Archives de catégorie : Actualités

Panel au Congrès de l’Association américaine « Nineteenth-Century French Studies »

Penser le temps : modèles biologiques, modèles historiques

Responsable : Gisèle Séginger

40e Congrès des dix-neuviémistes de l’Association américaine Nineteenth-Century French Studies à l’Université de Porto Rico (16-18 octobre 2014)

http://www.uprm.edu/cms/index.php/page/1875

Présentation

De Lamarck à Haeckel en passant par Darwin et Spencer, scientifiques et philosophes discutent des modèles de transformation, d’évolution, de la dégénérescence, de la sélection naturelle, etc. Ces modèles ont en commun de penser la longue durée et une impassibilité de la vie. L’historiographie de son côté conçoit le temps de l’Histoire en s’interrogeant sur l’articulation de l’individuel et du collectif, sur le rôle des ruptures, sur les déterminations et la part des sujets de l’histoire. Marqués par l’expérience des changements depuis 1789, les pensées de l’histoire tentent de décrire les développements et les bouleversements de la vie sociale et culturelle, d’en discerner les lois inhérentes ; les concepts de progrès, de révolution, d’esprit d’époque (ou de couleur locale), mais aussi de constance, de stasis circulent.  L’histoire et les sciences naturelles s’influencent réciproquement, les transferts et les reprises sont fréquents ; ainsi, le concept de révolution peut marquer l’étude du vivant (Geoffroy Saint-Hilaire), et celui de l’évolution l’histoire (Spencer, Haeckel). Le panel permettra d’aborder la construction de modèles de pensée et de représentations du temps à partir de disciplines différentes – historiographie et biologie – et l’impact de cette hybridation sur la conception de l’Histoire, ou inversement le déplacement d’une réflexion sur le temps historique dans le domaine naturel (par exemple dans les œuvres naturalistes de Michelet).

Communications

Thomas Klinkert (Université de Fribourg) : « Temps historique, temps culturel et temps biologique chez Baudelaire »

Juliette Azoulai (Université Paris-Est Marne-la-Vallée): « Germinal, de la révolte à la révolution : histoire d’une évolution »

Gisèle Séginger (FMSH et Université Paris-Est Marne-la-Vallée) : « De l’histoire à la nature : La Mer de Michelet »

Frank Jäger (Université de Fribourg-en-Brisgau) : « Lautréamont et Michelet : hybridation d’histoire et de biologie ».

Présentation des communications

Thomas Klinkert (Université Fribourg-en-Brisgau) : « Temps historique, temps culturel et temps biologique chez Baudelaire »

La poétique baudelairienne de la modernité est l’expression d’une conscience historique. Il s’agit pour Baudelaire d’établir « une théorie rationnelle et historique du beau, en opposition avec la théorie du beau unique et absolu » (Le peintre de la vie moderne). Le beau est composé « d’un élément éternel, invariable » et « d’un élément relatif, circonstanciel, qui sera […] l’époque, la mode, la morale, la passion » (ibid.). Dans la pratique poétique de Baudelaire cette dualité du beau, qui participe d’un ordre du temps historique, est réalisée sous forme d’une tension entre deux ordres temporels, à savoir l’ordre du temps biologique, qui implique la mortalité de l’homme, et l’ordre du temps culturel, dont la fonction est de transcender la mort individuelle. Dans cette intervention, on cherchera à élucider les rapports qui existent entre ces trois ordres temporels moyennant l’analyse de textes poétiques et de textes théoriques de Baudelaire.

Juliette Azoulai (Université Paris-Est Marne-la-Vallée) : « Germinal, de la révolte à la révolution : histoire d’une évolution »

Germinal met au jour le rapport de tension et de complémentarité qu’entretiennent les notions d’évolution (en biologie) et de révolution (en histoire). Le moment où Zola publie Germinal correspond à une époque de développement des pensées sociobiologiques. L’évolutionnisme spencérien étend les théories biologiques darwiniennes au champ de la sociologie et de l’histoire, développant ainsi au nom de la loi de sélection darwinienne une idéologie politique libérale et aristocratique. Par ailleurs, Marx et Engels cherchent également dans le struggle for life darwinien un fondement à la pensée historique de la lutte des classes. Le roman de Zola se fait l’écho des controverses contemporaines autour de la naturalisation de l’histoire : les débats entre Étienne, adepte du marxisme, Souvarine l’anarchiste et Rasseneur le possibiliste, portent en effet sur la question de la compatibilité entre la pensée évolutionniste et l’idéal révolutionnaire. Tous s’accordent sur l’idée qu’il faut en finir avec les inégalités sociales (« il faut que ça pète », s’écrient-ils en chœur au début du roman), mais ce projet révolutionnaire doit-il ou non rentrer dans la marche naturelle du temps ou implique-t-il nécessairement un acte contre-nature ?

L’histoire d’Étienne Lantier laisse entrevoir, à travers la temporalité romanesque du roman de formation (Bildungsroman), la possibilité d’une réconciliation harmonieuse de la temporalité révolutionnaire et de la temporalité évolutive de la biologie. De même, la métaphore finale de la germination, qui sert dans la dernière page du roman à penser une révolution prochaine, promise pour le XXe siècle, associe l’idée de la continuité (la lente poussée du germe) et celle de la rupture (l’éclatement de la terre sous la percée du végétal). Inconciliables au plan idéologique et théorique, le rythme graduel de l’évolution et le rythme asyndétique de la révolution pourraient donc s’ajuster au sein de l’utopie qu’est la littérature.

Gisèle Séginger (Fondation Maison des Sciences de l’Homme et Université Paris-Est Marne-la-Vallée) : « De l’histoire à la nature : La Mer de Michelet »

Sous le Second Empire, Michelet est un exilé de l’intérieur, qui poursuit une réflexion sur la productivité du temps et le sens de l’histoire, parfois en marge de l’historiographie proprement dite lorsqu’il a recours au légendaire (La Sorcière, Les Légendes démocratiques du nord, la Bible de l’humanité) ou lorsqu’il s’adonne à l’étude de la nature (L’Oiseau, L’Insecte, La Mer, la Montagne). Texte paru en 1861, un an avant la traduction de L’Origine des espèces de Darwin, et quelques années avant La Création, ouvrage naturaliste publié en 1870 par l’historien Quinet, La Mer a marqué bien des écrivains, probablement parce que cette œuvre relève d’un merveilleux scientifique et d’une nouvelle forme de lyrisme, fondés sur des savoirs du vivant alors en vogue (et qu’on commence à appeler « biologiques »), mais aussi sur des savoirs plus anciens voire archaïques. Michelet connaît Pouchet (défenseur de l’hétérogénie contre Pasteur), le physiologiste Robin, et il est bien informé des thèses transformistes de Lamarck et Geoffroy Saint-Hilaire, des découvertes sur les radiaires, les cellules, et autres petites unités qui passionnent la science de l’époque ; lui-même observe l’infiniment petit au microscope. Dans La Mer, il rêve sur l’origine de la vie, sur l’évolution, sur le travail de forces invisibles, des peuples infimes qui construisent des mondes dans le silence des océans et la longue durée de la nature. Il raconte la vie de la mer en historien, avec des métaphores ou des notions qui renvoient à l’historiographie (peuple, roi, lutte, conquête, guerre, races, droit). Quelle est la fonction de l’hybridation des savoirs biologiques/historiques ? Cette question sera traitée sous un angle épistémologique (quels sont les savoirs impliqués et comment ?), pragmatique (pour quels effets ?). Il s’agira d’identifier les enjeux idéologiques et rhétoriques du processus d’hybridation qui sert une réflexion plus large de nature philosophique, qui n’est pas dépourvue d’implications politiques, idéologiques, voire religieuses.

Frank Jäger (Université de Fribourg-en-Brisgau) : « Lautréamont et Michelet : hybridation d’histoire et de biologie »

On sait bien que les Chants de Maldoror contiennent une grande variété d’images et de métaphores biologiques, dites « sauvages ». L’origine de ce « bestiaire » ne se trouve pas seulement dans la fantaisie maladive de l’auteur, mais aussi dans des sources plus sobres. Une analyse approfondie des lectures de Lautréamont démontre qu’il existe une réception considérable de savoirs historiques et biologiques dans les Chants de Maldoror. Une source peu connue est l’historien Michelet.

Cette intervention vise à éclairer la relation qui existe entre un certain concept de l’histoire, établi dans le dix-neuvième siècle en général, et chez Michelet en particulier, et les savoirs biologiques de l’époque. On cherchera à montrer comment, chez Lautréamont, ce savoir est transformé dans les textes littéraires. Un exemple de ce transfert se trouve dans l’hymne à l’océan (I, 9) qui semble renvoyer à un ouvrage rédigé par Michelet en 1861, intitulé La Mer.

Recrutement d’un chercheur post-doctoral

ANR BIOLOGRAPHES
Création littéraire et savoirs biologiques au XIXe siècle

Fondation Maison des Sciences de l’Homme de Paris
190, avenue de France – 75013 Paris

Début du contrat : au plus tard en janvier 2015.

Durée 1 an (renouvelable une fois)

Salaire : 1700 euros nets.

Poste ouvert aux disciplines suivantes : histoire des sciences, littérature française (XIXe siècle), littérature comparée (rapports littérature et sciences).

Missions

– Collaboration au suivi du site Internet.

– Organisation des réunions (réservations…) et suivi financier du programme.

– Participation à des réunions et séminaires en Allemagne.

– Dépouillement de revues, rédaction de notices.

– Participation à l’élaboration du corpus d’étude et à l’ensemble des travaux de l’équipe de l’ANR.

– Participation à la rédaction d’un ouvrage collectif.

Dossier à transmettre le plus tôt possible et au plus tard le 10 décembre 2014 par mail à Gisèle Séginger, responsable du programme : gisele.seginger@msh-paris.fr

1) Lettre de motivation.

2) CV complet.

3) Rapport du jury de thèse.

4) Une publication ou la thèse.

Appel à contribution colloque Vulgarisation et médiation scientifique

Colloque organisé dans le cadre du Réseau inter-MSH VIVANLIT

Penser le vivant. Les échanges entre littérature et sciences de la vie de la fin du XVIIIe siècle à l’époque contemporaine

 Coordination : Christine Maillard et Gisèle Séginger

Vulgarisation et médiation scientifique

Jeudi 4 et vendredi 5 décembre 2014

Fondation Maison des Sciences de l’Homme de Paris

Date limite d’envoi des propositions de communication : 1er septembre 2014.

Le terme « vulgarisation » a souvent des connotations négatives liées à l’étymologie du terme. Pourtant à partir du XIXe siècle on a encouragé la diffusion des savoirs en dehors de leur domaine d’émergence ainsi que leur transmission à des catégories sociales variées, soit par articles destinés à des lecteurs cultivés, soit par des ouvrages abordables pour un public plus populaire, soit par l’enseignement. La valorisation de la science et le développement du positivisme encouragent le public cultivé à s’intéresser à des savoirs spécifiques. Des revues et journaux non spécialisés (Le Globe, La Revue des Deux Mondes…) rendent compte de débats ou de la publication d’ouvrages scientifiques lorsqu’ils peuvent intéresser un lectorat important. À partir des années 1850 se développe une presse spécialement dédiée à la vulgarisation, tandis que l’esprit positiviste stimule les échanges. Des réseaux et des salons font alors se rencontrer écrivains et scientifiques. Les savoirs empruntés au domaine que nous appelons maintenant « sciences de la vie » circulent très vite dans des cercles élargis alors même que la discipline biologique tarde à fixer ses frontières et que le terme « biologie » reste d’un emploi irrégulier et concurrencé par d’autres termes jusqu’à la fin du XIXe siècle.

Quels sont les canaux de diffusion des savoirs biologiques au XIXe siècle voire le rôle des institutions ? quel retentissement ont-ils dans la culture et la société ? quelles sont  les formes utilisées (articles, conférences, illustrations…) ? quel travail la vulgarisation des savoirs biologiques accomplit-elle sur les signes ? la fiction littéraire a-t-elle un rôle dans leur popularisation, dans l’invention d’images et de nouveaux mythes ? Ce sont à la fois les enjeux, les moyens, et l’impact d’une vulgarisation naissante des savoirs biologiques que pourront aborder les communications de ce colloque. La progressive spécialisation des sciences au xxe siècle, la complexité des recherches modernes ont modifié l’accès au savoir et sa diffusion. Toutefois une réaction contre la fermeture disciplinaire et les clivages ainsi que la curiosité d’un public plus large pour les questions qui touchent au vivant, l’invention de nouveaux médias ont contribué au développement de ce qu’on préfère désormais appeler la médiation scientifique. Quelles sont les fonctions, les stratégies et la finalité de la médiation scientifique en ce qui concerne les savoirs du vivant ? Quelles sont les modèles de pensées, les notions, les recherches qui ont le plus d’impact sur les interrogations philosophiques, les questions de société ? Comment la littérature s’empare-t-elle de certains de ces savoirs ?

Les interventions de scientifiques, de spécialistes de la littérature du XXe et XXIe siècle nous permettront aussi d’appréhender la transformation d’un paradigme comme celui d’évolution qui a eu un rôle majeur à la fois dans la vulgarisation scientifique, dans les sciences humaines et la littérature. Par rapport à un tel paradigme, par rapport aux constructions et aux savoirs vedettes du XIXe siècle quels sont aujourd’hui les savoirs qui mobilisent le mieux la recherche et l’imaginaire scientifiques ainsi que par ailleurs l’imaginaire culturel ou littéraire ? La médiation scientifique a construit un nouvel espace d’échange, elle utilise de nouveaux moyens de diffusion. Les communications pourront aborder à la fois les moyens actuels de la médiation, et les savoirs qui font l’objet de cette médiation, leur intérêt et leur impact pour un public au-delà de leur champ disciplinaire, leurs potentialités imaginaires, leur plasticité pour un usage esthétique.

Ce colloque réunira à la fois des scientifiques, historiens de sciences et des littéraires spécialistes du XIXe siècle ou de l’époque contemporaine.

Comité scientifique : Christine Baron (université de Poitiers) ; Claude Blackaert (CNRS-Centre Alexandre Koyré) ; Laurence Dahan Gaïda (université de Besançon) ; Christine Maillard (université de Strasbourg) ; Rafael Mandressi (CNRS-Centre Alexandre Koyré) ; Hugues Marchal (université de Bâle) ; Laurence Talairach-Vielmas (université de Toulouse/centre Alexandre Koyré) ; Gisèle Séginger (université Paris-Est Marne-la-Vallée/Fondation Maison des sciences de l’homme)

 Dates à retenir :

– Remise des propositions de communication et d’une courte notice biblio-biographique : 1er septembre 2014

– Date de la remise des articles définitifs : 20 décembre 2014

– Date de la publication des articles (sous réserve d’acceptation par le comité scientifique) : juin 2015

Contact : gisele.seginger@msh-paris.fr

Colloque Temps biologique, temps historique

Colloque Temps biologique, temps historique

2 et 3 octobre 2014

Université Paris-Est et Fondation Maison des Sciences de l’Homme de Paris

190, avenue de France – 75013

salle du conseil A et B

Coordination : Gisèle Séginger

Programme organisé en collaboration avec l’université de Tübingen
et la Fondation Maison des Sciences de l’Homme de Paris

Comité scientifique : Gisèle Séginger (université Paris-Est Marne-la-Vallée), Niklas Bender (université de Tübingen), Niels Weidtmann (Forum scientarum de l’université de Tübingen), Hugues Marchal (université de Bâle), Pascal Duris (université Bordeaux), Paule Petitier (université Paris-Diderot), Laurence Talairach (centre Koyré/CNRS), Muriel Louâpre (université Paris-Descartes)

Jeudi 2 octobre 2014

Ouverture – 9 h

Jean-Pierre Dozon (directeur scientifique de la FMSH)

Gilles Roussel (président de l’université Paris-Est Marne-la-Vallée)

Niels Weidtman (université de Tübingen/directeur du Forum Scientarum)

Gisèle Séginger (université Paris-Est/FMSH)

Séance 9 h 30 – 13 h

Évolutions

Président : Claude Blanckaert (centre Koyré/CNRS)

Pascal Duris (université de Bordeaux), « Du temps biblique au temps darwinien. Les discours sur le vivant au XVIIIe et au XIXe siècles »

Claude Retat (UMR 8599-CELLF) « Darwin anarchiste – révolution et évolution »

Claire Barel Moisan (CNR Lyon) – « Fins du monde, fin des temps : l’évolution au risque du roman d’anticipation ».

Yohann Ringuedé (UPEM), « Évolutionnisme et successivité dans Antediluviana, poème géologique d’Ernest Cotty » (1876)

Michael Heidelberger (université de Tübingen), « La Biologie dans la philosophie des sciences au XIXe siècle ».

14 h 30 – 18 h

Les formes du temps : entre culture et biologie

Présidence : Paule Petitier

Stefan Knödler (université de Tübingen), « Une histoire littéraire biologiste. Les frères Schlegel et Cuvier »

Steffen Schneider (université de Tübingen), « Les formes du temps et les énigmes du Sphinx, de Hegel à Baudelaire »

Thomas Klinkert (Fribourg-en-Brisgau), « Temps historique, temps culturel et temps biologique chez Baudelaire »

Frank Jäger (Fribourg-en-Brisgau), « Lautréamont et Michelet : hybridation d’histoire et de biologie »

Laurence Talairach (université de Toulouse), « De la Belle à la Bête : Métamorphoses et biologie évolutionniste dans la littérature victorienne pour enfants »

Vendredi 3 octobre

9 h 30 – 12 h

Géologie, mémoire et histoire

Présidence : Laurence Dahan-Gaida (université de Franche-Comté)

Paule Petitier (université Paris-Diderot), « Strates géologiques et structure de la mémoire au début du XIXe siècle »

Edward Bizub (université de Genève), « La mémoire du corps chez Proust : temps historique, temps biologique »

Pierre-Louis Rey (Professeur émérite, université Paris III) « Les héros de Gobineau n’ont pas d’âge »

14 h – 16 h 30

Nature et Histoire

Présidence : Rudolph Behrens

Christine Maillard (université de Strasbourg), « Nature et histoire dans la pensée de Joseph Görres »

Niklas Bender (université de Tübingen),  « Temps de l’Histoire et temps de la Nature dans l’œuvre romanesque de Victor Hugo »

Sandra Collet (UPEM) « Balzac ou la classification des espèces sociales au risque de l’Histoire »

Carine Goutaland, Il faut manger et être mangé pour que le monde vive : le ventre zolien entre évolution et révolution

16 h 30  – 19 h

Hérédité, atavisme et histoire 

Présidence : Hugues Marchal

Arnaud Hurel (Muséum national d’histoire naturelle, UMR 7194),  « Le temps de la préhistoire. Loi du progrès et réminiscence atavique »

Arnaud François (université Toulouse II le Mirail), « Zola, l’hérédité du caractère et l’hérédité de l’écart : sur une remarque de Bergson dans L’évolution créatrice »

Christophe Bouton (université Bordeaux 3), « La catégorie de développement dans les pensées de l’histoire du XIXe siècle »

Emmanuel Salanskis (ENS/Fondation Thiers), « Nietzsche, ou la culture à l’épreuve du temps de l’hérédité »

Le temps du vivant

Le temps du vivant

Cycle de séminaires organisés dans le cadre du programme
« Littérature et savoirs du vivant »

 À FONDATION MAISON DES SCIENCES DE L’HOMME DE PARIS

190, avenue de France, 75013, Paris,
métro Quai de la Gare ou Bibliothèque nationale de France

 Coordination : Gisèle Séginger

24 janvier de 15h à 17h, salle 1

Miroslaw Loba (université de Poznań) « Le temps d’un regard. L’humanité et l’animalité : Flaubert et Gombrowicz »

21 février de 17h à 19h, salle 2 – séance annulée

Simona Gîrleanu (UPEM) « Le temps de la Genèse : Buffon et les traditions des Lumières »

 

21 mars de 15h à 17h, salle 2

Juliette Azoulai (UPEM) « Temps évolutionniste et temps révolutionnaire »

4 avril de 15h à 17h, salle 2

Michael Soubbotnik (UPEM) « Visions du destin et monologue de l’ombre : les sciences du vivant dans la poésie d’Augusto dos Anjos (1884-1914) »

 

16 mai de 17h à 19h, salle du conseil B

Michel Morange (ENS Ulm)« Évolution et histoire du vivant : deux conceptions du temps biologique »

 

20 juin de 15h à 17h, salle 1

Nathalie Vuillemin (université de Neuchâtel) « Le retour aux origines de la nature vivante : stratégies de représentation d’une temporalité inaccessible (1770-1820) »