Archives de catégorie : Actualités

Appel à contribution colloque Vulgarisation et médiation scientifique

Colloque organisé dans le cadre du Réseau inter-MSH VIVANLIT

Penser le vivant. Les échanges entre littérature et sciences de la vie de la fin du XVIIIe siècle à l’époque contemporaine

 Coordination : Christine Maillard et Gisèle Séginger

Vulgarisation et médiation scientifique

Jeudi 4 et vendredi 5 décembre 2014

Fondation Maison des Sciences de l’Homme de Paris

Date limite d’envoi des propositions de communication : 1er septembre 2014.

Le terme « vulgarisation » a souvent des connotations négatives liées à l’étymologie du terme. Pourtant à partir du XIXe siècle on a encouragé la diffusion des savoirs en dehors de leur domaine d’émergence ainsi que leur transmission à des catégories sociales variées, soit par articles destinés à des lecteurs cultivés, soit par des ouvrages abordables pour un public plus populaire, soit par l’enseignement. La valorisation de la science et le développement du positivisme encouragent le public cultivé à s’intéresser à des savoirs spécifiques. Des revues et journaux non spécialisés (Le Globe, La Revue des Deux Mondes…) rendent compte de débats ou de la publication d’ouvrages scientifiques lorsqu’ils peuvent intéresser un lectorat important. À partir des années 1850 se développe une presse spécialement dédiée à la vulgarisation, tandis que l’esprit positiviste stimule les échanges. Des réseaux et des salons font alors se rencontrer écrivains et scientifiques. Les savoirs empruntés au domaine que nous appelons maintenant « sciences de la vie » circulent très vite dans des cercles élargis alors même que la discipline biologique tarde à fixer ses frontières et que le terme « biologie » reste d’un emploi irrégulier et concurrencé par d’autres termes jusqu’à la fin du XIXe siècle.

Quels sont les canaux de diffusion des savoirs biologiques au XIXe siècle voire le rôle des institutions ? quel retentissement ont-ils dans la culture et la société ? quelles sont  les formes utilisées (articles, conférences, illustrations…) ? quel travail la vulgarisation des savoirs biologiques accomplit-elle sur les signes ? la fiction littéraire a-t-elle un rôle dans leur popularisation, dans l’invention d’images et de nouveaux mythes ? Ce sont à la fois les enjeux, les moyens, et l’impact d’une vulgarisation naissante des savoirs biologiques que pourront aborder les communications de ce colloque. La progressive spécialisation des sciences au xxe siècle, la complexité des recherches modernes ont modifié l’accès au savoir et sa diffusion. Toutefois une réaction contre la fermeture disciplinaire et les clivages ainsi que la curiosité d’un public plus large pour les questions qui touchent au vivant, l’invention de nouveaux médias ont contribué au développement de ce qu’on préfère désormais appeler la médiation scientifique. Quelles sont les fonctions, les stratégies et la finalité de la médiation scientifique en ce qui concerne les savoirs du vivant ? Quelles sont les modèles de pensées, les notions, les recherches qui ont le plus d’impact sur les interrogations philosophiques, les questions de société ? Comment la littérature s’empare-t-elle de certains de ces savoirs ?

Les interventions de scientifiques, de spécialistes de la littérature du XXe et XXIe siècle nous permettront aussi d’appréhender la transformation d’un paradigme comme celui d’évolution qui a eu un rôle majeur à la fois dans la vulgarisation scientifique, dans les sciences humaines et la littérature. Par rapport à un tel paradigme, par rapport aux constructions et aux savoirs vedettes du XIXe siècle quels sont aujourd’hui les savoirs qui mobilisent le mieux la recherche et l’imaginaire scientifiques ainsi que par ailleurs l’imaginaire culturel ou littéraire ? La médiation scientifique a construit un nouvel espace d’échange, elle utilise de nouveaux moyens de diffusion. Les communications pourront aborder à la fois les moyens actuels de la médiation, et les savoirs qui font l’objet de cette médiation, leur intérêt et leur impact pour un public au-delà de leur champ disciplinaire, leurs potentialités imaginaires, leur plasticité pour un usage esthétique.

Ce colloque réunira à la fois des scientifiques, historiens de sciences et des littéraires spécialistes du XIXe siècle ou de l’époque contemporaine.

Comité scientifique : Christine Baron (université de Poitiers) ; Claude Blackaert (CNRS-Centre Alexandre Koyré) ; Laurence Dahan Gaïda (université de Besançon) ; Christine Maillard (université de Strasbourg) ; Rafael Mandressi (CNRS-Centre Alexandre Koyré) ; Hugues Marchal (université de Bâle) ; Laurence Talairach-Vielmas (université de Toulouse/centre Alexandre Koyré) ; Gisèle Séginger (université Paris-Est Marne-la-Vallée/Fondation Maison des sciences de l’homme)

 Dates à retenir :

– Remise des propositions de communication et d’une courte notice biblio-biographique : 1er septembre 2014

– Date de la remise des articles définitifs : 20 décembre 2014

– Date de la publication des articles (sous réserve d’acceptation par le comité scientifique) : juin 2015

Contact : gisele.seginger@msh-paris.fr

Colloque Temps biologique, temps historique

Colloque Temps biologique, temps historique

2 et 3 octobre 2014

Université Paris-Est et Fondation Maison des Sciences de l’Homme de Paris

190, avenue de France – 75013

salle du conseil A et B

Coordination : Gisèle Séginger

Programme organisé en collaboration avec l’université de Tübingen
et la Fondation Maison des Sciences de l’Homme de Paris

Comité scientifique : Gisèle Séginger (université Paris-Est Marne-la-Vallée), Niklas Bender (université de Tübingen), Niels Weidtmann (Forum scientarum de l’université de Tübingen), Hugues Marchal (université de Bâle), Pascal Duris (université Bordeaux), Paule Petitier (université Paris-Diderot), Laurence Talairach (centre Koyré/CNRS), Muriel Louâpre (université Paris-Descartes)

Jeudi 2 octobre 2014

Ouverture – 9 h

Jean-Pierre Dozon (directeur scientifique de la FMSH)

Gilles Roussel (président de l’université Paris-Est Marne-la-Vallée)

Niels Weidtman (université de Tübingen/directeur du Forum Scientarum)

Gisèle Séginger (université Paris-Est/FMSH)

Séance 9 h 30 – 13 h

Évolutions

Président : Claude Blanckaert (centre Koyré/CNRS)

Pascal Duris (université de Bordeaux), « Du temps biblique au temps darwinien. Les discours sur le vivant au XVIIIe et au XIXe siècles »

Claude Retat (UMR 8599-CELLF) « Darwin anarchiste – révolution et évolution »

Claire Barel Moisan (CNR Lyon) – « Fins du monde, fin des temps : l’évolution au risque du roman d’anticipation ».

Yohann Ringuedé (UPEM), « Évolutionnisme et successivité dans Antediluviana, poème géologique d’Ernest Cotty » (1876)

Michael Heidelberger (université de Tübingen), « La Biologie dans la philosophie des sciences au XIXe siècle ».

14 h 30 – 18 h

Les formes du temps : entre culture et biologie

Présidence : Paule Petitier

Stefan Knödler (université de Tübingen), « Une histoire littéraire biologiste. Les frères Schlegel et Cuvier »

Steffen Schneider (université de Tübingen), « Les formes du temps et les énigmes du Sphinx, de Hegel à Baudelaire »

Thomas Klinkert (Fribourg-en-Brisgau), « Temps historique, temps culturel et temps biologique chez Baudelaire »

Frank Jäger (Fribourg-en-Brisgau), « Lautréamont et Michelet : hybridation d’histoire et de biologie »

Laurence Talairach (université de Toulouse), « De la Belle à la Bête : Métamorphoses et biologie évolutionniste dans la littérature victorienne pour enfants »

Vendredi 3 octobre

9 h 30 – 12 h

Géologie, mémoire et histoire

Présidence : Laurence Dahan-Gaida (université de Franche-Comté)

Paule Petitier (université Paris-Diderot), « Strates géologiques et structure de la mémoire au début du XIXe siècle »

Edward Bizub (université de Genève), « La mémoire du corps chez Proust : temps historique, temps biologique »

Pierre-Louis Rey (Professeur émérite, université Paris III) « Les héros de Gobineau n’ont pas d’âge »

14 h – 16 h 30

Nature et Histoire

Présidence : Rudolph Behrens

Christine Maillard (université de Strasbourg), « Nature et histoire dans la pensée de Joseph Görres »

Niklas Bender (université de Tübingen),  « Temps de l’Histoire et temps de la Nature dans l’œuvre romanesque de Victor Hugo »

Sandra Collet (UPEM) « Balzac ou la classification des espèces sociales au risque de l’Histoire »

Carine Goutaland, Il faut manger et être mangé pour que le monde vive : le ventre zolien entre évolution et révolution

16 h 30  – 19 h

Hérédité, atavisme et histoire 

Présidence : Hugues Marchal

Arnaud Hurel (Muséum national d’histoire naturelle, UMR 7194),  « Le temps de la préhistoire. Loi du progrès et réminiscence atavique »

Arnaud François (université Toulouse II le Mirail), « Zola, l’hérédité du caractère et l’hérédité de l’écart : sur une remarque de Bergson dans L’évolution créatrice »

Christophe Bouton (université Bordeaux 3), « La catégorie de développement dans les pensées de l’histoire du XIXe siècle »

Emmanuel Salanskis (ENS/Fondation Thiers), « Nietzsche, ou la culture à l’épreuve du temps de l’hérédité »

Le temps du vivant

Le temps du vivant

Cycle de séminaires organisés dans le cadre du programme
« Littérature et savoirs du vivant »

 À FONDATION MAISON DES SCIENCES DE L’HOMME DE PARIS

190, avenue de France, 75013, Paris,
métro Quai de la Gare ou Bibliothèque nationale de France

 Coordination : Gisèle Séginger

24 janvier de 15h à 17h, salle 1

Miroslaw Loba (université de Poznań) « Le temps d’un regard. L’humanité et l’animalité : Flaubert et Gombrowicz »

21 février de 17h à 19h, salle 2 – séance annulée

Simona Gîrleanu (UPEM) « Le temps de la Genèse : Buffon et les traditions des Lumières »

 

21 mars de 15h à 17h, salle 2

Juliette Azoulai (UPEM) « Temps évolutionniste et temps révolutionnaire »

4 avril de 15h à 17h, salle 2

Michael Soubbotnik (UPEM) « Visions du destin et monologue de l’ombre : les sciences du vivant dans la poésie d’Augusto dos Anjos (1884-1914) »

 

16 mai de 17h à 19h, salle du conseil B

Michel Morange (ENS Ulm)« Évolution et histoire du vivant : deux conceptions du temps biologique »

 

20 juin de 15h à 17h, salle 1

Nathalie Vuillemin (université de Neuchâtel) « Le retour aux origines de la nature vivante : stratégies de représentation d’une temporalité inaccessible (1770-1820) »