Archives de catégorie : Billets

Une approche textométrique pour étudier la transmission des savoirs biologiques au XIXe siècle

Philippe Gambette, Nadège Lechevrel

Résumé

Cet article propose d’aborder la question du positionnement entre qualitatif et quantitatif (que suppose l’analyse informatisée de données textuelles) au travers d’exemples concrets tirés d’un projet de recherche se situant dans le domaine de la création littéraire et son rapport aux savoirs biologiques (Biolographes : http://biolog.hypotheses.org). Une première partie expose les aspects pratiques des corpus numériques, de l’accès aux sources à leurs métadonnées, en passant par les questions d’océrisation et de stockage (base de données). Les deuxième et troisième parties illustrent la façon dont des outils textométriques et de visualisation (TXM, Treecloud) servent de point d’appui, dans le cas de grands corpus, à de nombreuses hypothèses de travail. En conclusion, il souligne le pont opéré par le TAL entre les outils informatisés et l’analyse littéraire.

Texte intégral : https://www.erudit.org/fr/revues/npss/2016-v12-n1-npss02874/1038375ar/

Guide des humanités environnementales

Bénédicte Percheron

Ce guide qui croise diverses approches disciplinaires propose des synthèses sur des questionnements d’actualité. Il se donne pour objectif de « constituer un support de référence centré sur la polysémie et l’épaisseur de l’idée de nature telle qu’elle a été développée dans les histoires culturelles européennes de la modernité, au cours des XIXe et XXe siècles » et de montrer « comment celle-ci, dans les défis qu’elle adresse aujourd’hui aux sociétés contemporaines, reconfigure les cadres de pensée, les disciplines et leurs objets de recherche pour produire de nouveaux champs de questionnements et de pratiques » (p. 15). Regroupés en deux parties (« Comment penser la nature ? », « Comment vivre avec la nature ? »), les articles présentent des réflexions éthiques, philosophiques, écologiques, juridiques et culturelles. Ils abordent aussi bien les savoirs, les imaginaires que les pratiques. Plusieurs notices de ce guide offrent d’utiles synthèses sur des questions afférentes aux rapports entre les savoirs du vivant et la littérature. D’autres délivrent des historiques et des définitions de différents courants de pensée (écosophie, écospiritualité, écocritique…). Occasionnellement les notices défendent un point de vue et le développement d’une approche particulière comme dans le cas de l’écopsychologie.

Conformément aux objectifs de l’ANR/DFG Biolographes, nous présentons uniquement les notices relatives aux interactions entre les sciences du vivant et la littérature au XIXe siècle.

Pour comprendre les rapports entre nature et poésie, Peter Schnyder se propose d’analyser la notion de nature pensée comme catégorie esthétique. De la philosophie grecque au XVIIIe siècle la nature a été l’objet de constructions culturelles. Chez Kant, la beauté naturelle est préférable à la beauté artistique tandis que chez Hegel la production artistique l’emporte sur la nature. Les modèles culturels imprègnent très largement la perception de la nature. Si la poésie classique française a peu développé la poésie de la nature, le romantisme en propose une idéalisation et il cherche une harmonie avec les sentiments, comme dans les Méditations poétiques de Lamartine (1820). Au milieu du XIXe siècle, les poètes se tournent plutôt vers la ville et n’évoquent la nature que pour souligner des états d’âme, souvent mélancoliques (Verlaine, Poèmes saturniens, 1866). Avec le début du XXe siècle, la nature s’efface au profit de thématiques de la vie moderne (Apollinaire ou Cendras). Après un rapide panorama, Peter Schnyder en vient à l’exemple de Jaccottet : il se méfie de l’image poétique qui peut cacher le monde ou l’essence même de l’objet évoqué ; ses paysages sont alors sans figures (Paysages avec figures absentes, 1970) et il s’efforce de toujours inscrire son œuvre dans la « réalité vécue, vue, sentie » (p. 131).

Plus théorique, Laurence Dahan-Gaida propose, dans une notice intitulée « Épistémocritique de la Nature. Nature en culture », un résumé des objectifs de l’épistémocritique, une nouvelle méthode d’analyse des savoirs dans la littérature. Déjà transformés par les discours sociaux, les savoirs scientifiques dans les textes littéraires forment d’autres objets qui peuvent à leur tour avoir de nouvelles applications. L’auteur s’interroge sur les rapports entre nature et culture. Pour illustrer l’utilisation de l’épistémocritique, elle esquisse une application aux Affinités électives de Goethe (1809), dont les rapports entre les personnages sont expliqués par une métaphore chimique : les phénomènes d’attraction et de répulsion, qui règlent leurs relations proviennent de notions du XVIIIe siècle. Goethe use également de la métaphore du jardin et de la greffe. Le jardin est à la fois le lieu des savoirs,  en particulier de la taxinomie, et le lieu où l’on discute des nouvelles pratiques commerciales ou des modes botaniques. La greffe incarne la volonté de dominer la nature, de l’améliorer grâce à la technique. Laurence Dahan-Gaida marque une évolution entre Goethe et Flaubert qui fait un usage critique des savoirs : Bouvard et Pécuchet discutent de taxinomie, d’économie, d’esthétique dans l’épisode de l’organisation d’un jardin, au début du roman (1880). Enfin, elle réfléchit sur le paradigme du posthumanisme en montrant que certains écrivains, comme Maurice Dantec, Michel Houellebecq ou encore Richard Powers, s’interrogent sur les frontières de l’humain et sur la notion même de nature humaine.

Dans une perspective plus globale, Gisèle Séginger (notice « Le Vivant ») montre comment les recherches sur le vivant se sont structurées au XIXsiècle en générant de nouveaux imaginaires. Progressivement, l’histoire naturelle glisse de l’ordre de la nature à la logique du vivant, des  classifications fixistes du XVIIIe siècle à l’étude de l’invisible. Le XIXe siècle connaît une rupture épistémologique avec l’ordre du visible (Foucault, Les Mots et les choses, 1966). L’histoire naturelle dépasse désormais la simple description de la « structure visible » (F. Jacob, La Logique du vivant, 1970). Au XVIIIe siècle, les connaissances naturalistes dépendaient étroitement des contextes idéologiques et politiques, qui stimulaient ou, au contraire, freinaient les découvertes naturalistes. Mais déjà avec Buffon, la nature, ses paysages, se transformaient dans un temps plus long. Au XIXe siècle, les trois règnes de la nature sont souvent supplantés par une division binaire : le vivant et l’inorganique. Enfin, G. Séginger rappelle les controverses célèbres sur le créationnisme, le transformisme, puis l’évolutionnisme. La biologie, qui se développe progressivement au XIXe siècle (le terme se diffuse vers le milieu du siècle), offre de multiples modèles de pensées, des idées, mais aussi des images variées, qui ont inspiré de nombreux écrivains. Des ébauches pré-évolutionnistes chez Diderot, avec Le Rêve de d’Alembert (1769) au décadentisme d’À Rebours (1884) de Huysmans, les écrivains manipulent des savoirs naturalistes pour théoriser le roman (Balzac ou encore Zola), pour inventer des principes esthétiques ou encore critiquer la science. En sens inverse, les textes scientifiques utilisent des procédés narratifs et poétiques pour construire de nouvelles hypothèses ou mettre en forme leurs résultats. La notice souligne ainsi l’intérêt de l’approche interdisciplinaire pour comprendre les enjeux de l’étude du vivant au XIXe siècle.

Sommaire

Pour commander l’ouvrage

 

Allocations doctorales – 2017

Littérature française du XIXe siècle

Contact : Gisèle Séginger

Université Paris-Est et Fondation Maison des Sciences de l’Homme de Paris – Membre de l’Institut Universitaire de France

gisele.seginger@u-pem.fr ou gisele.seginger@msh-paris.fr

Candidature à envoyer avant le 20 juin (lettre de motivation, résultats du Master, projet de thèse deux pages).

L’école doctorale « Cultures et Sociétés » dispose pour l’année 2017 de 7 contrats doctoraux. Ces allocations, destinées à financer pour trois années la réalisation d’une thèse, s’adressent aux candidats titulaires d’un Master obtenu au cours de l’année universitaire 2016-2017 ou avant. Les doctorants feront partie de l’Unité de Recherche pluridisciplinaire « Littératures, Savoirs et Arts » et de l’École Doctorale « Cultures et Sociétés » de l’université Paris-Est : http://www.univ-paris-est.fr/fr/-ecole-doctorale-cultures-et-societes-cs-/

Les doctorants pourront participer à plusieurs programmes de recherche collectifs en cours : BIOLOGRAPHES (Agence nationale de la Recherche) ;  programme « Littérature et science: l’écriture des savoirs biologiques au XIXe siècle » (Institut Universitaire de France).

Des doctorats portant sur les thématiques de recherche développées par l’ANR Biolographes sont les bienvenus. Les doctorants pourront ainsi participer aux activités développées à la Fondation Maison des Sciences de l’Homme autour de ce programme :

http://biolog.hypotheses.org/

http://www.iufrance.fr/les-membres-de-liuf/membre/1590-gisele-seginger.html

https://metamorphose.hypotheses.org/

 

Littérature et science: l’écriture des savoirs biologiques au XIXe siècle

Gisèle Séginger – Membre senior de l’Institut Universitaire de France (2016-2021)

 Ce projet s’inscrit dans le champ d’une critique ouverte à une forme d’interdisciplinarité novatrice, à l’intersection de la littérature et de la biologie, dans une époque transitoire – le XIXe siècle – où la biologie se forme et se trouve néanmoins très vite impliquée dans des questionnements généraux sur la vie. Les nouveaux savoirs circulent entre plusieurs disciplines, que la littérature prend volontiers en écharpe. Organisé en deux volets complémentaires, le programme de recherche abordera la circulation des savoirs biologiques et leur impact sur la littérature, mais aussi, dans l’autre sens, l’invention et l’écriture scientifiques afin de comprendre la formation et la diffusion culturelle des représentations et des modèles biologiques les plus prégnants.

Literature and Science: the Writing of Biological Knowledge in the 19th Century

 This project is part of a field of criticism open to a form of innovative interdisciplinarity, at the intersection of literature and biology in a time of transition – the 19th century – when biology became an autonomous discipline and was nonetheless very quickly implicated in a more general process of questioning life. New knowledge circulated among several disciplines, which literature willingly made use of. Organized in two complimentary parts, this project will allow me to study both the circulation of biological knowledge and its impact on literature, as well as, in the other direction, invention and scientific writing, in order to understand the processes of conceptualization and the cultural diffusion of the most vivid representations and biological models of the time.

Communication présentée au colloque de l’IUF (A)symétrie – Bordeaux 2017 (17-19 mai) : « Symétrie, dissymétrie ou asymétrie du vivant ? Pasteur, Paul Janet et Flaubert. »

Alors que Pasteur, s’insurgeait généralement contre « l’immixtion de la science dans les questions d’origine et de fin des choses », estimant que le scientifique ne devait « s’inquiéter en rien des conséquences philosophiques de ses travaux » (discours de 1874), dans le cas de ses propres recherches sur la dissymétrie moléculaire, il en vient à des considérations métaphysiques: « Je crois à une influence cosmique dissymétrique qui préside naturellement, constamment, à l’organisation moléculaire des principes immédiats essentiels à la vie, et qu’en conséquence les espèces des règnes de la vie sont, dans leur structure, dans leurs formes, dans les dispositions de leurs tissus, en relation avec les mouvements de l’univers » (lettre d’avril 1871). Pasteur développe ses travaux sur la dissymétrie d`es les années 1848-1853 alors qu’il fréquente Paul Janet, en poste comme lui à Strasbourg. Ancien secrétaire de Victor Cousin, Janet défend le spiritualisme, comme le philosophe Edme Caro, qui prendra des notes pour Pasteur sur la dissymétrie de la main dans la Critique de la faculté de juger de Kant. Les spéculations de Pasteur semblent intéresser les deux philosophes qui réfléchissent pour leur part sur l’ordre du vivant, l’harmonie de la nature et Dieu. Pourtant, dans Les Causes finales (1874), Janet défend l’idée d’une « symétrie du vivant ». Flaubert, quant à lui, gravitait dans un milieu positiviste, auquel Pasteur s’opposait. Or, dans son dernier roman, Bouvard et Pécuchet (« son testament »), il met en œuvre une véritable poétique de l’asymétrie, qui se manifeste aussi dans le récit comme une loi de la vie, dont on découvre les fondements épistémologiques dans les dossiers préparatoires. Flaubert a pris des notes sur la « symétrie des êtres vivants » selon Janet, en relevant – à son habitude – les idées qu’il tournera en dérision dans son œuvre. De la dissymétrie – différenciation réglée – à l’asymétrie flaubertienne – fondée sur la conception d’une imprévisibilité et d’une irrégularité du vivant qui se rebelle contre l’ordre du savoir –, cette communication esquissera une réflexion sur quelques représentations contradictoires du vivant, à une époque où – quoi qu’en disent les scientifiques défenseurs de l’expérimentation – la philosophie et la littérature abordent à leur manière des questions qui traversent aussi le champ scientifique. Les veilles théories sur l’harmonie et les causes finales se trouvent au centre d’un débat dont la recherche scientifique n’est pas coupée comme le montrent les extrapolations de Pasteur à partir de la dissymétrie moléculaire.

Billet 1. LE CHAMP SEMANTIQUE DU POLYPE : EXPERIMENTATIONS NUMERIQUES

Nadège Lechevrel, Bénédicte Percheron, Gisèle Séginger

Les billets regroupés sous le titre « Le polype. Formes et savoirs » ont pour objectif d’amorcer une étude du contexte épistémologique dans lequel se sont développés les travaux et les réflexions sur le polype, tant dans le domaine scientifique que littéraire, philosophique, historiographique ou politique. Au XIXe siècle – époque sur laquelle est centré le programme ANR/DFG BIOLOGRAPHES –, les termes et les représentations circulent abondamment entre les disciplines. Cette recherche a aussi nécessité la prise en compte en amont d’une intertextualité littéraire et scientifique, et il nous a fallu remonter en particulier jusqu’au XVIIIe siècle, à l’époque où ont été publiés les premiers travaux scientifiques sur la nature animale du polype. Les idées nouvelles ont été bien diffusées grâce à l’Encyclopédie de Diderot et d’Alembert (qui comporte une notice « Polype ») ainsi qu’à la littérature.

En raison de la quantité et de la diversité des textes à traiter, en raison aussi de la complexité terminologique – les termes sont multiples (polype, polypier, corail, zoophyte, hydre), et le mot « polype » est polysémique –, nous avons eu recours à des outils statistiques (N-grammes de Google, logiciel TXM) et à des outils de visualisation, comme le logiciel TreeCloud qui permet de réaliser des nuages arborés de mots. L’interrogation du corpus avec ces outils a fait apparaître des éléments clefs de notre sujet. Les résultats ainsi obtenus ont contribué à la formulation d’hypothèses utiles à la fois pour une périodisation et pour une étude intertextuelle des textes littéraires, à une époque de circulation interdisciplinaire des savoirs. Les billets fournissent donc l’exemple d’une collaboration possible entre l’ingénierie linguistique (notamment la textométrie), l’histoire des sciences et la littérature. Ils donnent un aperçu des résultats de notre analyse, qui alimenteront par ailleurs aussi la rédaction d’un livre collectif ou les travaux du colloque final du programme BIOLOGRAPHES.

L’expérimentation a été réalisée sur des textes numérisés (au format texte), accessibles grâce aux bases de données en ligne. Précisons que l’extraction et l’analyse automatiques ont nécessité un tri, dans un second temps, afin d’exclure deux autres acceptions du mot « polype », qui désigne aussi, d’une part, en médecine, une excroissance anormale des tissus muqueux et d’autre part, en zoologie et en littérature, le poulpe, acception attestée depuis Pline (Histoire naturelle, Livre IX, XLVI) et jusqu’au XVIIIe siècle (Diderot et d’Alembert, L’Encyclopédie, 1765). Si le sens médical ne disparaîtra jamais, la désignation du poulpe par le mot « polype » devient plus rare au XIXe siècle, bien qu’on puisse encore en trouver des exemples dans la littérature, chez Chateaubriand (Itinéraire de Paris à Jérusalem, 1811 : 100) ou chez Victor Hugo pour qui l’animal aux tentacules gigantesques est une figure de la monstruosité et de l’innommable[1]. Mais ces cas sont suffisamment rares pour ne pas remettre en cause les analyses automatiques.

Avant d’entreprendre l’exploration de bibliothèques numériques et de suivre l’évolution des termes et des recherches à grande échelle à l’aide des N-grammes (Billet 4), nous avons défini le champ lexical complexe du polype à partir d’un corpus plus limité. Nous avons donc commencé par sélectionner un ensemble de textes représentatifs. Ce corpus comprend des textes scientifiques importants et bien diffusés, des textes de vulgarisation connus à l’époque, comme ceux de Louis Figuier, l’un des grands vulgarisateurs du XIXe siècle, ainsi que des textes littéraires (Diderot, Chateaubriand, Flaubert, Balzac…), qui montrent que les connaissances sur la nature du polype et les questionnements plus larges qu’il suscite dès le XVIIIe siècle s’étaient diffusés bien au-delà du cercle des scientifiques. En effet, cet être à l’aspect hybride manifeste une étrange vitalité et une force plastique qui fascinent non seulement les scientifiques mais aussi les écrivains.

En fonction des critères ci-dessus définis nous avons référencé 54 œuvres scientifiques ou littéraires, documentées dans un tableur. Celui-ci donne accès aux métadonnées les concernant comme les informations biographiques des auteurs (obtenues par l’envoi de requêtes via le SPARQL de la Bibliothèque Nationale de France : http://data.bnf.fr/sparql) ou les informations sur les fichiers texte (titre, source, nombre de mots, etc.). Ce tableur permettra ensuite de faire la synthèse des analyses automatiques.

Malgré la limitation de ce corpus initial, l’analyse a été confrontée à une première difficulté : les imperfections dans l’océrisation de certains textes dans les bibliothèques numériques en libre accès, surtout lorsqu’il s’agit d’éditions antérieures au XIXe siècle, presque impossibles à numériser parfaitement. La nécessité de procéder aux analyses sur des textes aussi bien numérisés que possible a orienté le choix des éditions et des sources à partir desquelles ils ont été prélevés, sans toutefois atteindre une océrisation parfaite à 100 %.

Les graphiques ci-dessous rendent compte de l’état du corpus constitué, des modes d’accès, de la répartition par genre de textes et de la répartition en fonction de la chronologie.

[1] « Ces quatre hommes n’étaient point quatre hommes c’était une sorte de mystérieux voleur à quatre têtes travaillant en grand sur Paris c’était le polype monstrueux du mal habitant la crypte de la société. » (Victor Hugo, Les Misérables, 1890, Paris, J. Lemonnyer, G. Richard, III, p. 280).

Fig. 1. Modes d’accès et qualité de numérisation
Fig. 1. Modes d’accès et qualité de numérisation
Fig. 2. Catégories : œuvres scientifiques, œuvres littéraires, vulgarisation, correspondance
Fig. 2. Catégories : œuvres scientifiques, œuvres littéraires, vulgarisation, correspondance
Fig. 3. Histogramme des décades les plus représentées dans le corpus étudié
Fig. 3. Histogramme des décades les plus représentées dans le corpus étudié

La figure 1 montre la proportion de textes que nous avons pu utiliser (63% des œuvres référencées) pour conduire nos analyses textométriques et produire des visualisations concernant le lexique. Les textes ont été prétraités via le logiciel TXM qui en a produit l’étiquetage et la lemmatisation[1].

 

Ce corpus nous a ensuite permis d’étudier les cooccurrents de la forme « polype » et de distinguer – grâce à deux visualisations (fig. 4 et 5) sous formes de nuages de mots arborés –, les cooccurrents N (nom commun) des cooccurrents ADJ (adjectif).

[1] TXM utilise Treetagger pour la lemmatisation. Voir Helmut Schmid, « Probabilistic Part-of-Speech Tagging Using Decision Trees », Proceedings of International Conference on New Methods in Language Processing, 1994, p. 44-49.

Fig. 4. Nuage de mots arboré des lemmes NOM cooccurrents de la forme « polype »
Fig. 4. Nuage de mots arboré des lemmes NOM cooccurrents de la forme « polype »
Fig. 5. Nuage de mots arboré des lemmes ADJ cooccurrents de la forme « polype »
Fig. 5. Nuage de mots arboré des lemmes ADJ cooccurrents de la forme « polype »

 

Ces visualisations ont été ensuite utilisées soit pour former des hypothèses sur les représentations du polype dans des textes de nature variée, soit comme point de départ pour l’élaboration de ressources lexicales (listes ou dictionnaires de formes) relatives aux savoirs biologiques. De telles ressources, élaborées par des retours au texte constants, nous permettront à leur tour de continuer à étudier la circulation des savoirs biologiques dans la littérature du XIXe siècle en affinant nos interprétations.

Bibliographie du billet

Nous indiquons des éditions consultables en ligne.

BALZAC, Honoré de, Physiologie du mariage [1829], Œuvres complètes de M. de Balzac, Paris, Furne, vol. 16, 1842-1848.

CHATEAUBRIAND, François-René de, Itinéraire de Paris à Jérusalem et de Jérusalem à Paris, Paris, Le Normant, 3 vol.

DIDEROT, Denis et D’ALEMBERT, Jean Le Rond, Encyclopédie, ou dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers, etc., eds. University of Chicago: ARTFL Encyclopédie Project (Spring 2016 Edition), Robert Morrissey and Glenn Roe (eds), http://encyclopedie.uchicago.edu/

FIGUIER, Louis, La Vie et les œuvres des animaux : zoophytes et mollusques, Paris, L. Hachette, 1866.

FLAUBERT, Gustave, La Tentation de Saint Antoine, Paris, Charpentier, 1874.

HUGO, Victor, Les Misérables [1862], Paris, J. Lemonnyer, G. Richard, 1890, 3 vol.

PLINE L’ANCIEN, Histoire naturelle, Dubochet, Le Chevalier et Cie, 1848-1850, 2 vol.

Vous pouvez aussi consulter les billets suivants :

Billet 2 : Polype, zoophyte, hydre : histoire de mots

Billet 3 : Polype dans L’Encyclopédie de Diderot et d’Alembert

Billet 4 : N-Grammes et interprétation de l’évolution terminologique

Billet 5 : Le polype littéraire

Billet 6 : Le polype : une image politique

Billet 7 : Bibliographie générale