiation au XXIe siècle. Les romans scientifiques de l’éditeur Axel Dielmann »

Fabienne Soldini (CNRS/LAMES (UMR 7305) , AMU) : « Le polar macabre, connaissance vulgarisée de la mort »

Christine Baron (université de Poitiers) : « De la mort cellulaire au discours sur la fin de vie ; discours scientifique et médiations littéraires »

Philippe Gambette (UPEM-IGM) : « De l’arbre des espèces à l’arbre de mots, un outil d’analyse textuelle né sur un blog de vulgarisation »

Panel au Congrès de l’Association américaine « Nineteenth-Century French Studies »

Penser le temps : modèles biologiques, modèles historiques

Responsable : Gisèle Séginger

40e Congrès des dix-neuviémistes de l’Association américaine Nineteenth-Century French Studies à l’Université de Porto Rico (16-18 octobre 2014)

http://www.uprm.edu/cms/index.php/page/1875

Présentation

De Lamarck à Haeckel en passant par Darwin et Spencer, scientifiques et philosophes discutent des modèles de transformation, d’évolution, de la dégénérescence, de la sélection naturelle, etc. Ces modèles ont en commun de penser la longue durée et une impassibilité de la vie. L’historiographie de son côté conçoit le temps de l’Histoire en s’interrogeant sur l’articulation de l’individuel et du collectif, sur le rôle des ruptures, sur les déterminations et la part des sujets de l’histoire. Marqués par l’expérience des changements depuis 1789, les pensées de l’histoire tentent de décrire les développements et les bouleversements de la vie sociale et culturelle, d’en discerner les lois inhérentes ; les concepts de progrès, de révolution, d’esprit d’époque (ou de couleur locale), mais aussi de constance, de stasis circulent.  L’histoire et les sciences naturelles s’influencent réciproquement, les transferts et les reprises sont fréquents ; ainsi, le concept de révolution peut marquer l’étude du vivant (Geoffroy Saint-Hilaire), et celui de l’évolution l’histoire (Spencer, Haeckel). Le panel permettra d’aborder la construction de modèles de pensée et de représentations du temps à partir de disciplines différentes – historiographie et biologie – et l’impact de cette hybridation sur la conception de l’Histoire, ou inversement le déplacement d’une réflexion sur le temps historique dans le domaine naturel (par exemple dans les œuvres naturalistes de Michelet).

Communications

Thomas Klinkert (Université de Fribourg) : « Temps historique, temps culturel et temps biologique chez Baudelaire »

Juliette Azoulai (Université Paris-Est Marne-la-Vallée): « Germinal, de la révolte à la révolution : histoire d’une évolution »

Gisèle Séginger (FMSH et Université Paris-Est Marne-la-Vallée) : « De l’histoire à la nature : La Mer de Michelet »

Frank Jäger (Université de Fribourg-en-Brisgau) : « Lautréamont et Michelet : hybridation d’histoire et de biologie ».

Présentation des communications

Thomas Klinkert (Université Fribourg-en-Brisgau) : « Temps historique, temps culturel et temps biologique chez Baudelaire »

La poétique baudelairienne de la modernité est l’expression d’une conscience historique. Il s’agit pour Baudelaire d’établir « une théorie rationnelle et historique du beau, en opposition avec la théorie du beau unique et absolu » (Le peintre de la vie moderne). Le beau est composé « d’un élément éternel, invariable » et « d’un élément relatif, circonstanciel, qui sera […] l’époque, la mode, la morale, la passion » (ibid.). Dans la pratique poétique de Baudelaire cette dualité du beau, qui participe d’un ordre du temps historique, est réalisée sous forme d’une tension entre deux ordres temporels, à savoir l’ordre du temps biologique, qui implique la mortalité de l’homme, et l’ordre du temps culturel, dont la fonction est de transcender la mort individuelle. Dans cette intervention, on cherchera à élucider les rapports qui existent entre ces trois ordres temporels moyennant l’analyse de textes poétiques et de textes théoriques de Baudelaire.

Juliette Azoulai (Université Paris-Est Marne-la-Vallée) : « Germinal, de la révolte à la révolution : histoire d’une évolution »

Germinal met au jour le rapport de tension et de complémentarité qu’entretiennent les notions d’évolution (en biologie) et de révolution (en histoire). Le moment où Zola publie Germinal correspond à une époque de développement des pensées sociobiologiques. L’évolutionnisme spencérien étend les théories biologiques darwiniennes au champ de la sociologie et de l’histoire, développant ainsi au nom de la loi de sélection darwinienne une idéologie politique libérale et aristocratique. Par ailleurs, Marx et Engels cherchent également dans le struggle for life darwinien un fondement à la pensée historique de la lutte des classes. Le roman de Zola se fait l’écho des controverses contemporaines autour de la naturalisation de l’histoire : les débats entre Étienne, adepte du marxisme, Souvarine l’anarchiste et Rasseneur le possibiliste, portent en effet sur la question de la compatibilité entre la pensée évolutionniste et l’idéal révolutionnaire. Tous s’accordent sur l’idée qu’il faut en finir avec les inégalités sociales (« il faut que ça pète », s’écrient-ils en chœur au début du roman), mais ce projet révolutionnaire doit-il ou non rentrer dans la marche naturelle du temps ou implique-t-il nécessairement un acte contre-nature ?

L’histoire d’Étienne Lantier laisse entrevoir, à travers la temporalité romanesque du roman de formation (Bildungsroman), la possibilité d’une réconciliation harmonieuse de la temporalité révolutionnaire et de la temporalité évolutive de la biologie. De même, la métaphore finale de la germination, qui sert dans la dernière page du roman à penser une révolution prochaine, promise pour le XXe siècle, associe l’idée de la continuité (la lente poussée du germe) et celle de la rupture (l’éclatement de la terre sous la percée du végétal). Inconciliables au plan idéologique et théorique, le rythme graduel de l’évolution et le rythme asyndétique de la révolution pourraient donc s’ajuster au sein de l’utopie qu’est la littérature.

Gisèle Séginger (Fondation Maison des Sciences de l’Homme et Université Paris-Est Marne-la-Vallée) : « De l’histoire à la nature : La Mer de Michelet »

Sous le Second Empire, Michelet est un exilé de l’intérieur, qui poursuit une réflexion sur la productivité du temps et le sens de l’histoire, parfois en marge de l’historiographie proprement dite lorsqu’il a recours au légendaire (La Sorcière, Les Légendes démocratiques du nord, la Bible de l’humanité) ou lorsqu’il s’adonne à l’étude de la nature (L’Oiseau, L’Insecte, La Mer, la Montagne). Texte paru en 1861, un an avant la traduction de L’Origine des espèces de Darwin, et quelques années avant La Création, ouvrage naturaliste publié en 1870 par l’historien Quinet, La Mer a marqué bien des écrivains, probablement parce que cette œuvre relève d’un merveilleux scientifique et d’une nouvelle forme de lyrisme, fondés sur des savoirs du vivant alors en vogue (et qu’on commence à appeler « biologiques »), mais aussi sur des savoirs plus anciens voire archaïques. Michelet connaît Pouchet (défenseur de l’hétérogénie contre Pasteur), le physiologiste Robin, et il est bien informé des thèses transformistes de Lamarck et Geoffroy Saint-Hilaire, des découvertes sur les radiaires, les cellules, et autres petites unités qui passionnent la science de l’époque ; lui-même observe l’infiniment petit au microscope. Dans La Mer, il rêve sur l’origine de la vie, sur l’évolution, sur le travail de forces invisibles, des peuples infimes qui construisent des mondes dans le silence des océans et la longue durée de la nature. Il raconte la vie de la mer en historien, avec des métaphores ou des notions qui renvoient à l’historiographie (peuple, roi, lutte, conquête, guerre, races, droit). Quelle est la fonction de l’hybridation des savoirs biologiques/historiques ? Cette question sera traitée sous un angle épistémologique (quels sont les savoirs impliqués et comment ?), pragmatique (pour quels effets ?). Il s’agira d’identifier les enjeux idéologiques et rhétoriques du processus d’hybridation qui sert une réflexion plus large de nature philosophique, qui n’est pas dépourvue d’implications politiques, idéologiques, voire religieuses.

Frank Jäger (Université de Fribourg-en-Brisgau) : « Lautréamont et Michelet : hybridation d’histoire et de biologie »

On sait bien que les Chants de Maldoror contiennent une grande variété d’images et de métaphores biologiques, dites « sauvages ». L’origine de ce « bestiaire » ne se trouve pas seulement dans la fantaisie maladive de l’auteur, mais aussi dans des sources plus sobres. Une analyse approfondie des lectures de Lautréamont démontre qu’il existe une réception considérable de savoirs historiques et biologiques dans les Chants de Maldoror. Une source peu connue est l’historien Michelet.

Cette intervention vise à éclairer la relation qui existe entre un certain concept de l’histoire, établi dans le dix-neuvième siècle en général, et chez Michelet en particulier, et les savoirs biologiques de l’époque. On cherchera à montrer comment, chez Lautréamont, ce savoir est transformé dans les textes littéraires. Un exemple de ce transfert se trouve dans l’hymne à l’océan (I, 9) qui semble renvoyer à un ouvrage rédigé par Michelet en 1861, intitulé La Mer.

Recrutement d’un chercheur post-doctoral

ANR BIOLOGRAPHES
Création littéraire et savoirs biologiques au XIXe siècle

Fondation Maison des Sciences de l’Homme de Paris
190, avenue de France – 75013 Paris

Début du contrat : au plus tard en janvier 2015.

Durée 1 an (renouvelable une fois)

Salaire : 1700 euros nets.

Poste ouvert aux disciplines suivantes : histoire des sciences, littérature française (XIXe siècle), littérature comparée (rapports littérature et sciences).

Missions

– Collaboration au suivi du site Internet.

– Organisation des réunions (réservations…) et suivi financier du programme.

– Participation à des réunions et séminaires en Allemagne.

– Dépouillement de revues, rédaction de notices.

– Participation à l’élaboration du corpus d’étude et à l’ensemble des travaux de l’équipe de l’ANR.

– Participation à la rédaction d’un ouvrage collectif.

Dossier à transmettre le plus tôt possible et au plus tard le 10 décembre 2014 par mail à Gisèle Séginger, responsable du programme : gisele.seginger@msh-paris.fr

1) Lettre de motivation.

2) CV complet.

3) Rapport du jury de thèse.

4) Une publication ou la thèse.