Archives de catégorie : Le polype. Formes et savoirs

Billet 1. LE CHAMP SEMANTIQUE DU POLYPE : EXPERIMENTATIONS NUMERIQUES

Nadège Lechevrel, Bénédicte Percheron, Gisèle Séginger

Les billets regroupés sous le titre « Le polype. Formes et savoirs » ont pour objectif d’amorcer une étude du contexte épistémologique dans lequel se sont développés les travaux et les réflexions sur le polype, tant dans le domaine scientifique que littéraire, philosophique, historiographique ou politique. Au XIXe siècle – époque sur laquelle est centré le programme ANR/DFG BIOLOGRAPHES –, les termes et les représentations circulent abondamment entre les disciplines. Cette recherche a aussi nécessité la prise en compte en amont d’une intertextualité littéraire et scientifique, et il nous a fallu remonter en particulier jusqu’au XVIIIe siècle, à l’époque où ont été publiés les premiers travaux scientifiques sur la nature animale du polype. Les idées nouvelles ont été bien diffusées grâce à l’Encyclopédie de Diderot et d’Alembert (qui comporte une notice « Polype ») ainsi qu’à la littérature.

En raison de la quantité et de la diversité des textes à traiter, en raison aussi de la complexité terminologique – les termes sont multiples (polype, polypier, corail, zoophyte, hydre), et le mot « polype » est polysémique –, nous avons eu recours à des outils statistiques (N-grammes de Google, logiciel TXM) et à des outils de visualisation, comme le logiciel TreeCloud qui permet de réaliser des nuages arborés de mots. L’interrogation du corpus avec ces outils a fait apparaître des éléments clefs de notre sujet. Les résultats ainsi obtenus ont contribué à la formulation d’hypothèses utiles à la fois pour une périodisation et pour une étude intertextuelle des textes littéraires, à une époque de circulation interdisciplinaire des savoirs. Les billets fournissent donc l’exemple d’une collaboration possible entre l’ingénierie linguistique (notamment la textométrie), l’histoire des sciences et la littérature. Ils donnent un aperçu des résultats de notre analyse, qui alimenteront par ailleurs aussi la rédaction d’un livre collectif ou les travaux du colloque final du programme BIOLOGRAPHES.

L’expérimentation a été réalisée sur des textes numérisés (au format texte), accessibles grâce aux bases de données en ligne. Précisons que l’extraction et l’analyse automatiques ont nécessité un tri, dans un second temps, afin d’exclure deux autres acceptions du mot « polype », qui désigne aussi, d’une part, en médecine, une excroissance anormale des tissus muqueux et d’autre part, en zoologie et en littérature, le poulpe, acception attestée depuis Pline (Histoire naturelle, Livre IX, XLVI) et jusqu’au XVIIIe siècle (Diderot et d’Alembert, L’Encyclopédie, 1765). Si le sens médical ne disparaîtra jamais, la désignation du poulpe par le mot « polype » devient plus rare au XIXe siècle, bien qu’on puisse encore en trouver des exemples dans la littérature, chez Chateaubriand (Itinéraire de Paris à Jérusalem, 1811 : 100) ou chez Victor Hugo pour qui l’animal aux tentacules gigantesques est une figure de la monstruosité et de l’innommable[1]. Mais ces cas sont suffisamment rares pour ne pas remettre en cause les analyses automatiques.

Avant d’entreprendre l’exploration de bibliothèques numériques et de suivre l’évolution des termes et des recherches à grande échelle à l’aide des N-grammes (Billet 4), nous avons défini le champ lexical complexe du polype à partir d’un corpus plus limité. Nous avons donc commencé par sélectionner un ensemble de textes représentatifs. Ce corpus comprend des textes scientifiques importants et bien diffusés, des textes de vulgarisation connus à l’époque, comme ceux de Louis Figuier, l’un des grands vulgarisateurs du XIXe siècle, ainsi que des textes littéraires (Diderot, Chateaubriand, Flaubert, Balzac…), qui montrent que les connaissances sur la nature du polype et les questionnements plus larges qu’il suscite dès le XVIIIe siècle s’étaient diffusés bien au-delà du cercle des scientifiques. En effet, cet être à l’aspect hybride manifeste une étrange vitalité et une force plastique qui fascinent non seulement les scientifiques mais aussi les écrivains.

En fonction des critères ci-dessus définis nous avons référencé 54 œuvres scientifiques ou littéraires, documentées dans un tableur. Celui-ci donne accès aux métadonnées les concernant comme les informations biographiques des auteurs (obtenues par l’envoi de requêtes via le SPARQL de la Bibliothèque Nationale de France : http://data.bnf.fr/sparql) ou les informations sur les fichiers texte (titre, source, nombre de mots, etc.). Ce tableur permettra ensuite de faire la synthèse des analyses automatiques.

Malgré la limitation de ce corpus initial, l’analyse a été confrontée à une première difficulté : les imperfections dans l’océrisation de certains textes dans les bibliothèques numériques en libre accès, surtout lorsqu’il s’agit d’éditions antérieures au XIXe siècle, presque impossibles à numériser parfaitement. La nécessité de procéder aux analyses sur des textes aussi bien numérisés que possible a orienté le choix des éditions et des sources à partir desquelles ils ont été prélevés, sans toutefois atteindre une océrisation parfaite à 100 %.

Les graphiques ci-dessous rendent compte de l’état du corpus constitué, des modes d’accès, de la répartition par genre de textes et de la répartition en fonction de la chronologie.

[1] « Ces quatre hommes n’étaient point quatre hommes c’était une sorte de mystérieux voleur à quatre têtes travaillant en grand sur Paris c’était le polype monstrueux du mal habitant la crypte de la société. » (Victor Hugo, Les Misérables, 1890, Paris, J. Lemonnyer, G. Richard, III, p. 280).

Fig. 1. Modes d’accès et qualité de numérisation
Fig. 1. Modes d’accès et qualité de numérisation
Fig. 2. Catégories : œuvres scientifiques, œuvres littéraires, vulgarisation, correspondance
Fig. 2. Catégories : œuvres scientifiques, œuvres littéraires, vulgarisation, correspondance
Fig. 3. Histogramme des décades les plus représentées dans le corpus étudié
Fig. 3. Histogramme des décades les plus représentées dans le corpus étudié

La figure 1 montre la proportion de textes que nous avons pu utiliser (63% des œuvres référencées) pour conduire nos analyses textométriques et produire des visualisations concernant le lexique. Les textes ont été prétraités via le logiciel TXM qui en a produit l’étiquetage et la lemmatisation[1].

 

Ce corpus nous a ensuite permis d’étudier les cooccurrents de la forme « polype » et de distinguer – grâce à deux visualisations (fig. 4 et 5) sous formes de nuages de mots arborés –, les cooccurrents N (nom commun) des cooccurrents ADJ (adjectif).

[1] TXM utilise Treetagger pour la lemmatisation. Voir Helmut Schmid, « Probabilistic Part-of-Speech Tagging Using Decision Trees », Proceedings of International Conference on New Methods in Language Processing, 1994, p. 44-49.

Fig. 4. Nuage de mots arboré des lemmes NOM cooccurrents de la forme « polype »
Fig. 4. Nuage de mots arboré des lemmes NOM cooccurrents de la forme « polype »
Fig. 5. Nuage de mots arboré des lemmes ADJ cooccurrents de la forme « polype »
Fig. 5. Nuage de mots arboré des lemmes ADJ cooccurrents de la forme « polype »

 

Ces visualisations ont été ensuite utilisées soit pour former des hypothèses sur les représentations du polype dans des textes de nature variée, soit comme point de départ pour l’élaboration de ressources lexicales (listes ou dictionnaires de formes) relatives aux savoirs biologiques. De telles ressources, élaborées par des retours au texte constants, nous permettront à leur tour de continuer à étudier la circulation des savoirs biologiques dans la littérature du XIXe siècle en affinant nos interprétations.

Bibliographie du billet

Nous indiquons des éditions consultables en ligne.

BALZAC, Honoré de, Physiologie du mariage [1829], Œuvres complètes de M. de Balzac, Paris, Furne, vol. 16, 1842-1848.

CHATEAUBRIAND, François-René de, Itinéraire de Paris à Jérusalem et de Jérusalem à Paris, Paris, Le Normant, 3 vol.

DIDEROT, Denis et D’ALEMBERT, Jean Le Rond, Encyclopédie, ou dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers, etc., eds. University of Chicago: ARTFL Encyclopédie Project (Spring 2016 Edition), Robert Morrissey and Glenn Roe (eds), http://encyclopedie.uchicago.edu/

FIGUIER, Louis, La Vie et les œuvres des animaux : zoophytes et mollusques, Paris, L. Hachette, 1866.

FLAUBERT, Gustave, La Tentation de Saint Antoine, Paris, Charpentier, 1874.

HUGO, Victor, Les Misérables [1862], Paris, J. Lemonnyer, G. Richard, 1890, 3 vol.

PLINE L’ANCIEN, Histoire naturelle, Dubochet, Le Chevalier et Cie, 1848-1850, 2 vol.

Vous pouvez aussi consulter les billets suivants :

Billet 2 : Polype, zoophyte, hydre : histoire de mots

Billet 3 : Polype dans L’Encyclopédie de Diderot et d’Alembert

Billet 4 : N-Grammes et interprétation de l’évolution terminologique

Billet 5 : Le polype littéraire

Billet 6 : Le polype : une image politique

Billet 7 : Bibliographie générale

Billet 2. POLYPE, ZOOPHYTE, HYDRE : HISTOIRE DE MOTS

Nadège Lechevrel, Bénédicte Percheron, Gisèle Séginger

L’utilisation des outils informatiques et statistiques permet d’interroger et de visualiser des données extraites des textes du corpus BIOLOGRAPHES et de nombreux textes en ligne (sur Google Livres et dans des bibliothèques numériques comme Gallica). Toutefois, afin de cerner rapidement le champ lexical complexe du polype et de ses polypiers et d’exclure le polype médical et le polype/poulpe de l’Antiquité, nous avons d’abord sélectionné un groupe de textes significatifs dans l’histoire du polype (Billet 1). Il est maintenant possible de mener une première réflexion sur la construction de ce champ lexical en relation avec la formation et l’évolution des savoirs et des discours. Puis, le Billet 3 sera centré sur un moment important de l’histoire du polype et un médium privilégié de diffusion des savoirs : L’Encyclopédie de Diderot et d’Alembert. Grâce à des outils statistiques et aux nuages de mots, ce billet fera alors le point sur le champ lexical tel qu’il s’est construit au moment de la publication des premiers grands travaux sur la nature du polype, au XVIIIe siècle. Le Billet 4 nous amènera ensuite à utiliser d’autres outils statistiques pour suivre l’évolution sur deux siècles de l’usage des termes, aussi bien dans le domaine français que dans les domaines anglais et allemand.

Tandis qu’en zoologie contemporaine le polype désigne un organisme marin qui vit seul ou en colonie, qui construit des polypiers et à plus grande échelle des récifs coralliens, dans les siècles passés sa nature est restée longtemps incertaine. Déjà évoqués dans l’Antiquité (Pouchet, 1865 : 46) et à la Renaissance (Mazauric, 1999 : 7-30), les polypes et les coraux faisaient l’émerveillement des naturalistes. Dans son Histoire des Animaux, Aristote rêvait sur la continuité de la nature qui passe par degrés presque insensibles des « êtres sans vie aux animaux » et il évoquait des êtres intermédiaires devant lesquels on « est embarrassé de savoir si ce sont des animaux ou des plantes » (VIII, 1, 588b). Pline distinguait lui aussi une classe d’êtres intermédiaires mais il y plaçait les éponges (trad. 1848 : I, 383-84). Au XVIIIe siècle, le polype entre tout à fait dans la science, grâce aux travaux de Peyssonnel (Mémoire de l’Académie des Sciences, 1727[1]), puis de Trembley qui étudia les polypes d’eau douce et leur étonnante capacité de régénération, tout en démontrant leur nature animale (Mémoires pour servir à l’histoire d’un genre de polypes d’eau douce à bras en forme de cornes, 1744). Des débats s’en suivirent, auxquels de grands noms ont participé : Charles Bonnet, qui défendait encore l’idée d’une chaîne ininterrompue des êtres avec un état intermédiaire entre le règne animal et le règne végétal (de 1745 à 1769), Jussieu (Examen de quelques productions marines, 1742 : 290-302), Réaumur dans sa Correspondance, Needham (Nouvelles observations microscopiques, 1755), Maupertuis (Vénus physique, 1752 : 235), mais aussi Voltaire (article « Polype » du Dictionnaire philosophique) ou Diderot qui attribuait pour sa part à d’Alembert le rêve d’une surhumanité, dotée de la puissance vitale du polype.

Dès lors, le polype devient une figure emblématique du vivant et un objet d’étude privilégié. Il se trouve au centre des réflexions scientifiques qui attaquent le modèle mécaniste dès le XVIIIe siècle ou la trop grande fixité de la notion d’espèce. Puis, au XIXe siècle, on le retrouve dans les débats sur le transformisme ou l’évolutionnisme lorsqu’il s’agit de penser des formes rudimentaires de la vie et une logique générale du vivant. Pendant son voyage sur le Beagle (1831-1836), Darwin est émerveillé – comme Lyell avant lui – par les îles coralliennes : « N’est-ce donc pas un magnifique spectacle que de voir le corps mou et gélatineux d’un polype vaincre, à l’aide des lois de la vie, l’immense puissance mécanique des vagues d’un océan, puissance à laquelle ni l’industrie de l’homme, ni les œuvres inanimées de la nature n’ont pu résister avec succès ? » (Voyage d’un naturaliste autour du monde, trad. de 1875 : 250) Darwin commence ainsi à penser le temps long de l’évolution qui procède par des changements imperceptibles plutôt que par des cataclysmes. Dans un Carnet de 1837, le corail créé par le polype lui inspire même son premier diagramme de la vie. C’est dire que le polype a été indissociable de la naissance de la biologie évolutive et des changements de paradigmes qui marquent l’histoire des idées au XIXe siècle.

Lié à une modernité scientifique et à ses controverses, le polype conserve néanmoins toutes ses potentialités imaginaires au XIXe siècle. Figure d’une plasticité admirable de la vie, le polype fascine écrivains et scientifiques par ses qualités esthétiques, par sa capacité à se régénérer et sa reproduction sans sexualité. Bien qu’il soit scientifiquement considéré comme un animal au XIXe siècle, son ambiguïté continue à intéresser les écrivains, comme Flaubert qui choisit un savoir dépassé pour ses potentialités poétiques et fantastiques : « Les dedaïms de Babylone, qui sont des arbres, ont pour fruits des têtes humaines ; des mandragores chantent, la racine baaras court dans l’herbe. Les végétaux maintenant ne se distinguent plus des animaux. Des polypiers, qui ont l’air de sycomores, portent des bras sur leurs branches. Antoine croit voir une chenille entre deux feuilles ; c’est un papillon qui s’envole. » (La Tentation de saint Antoine, 1874 : 294)

Dans L’Univers : les infiniment grands et les infiniment petits (1865), un ouvrage de vulgarisation, plusieurs fois réédité, Félix Pouchet souligne d’ailleurs l’importance de la dimension esthétique dans les débats, alors que Réaumur et Jussieu restent attachés à la thèse de Marsigli sur les fleurs de corail (1706) et se montrent d’abord dubitatifs devant les observations de Peyssonnel. Pouchet lui-même ne cache pas sa fascination devant « l’œuvre architectonique de la Coupe de Neptune » (1865 : 42), un polypier géant, dont il expose un exemplaire dans l’entrée du Muséum d’histoire naturelle de Rouen. Et tandis que pour certains le polype est une preuve de l’auto-organisation de la matière, pour Pouchet il est la preuve de l’action de Dieu dans la nature. On peut donc comprendre qu’au XIXe siècle, le polype soit présent non seulement dans les textes scientifiques, chez les historiens et les philosophes qui empruntent de plus en plus de métaphores et de modèles de pensée aux sciences du vivant, mais aussi chez les écrivains, parce qu’ils participent au mouvement des idées et qu’ils sont par ailleurs sensibles à une esthétique du vivant qu’incarne l’image du polype ainsi qu’à la polysémie de cette figure capable d’incarner les thèses les plus opposées.

Ajoutons que le mot « polype » ou « polypus » en latin a pu désigner le poulpe, chez Pline (Histoire naturelle, Livre IX, XLVI) et jusqu’à l’Encyclopédie de Diderot et d’Alembert qui atteste bien cet usage, plus rare au XIXe siècle : seuls quelques écrivains marqués par une culture classique tireront parti de cette ambiguïté (voir Billet 1).

Écartant l’acception déjà rare au XIXe siècle qui fait du polype un synonyme du poulpe, notre travail s’est centré sur le polype, producteur du polypier, dont le madrépore est une espèce souvent citée et presque un synonyme, tandis que le corail désigne la matière du polypier. Au XVIIIe siècle Trembley avait désigné les polypes d’eau douce par le terme d’hydre, et il utilisait la métaphore des bras pour évoquer leurs ramifications, si bien qu’après lui on parla parfois de polypes à bras (Flourens, 1858). Quant au terme ancien de « zoophyte » (animal ressemblant à une plante), déjà employé à la Renaissance pour désigner une plante-animale[2], il se trouve encore au XIXe siècle, par exemple en France chez Cuvier (Le règne animal distribué d’après son organisation, 1817) ou en Allemagne chez Treviranus[3] : il désigne une catégorie plus vaste d’animaux inférieurs, mais il pouvait être aussi employé comme un synonyme de « polype » (voir Billets 1 et 4).

 Bibliographie du billet

ARISTOTE, Histoire naturelle des animaux, site de Philippe Remacle : http://remacle.org/ ou édition établie par Janine Bertier (trad.), présentation et notes, Paris, Gallimard, coll. « Folio essais », 1994.

BONNET, Charles, La Palingénésie philosophique, ou idées sur l’état passé et sur l’état futur des êtres vivans, Genèse, Philibert et Chirol, 1769.

BONNET, Charles, Traité d’insectologie, Paris, Durand, 1745.

CUVIER, Georges, Le règne animal distribué d’après son organisation, Paris, Déterville, 1817.

DARWIN, Charles, Notebook B, Transmutation of species, 1837, Cambridge University Library, CUL-DAR121.

DARWIN, Charles, Voyage d’un naturaliste autour du monde, fait à bord du navire Le Beagle de 1831 à 1836, Paris, Reinwald, 1875.

DIDEROT, Denis et D’ALEMBERT, Jean Le Rond, Encyclopédie, ou dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers, etc., eds. University of Chicago: ARTFL Encyclopédie Project (Spring 2016 Edition), Robert Morrissey and Glenn Roe (eds), http://encyclopedie.uchicago.edu/

DIDEROT, Denis, « Le rêve de d’Alembert », in Œuvres complètes de Diderot, Paris, Assézat Tourneux, Paris, Garnier Frères, 1875, vol. 2, p. 122-181.

FLAUBERT, Gustave, La Tentation de Saint Antoine, Charpentier, 1874.

FLOURENS, Pierre, De la vie et de l’intelligence, Paris, Garnier frères, 1858.

FLOURENS, Pierre, « Traité du corail (…), par le sieur de Peyssonnel », Journal des savants, Paris, Klincksieck, 1838, p. 108-122.

JUSSIEU, Bernard de, « Examen de quelques productions marines qui ont été mises au nombre des plantes, et qui sont l’ouvrage d’une sorte d’insectes de mer », Mémoire de l’Académie royale des sciences, Paris, Imprimerie royale, 1742, p. 290-302.

MAUPERTUIS, Pierre-Louis-Moreau de, « Vénus physique », in Les œuvres de M. de Maupertuis, Dresde, G. Conrad Walther, 1752, p. 235.

MAZAURIC, Simone, « Les zoophytes et la question de la végétalité aux débuts de l’âge moderne », in CLÉRO, Jean-Pierre, Le végétal, Publications de l’Université de Rouen, 1999, p. 7- 30.

NEEDHAM, John, Nouvelles observations microscopiques, Paris, Ganeau, 1750.

PLINE L’ANCIEN, Histoire naturelle, Dubochet, Le Chevalier et Cie, 1848-1850, 2 vol.

POUCHET, Félix-Archimède, L’Univers : les infiniment grands et les infiniment petits, Paris, L. Hachette, 1865.

RÉAUMUR, René-Antoine Ferchault de et TREMBLEY, Abraham, Correspondance inédite entre Réaumur et Abraham Trembley, Genève, Georg et Cie, 1943.

TREMBLEY, Abraham., Mémoires pour servir l’histoire d’un genre de polypes d’eau douce, à bras en forme de cornes, Leide, Jean et Herman Verbeek, 1744.

TREVIRANUS, Gottfried Reinhold, Biologie, oder Philosophie der lebenden Natur für Naturforscher und Ärzte, Göttingen, Röwer, vol. 1 et 2 : 1803 et vol. 3 :  1805.

VOLTAIRE, François-Marie, Arouet, Dictionnaire philosophique [1764], Paris, Lequien fils, 1829, vol. 6.

Vous pouvez aussi consulter les billets suivants :

Billet 1 : Le champ sémantique du Polype : expérimentations numériques

Billet 3 : Polype dans L’Encyclopédie de Diderot et d’Alembert

Billet 4 : N-Grammes et interprétation de l’évolution terminologique

Billet 5 : Le polype littéraire

Billet 6 : Le polype : une image politique

Billet 7 : Bibliographie générale

[1] Peyssonnel fait la preuve que les fleurs blanches sur les branches d’un polype étaient en fait des insectes qui s’étaient « épanouis » à la chaleur. Il s’ensuit un débat avec Réaumur et Jussieu.

[2] Emprunté au grec, ce terme est employé par Rabelais  (Le Tiers Livre, 1546) et par Jean Bodin (Le théâtre universel de la nature, Lyon, J. Pillehotte, 1597, p. 317).

[3] « Thierpflanzen (Zoophyta) », Biologie, oder Philosophie der lebenden Natur für Naturfoscher und Ärzte, Göttinguen, Dritten Band, 1802, p. 419.

Billet 3. L’ENCYCLOPEDIE DE DIDEROT ET D’ALEMBERT

Nadège Lechevrel, Bénédicte Percheron, Gisèle Séginger

L’Encyclopédie faisant la synthèse de bien des connaissances produites au XVIIIe siècle dans le champ des sciences naturelles, il nous a semblé utile de lui consacrer une étude, pour mieux connaître le champ lexical du polype tel qu’il s’est constitué au moment des premiers grands travaux qui lui ont été consacrés à partir de Peyssonnel et Trembley (voir Billet 2).

Pour étudier la forme « polype » au XVIIIe siècle, nous nous sommes servis de la base de données du projet ARTFL (American and French Research on the Treasury of the French Language) dirigé par le CNRS et l’Université de Chicago. Cette base de données fournit un accès à l’Encyclopédie de Diderot et d’Alembert, c’est-à-dire à l’ensemble des 17 volumes d’articles et 11 volumes de planches, interrogeables via le logiciel Philologic.

Fig. 1. Nuage de mots des collocations les plus fréquentes des formes polype|polypier dans l’Encyclopédie (ARTFL Project/Philologic4)
Fig. 1. Nuage de mots des collocations les plus fréquentes des formes polype|polypier dans l’Encyclopédie (ARTFL Project/Philologic4)

Il y a 206 occurrences des formes polype|polypier dans l‘Encyclopédie. Ce nuage montre les mots les plus associés à ces formes dans une même phrase (le point de fin de phrase servant de limite).  Le nuage de mots a fait ressortir une liste de 100 mots placés à proximité de « polype » ou « polypier » dans une même phrase (collocations) dont voici les 15 plus fréquents : polypes  (27), parties  (17), animal  (15), mer  (14), mère  (14), quelques  (12), figure  (12), jeune  (11), bras  (11), forme  (11), espèce  (11), lorsque  (11), trouve  (11), animaux  (10), Trembley  (10), eau  (10), nez (9).

 Dans le nuage, la taille de la police rend compte de l’importance des collocations : plus l’association est fréquente, plus la police est grande. Précisons encore que nous avons appliqué un anti-dictionnaire, c’est-à-dire que nous avons retiré des termes fréquents et non pertinents pour l’analyse (coordinations,  auxiliaires, …).

L’étude des fréquences absolues des termes « polype » et « polypier » permet de repérer les domaines et disciplines scientifiques qui en font usage. Les deux termes polype/polypier sont surtout utilisés dans les articles d’histoire naturelle. Le polype d’eau douce apparaît aussi en botanique, zoologie et histoire. Quant au polype tumeur il est présent dans les notices de médecine et chirurgie et exceptionnellement dans des notices ayant trait à la maréchalerie et/ou le manège. La figure 2, ci-dessous, permet alors d’étudier les occurrences des deux types de polypes dans les notices qui relèvent de ces disciplines.

Fig. 2. Le polype et le polypier dans l’Encyclopédie (ARTFL Project/Philologic4). Fréquences absolues des deux formes par classe normalisées
Fig. 2. Le polype et le polypier dans l’Encyclopédie (ARTFL Project/Philologic4). Fréquences absolues des deux formes par classe normalisées

Pour affiner l’analyse, il est alors utile  d’étudier les fréquences du mot « polype » en fonction de ses acceptions et des termes « animal » et « corail » qui lui sont souvent associés dans quelques notices (fig. 3).

Fig. 3. Sélection de fréquences par entrées de l’Encyclopédie (ARTFL Project/Philologic4). Nous utilisons les majuscules pour désigner les entrées et les minuscules pour les rubriques dans une notice
Fig. 3. Sélection de fréquences par entrées de l’Encyclopédie (ARTFL Project/Philologic4). Nous utilisons les majuscules pour désigner les entrées et les minuscules pour les rubriques dans une notice

La figure 3 montre que le polype de la classe la plus fréquente est le polype/poulpe et le polype de mer et d’eau douce. Le polype du cœur de Ménuret de Chambaud (médecin, auteur de nombreux articles pour l’Encyclopédie) fait partie du polype médical (la tumeur, l’excroissance). Dans les articles « Corail » et « Animal » il est question, pour le premier, des polypiers et de leurs habitants (les polypes), et pour le second, de l’idée particulière et générale que l’on se fait du polype zoologique d’après les idées de Buffon (p. 468-469 de l’article « Animal ») :

Car il y a, de l’aveu de tout le monde, des animaux qui paroissent n’avoir aucune intelligence, aucune volonté, aucun mouvement progressif; il y en a qui n’ont ni chair ni sang, & qui ne paroissent être qu’une glaise congelée. Il y en a qui ne peuvent chercher leur nourriture, & qui ne la reçoivent que de l’élément qu’ils habitent: enfin il y en a qui n’ont point de sens, pas même celui du toucher, au moins à un degré qui nous soit sensible : il y en a qui n’ont point de sexes, d’autres qui les ont tous deux; & il ne reste de général à l’animal que ce qui lui est commun avec le végétal, c’est-à-dire, la faculté de se reproduire. C’est donc du tout ensemble qu’est composée l’idée générale ; & ce tout étant composé de parties différentes, il y a nécessairement entre ces parties des degrés & des nuances. Un insecte, dans ce sens, est quelque chose de moins animal qu’un chien; une huître est encore moins animal qu’un insecte; une ortie de mer, ou un polype d’eau douce, l’est encore moins qu’une huître ; & comme la nature va par nuances insensibles, nous devons trouver des animaux qui sont encore moins animaux qu’une ortie de mer ou un polype. (Histoire naturelle, 1749, II : 260)

Trembley (1744) ainsi que de nombreux autres auteurs utilisent le terme polype aussi bien pour désigner le polype zoologique que le poulpe. Rappelons que ce dernier usage remonte à l’Antiquité et se raréfie sans disparaître tout à fait au XIXe siècle (voir Billet 2).

Après avoir procédé à une analyse de l’ensemble des volumes de l’Encyclopédie, nous avons centré l’étude sur trois articles importants pour notre sujet : « Corail, corallum » (rédigé par Daubenton), « Plantes marines » (auteur anonyme), « Polype, Poulpe, polypus (Hist. nat.) » (auteur anonyme).

Fig. 4. Article « CORAIL, corallum (Hist. nat. Insectolog.) » de Daubenton (1754, vol. 4, p.194)
Fig. 4.  Article « CORAIL, corallum (Hist. nat. Insectolog.) » de Daubenton (1754, vol. 4, p.194)

Daubenton définit le corail comme « habitation du polype » et celui-ci comme un insecte qu’il n’a pu observer qu’au microscope. Il signale que la nature même du corail fait débat, mais il le décrit longuement comme une plante (d’où les mots « tige », « branches », « écorce »), bien qu’il fasse remarquer que c’est improprement qu’on le désigne comme « plante marine ».  L’article de Daubenton renvoie aux travaux de Peyssonnel qui a été le premier à démontrer que ces prétendues plantes appartiennent au règne animal et que les fleurs que le comte de Marsigli croyait avoir observé étaient des insectes.

Fig. 5. Article « Plantes marines » (auteur inconnu), 1765, vol. 12, p.721
Fig. 5. Article « Plantes marines » (auteur inconnu), 1765, vol. 12, p.721
Fig. 6. Article « Polype, Poulpe, polypus (Hist. nat.) » (auteur inconnu), 1765, vol. 12, p. 945
Fig. 6. Article « Polype, Poulpe, polypus (Hist. nat.) » (auteur inconnu), 1765, vol. 12, p. 945

Bibliographie du billet

Encyclopédie, ou dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers, etc., eds. Denis Diderot and Jean le Rond d’Alembert. University of Chicago: ARTFL Encyclopédie Project (Spring 2016 Edition), Robert Morrissey and Glenn Roe (eds), http://encyclopedie.uchicago.edu/

Vous pouvez aussi consulter les billets suivants :

Billet 1 : Le champ sémantique du polype : expérimentations numériques

Billet 2 : Polype, zoophyte, hydre : histoire de mots

Billet 4 : N-Grammes et interprétation de l’évolution terminologique

Billet 5 : Le polype littéraire

Billet 6 : Le polype : une image politique

Billet 7 : Bibliographie générale

Billet 4. N-GRAMMES ET INTERPRETATION DE L’EVOLUTION TERMINOLOGIQUE

Nadège Lechevrel, Bénédicte Percheron, Gisèle Séginger 

Après avoir défini le champ lexical du polype zoologique afin de le distinguer à la fois du polype médical et du polype/poulpe de l’Antiquité (Billet 1, 2, 3), nous avons eu recours à d’autres outils statistiques afin de suivre l’évolution des termes et de repérer dans la chronologie des scansions. En effet, à certains moments les débats suscitent une production de textes plus abondante ou privilégient un terme plutôt qu’un autre.

Nous avons d’abord utilisé le Ngram Viewer de Google, un outil qui permet d’observer l’évolution dans le temps de la fréquence d’un ou de plusieurs mots ou groupe de mots à partir de la base de données textuelles de Google Livres. Les courbes du Ngram Viewer réalisées grâce à cet outil peuvent ensuite être utilisées pour comparer la fréquence d’usage des formes choisies selon les périodes. On voit aussi dans ces courbes que l’analyse automatique a néanmoins permis de différencier les deux acceptions majeures du mot polype : l’acception zoologique et l’acception médicale.

Dans ce Billet nous avons 1) d’abord procédé à une étude des diverses acceptions du mot « polype » (kyste, poulpe ou zoophyte) au XVIIIe siècle, en distinguant tout particulièrement l’acception médicale du terme « polype » de son acception zoologique ; 2) puis à une étude diachronique des divers termes qui font partie du champ sémantique du polype/polypier en français (parmi lesquels on trouve le mot « hydre », créé par Linné pour désigner le polype en 1758, dans la 10e édition du Systema naturae) ; 3) enfin à une comparaison de l’évolution des usages dans plusieurs langues (français, allemand et anglais).

Notre recherche portant sur le polype zoologique qui sera impliqué dans les réflexions de la biologie évolutive du XIXe siècle et dans les textes littéraires et des disciplines de sciences humaines qui s’en inspireront, il était particulièrement important pour nous de le distinguer du polype médical, très présent aussi dans les textes, comme le montre le N-Gramme ci-dessous. On y voit apparaître aussi une distinction entre le polype plante (en effet le polype a été considéré comme une plante jusqu’aux travaux de Peyssonnel et de Trembley, et encore parfois au-delà surtout dans les textes littéraires) et le polype animal, souvent classé parmi les insectes dans la seconde moitié du XVIIIe siècle.

ngramm-1700-1900
Fig. 1.  Google   N-gramme,  1700-1900  :   progression  comparée  du  « polype médical »  et  du   « polype d’eau » considéré comme plante ou comme insecte (base de données : Google livres en français)

 

Ce­ N-gramme met en évidence les pics de la recherche sur les polypes d’eau et les polypes tumeurs aux XVIIIe et XIXe siècle. On remarque qu’au XIXe siècle le polype médical est plus souvent attesté que le polype de la zoologie. En effet, le siècle voit l’essor de la médecine moderne et des recherches sur le cancer. De nombreux travaux qui auront une importance du point de vue de l’histoire de la médecine citent donc ce polype. Le polype zoophyte, dont tous les scientifiques reconnaissent désormais la nature animale, est quantitativement moins présent au XIXe siècle qu’au siècle précédent où sa nature faisait débat, et où on discutait beaucoup de sa place dans les classifications. Tandis que Marsigli le considérait comme une plante, dans sa douzième édition du Système de la nature (1767), Linné inventait le « Regnum chaoticum ou chaos », une sous-classe de la classe des vers, pour les animaux-plantes parmi lesquels il plaçait le polype. Au XIXe siècle, même si le polype continue à fasciner par son apparente hybridité, les scientifiques n’ont plus de doute et le classent parmi les animaux, ce qui n’empêche pas les écrivains de maintenir éventuellement l’ambiguïté pour des raisons poétiques.

Bien que le polype médical semble prédominant si on s’en tient à l’analyse quantitative, le polype zoophyte reste en fait central dans les grands débats du XIXe siècle sur le transformisme, l’évolutionnisme ou le fixisme, et il joue donc un rôle important dans les pensées qui contribuent aux grands changements de la conception du temps, de la nature et de la vie. On voit donc que l’analyse automatique et quantitative doit être complétée – voire rectifiée – lorsqu’il s’agit de produire des conclusions qualitatives. En effet, d’une part les N-grammes ne portent que sur les livres présents sur Google Livres, et d’autre part il faut surtout remarquer que l’impact scientifique et philosophique d’une notion n’est pas proportionnel au nombre d’occurrences. Le polype médical est très présent dans des livres de médecine qui sont souvent descriptifs, techniques, et peu littéraire et n’ont pas une portée générale, scientifique et philosophique. On peut en avoir une idée en consultant la thèse d’Antoine Rouget, Le polype nasal (1806) qui ne recule pas devant la répétition du mot. Du point de vue méthodologique, il faut donc constater les limites de l’analyse automatique par les N-grammes : si elle apporte des données quantitatives à interpréter, l’analyse finale doit être plus complexe et concilier les résultats quantitatifs avec d’autres considérations.

1. Étude diachronique du champ sémantique de polype en français

Les trois graphiques suivants présentent le champ lexical du polype dans des tranches chronologiques de dimension différente. Nous avons choisi quelques termes caractéristiques :

n-gramm-7-termes
Fig. 2. Google N-gramme, 1700-1900 : progression comparée de plusieurs termes faisant partie du champ lexical du polype (base de données : Google livres en français)

 

La figure 2 montre deux phénomènes intéressants pour le XVIIIe siècle : premièrement, l’évolution conjointe des termes « polype », « hydre » et « animalcule » (formes similaires), avec la présence d’un pic simultané des formes « animalcule » et « polype » à la décade 1740-1750, correspondant à l’émergence de travaux scientifiques consacrés à la nature du polype (Peyssonnel, Trembley, Réaumur, Jussieu) ; deuxièmement, la nette séparation vers la fin du XVIIIe siècle entre les termes « polype » d’un côté et « hydre » et « animalcule » de l’autre, qui invite à explorer la polysémie du mot « polype » à partir de cette période.

Fig. 3. Google N-gramme, 1700-1800 : progression comparée de plusieurs termes faisant partie du champ lexical du polype (base de données : Google livres en français)
Fig. 3. Google N-gramme, 1700-1800 : progression comparée de plusieurs termes faisant partie du champ lexical du polype (base de données : Google livres en français)
Fig. 4. Google N-gramme, 1800-1900 : progression comparée de plusieurs termes faisant partie du champ lexical du polype (base de données : Google livres en français)
Fig. 4. Google N-gramme, 1800-1900 : progression comparée de plusieurs termes faisant partie du champ lexical du polype (base de données : Google livres en français)

2. Étude comparée des N-grammes français, anglais, allemand

En choisissant sept mots principaux dans le champ lexical du mot polype (corail, polype, polypier, hydre, animalcule, zoophyte et madrépore), il nous est possible de faire une comparaison d’utilisation lexicale dans trois langues : le français, l’anglais et l’allemand. Cette analyse est néanmoins limitée au corpus disponible sur Google Livres. Il n’est pas exhaustif, mais suffisant pour remarquer des tendances dans l’usage des termes. Les graphiques suivants permettent de repérer rapidement ces différences et de distinguer une chronologie propre à chaque pays.

Fig. 5 N-gramme anglais, 1700-1900
Fig. 5. N-gramme anglais, 1700-1900
Fig. 6 N-gramme allemand, 1700-1900
Fig. 6. N-gramme allemand, 1700-1900

Les N-grammes mettent en évidence dans les trois langues le moment où l’usage du mot « polype » devient important, en relation avec les études scientifiques sur sa nature qui se développent au XVIIIe siècle pour ce qui concerne la France, puis les différents moments de débat. La première observation que nous pouvons faire, c’est que le terme « polype » est plus fréquent en français et en allemand, tandis que le terme « corail » domine largement en anglais par rapport à tous les autres termes. Cette constatation a attiré notre attention sur l’orientation différente des travaux, qui explique l’usage lexical. La recherche francophone et allemande s’intéresse au polype même et à sa nature, à l’infiniment petit, tandis que la recherche anglaise, dans une autre dimension, étudie les récifs coralliens créés par les polypes. Les ouvrages de Charles Lyell – Principles of geology (1832, vol. 2) – et de Charles Darwin – The Structure and Distribution of Coral Reefs (1842) –, ou encore de James Dwight Dana – Corals and Coral Islands (1872) – sont bien représentatifs de cette tendance.

La recherche britannique a donc adopté une perspective davantage géologique et géographique, tandis que la recherche francophone (française et suisse) a été pionnière au XVIIIe siècle quand il s’agissait de définir la nature du polype, l’Angleterre prend le relais lorsqu’il s’agit d’étudier les grands récifs et d’en déduire des hypothèses sur le temps long qui prévaut dans la nature.

Les N-Grammes attirent également notre attention sur un décalage temporel dans l’utilisation des termes dans les textes français et les textes allemands. Il est donc indispensable d’élaborer une diachronie différenciée. Même si nous avons été obligées de tenir compte de la polysémie du mot « polype », qui désigne encore au XVIIe siècle le poulpe, et, par ailleurs, en médecine une excroissance, nous avons pu néanmoins remarquer que la recherche francophone, pionnière dans le domaine de l’étude du polype, mobilise le mot plus tôt et de façon croissante à partir du début du XVIIIe siècle, surtout à partir de l’étude de Trembley qui consacre tout un livre à la nature animale du polype. Une augmentation de fréquence est notable à partir des années 1760, soit environ vingt ans avant l’Allemagne. Outre les ouvrages spécialisés d’Abraham Trembley ou encore de Charles Bonnet, L’Encyclopédie de Diderot et d’Alembert, lancée en 1751, ou encore le Dictionnaire raisonné universel d’histoire naturelle de Jean-Christophe Valmont de Bomare (1764) ont diffusé les connaissances sur le polype, plus visible dès lors dans le N-Gramme.

En Allemagne, ce même mouvement est perceptible à partir des années 1780 seulement, grâce à la traduction de plusieurs livres de Bonnet à partir des années 1770[1], du livre de Trembley en 1775 et de la parution de travaux allemands : Johann Blumenbach, Handbuch der Naturgeschichte, 1779 ; Johann Joseph Heichhorn, Beyträge zur Naturgeschichte der kleinsten, 1781 ; Peter Pallas, Charakteristik der thierpflanzen, 1787. L’Encyclopédie de Krünitz, Oekonomisches Encyclopaediae (1758-1796), achevée par Flörke (au-delà de 1796), comportera un article « Koralle » et un article « Polypen ». On remarque aussi une recrudescence du mot « polypen » après 1800, qui correspond à la publication des ouvrages de Johann Friedrich Blumenbach (Handbuch der Naturgeschichte, 1807), de Gottfried Reinhold Treviranus (Biologie, oder Philosophie der lebenden Natur für Naturforscher und Ärzte, t. 1 et 2, 1803 et t. 3 : 1805) et de Lorenz Oken (Abriß des Systems der Biologie, 1805).

Pour affiner cette analyse réalisée à partir de Google Books, nous avons eu aussi recours à la Deutsches Textarchiv (DTA). Bien que le corpus soit alors plus limité[2], il a permis de confirmer les grandes tendances visualisées dans le N-Gramme allemand. La recherche a porté sur les formes polyp, polypena, polyp, polypen, polypus, dans 786 textes océrisés, répartis par genre et par décade dans les graphiques ci-dessous.

[1] Philosophische Palingenesie, 1770 ; Abhandlung aus der Insektologie, 1774 ; Betrachtung über die nat- Betrachtung über die Natur, 1774.

[2] Une comparaison générale des deux corpus, Google Livres et DTA, a été réalisée par ailleurs, dans le cadre du colloque annuel de l’ADHO (Alliance of Digital Humanities Organizations), en juillet 2016 à Cracovie : http://dh2016.adho.org/abstracts/144. On peut s’y reporter pour obtenir des détails concernant l’état des textes et le volume des bases de données.

Écrits littéraires Écrits non-littéraires Littérature scientifique
Fig. 7. Répartition chronologique des textes dans le corpus de la base de données Deutsches Textarchiv : http://www.deutschestextarchiv.de/ ou http://www.deutschestextarchiv.de/doku/textauswahl ou momentan online verfügbaren DTA-Titel
Fig. 8. Progression générale de la forme « polyp » de 1600 à 1990 dans la Deutches Textarchiv (644 occurrences). http://www.deutschestextarchiv.de/search/plot/?query=polyp&mode=simple;window-simple=0&genres=0
Fig. 8. Progression générale de la forme « polyp » de 1600 à 1990 dans la Deutches Textarchiv (644 occurrences). http://www.deutschestextarchiv.de/search/plot/?query=polyp&mode=simple;window-simple=0&genres=0
Ecrits littéraires Ecrits non-littéraires Littérature scientifique Presse Total
Fig. 9. Progression par type de texte (écrits fictionnels en vert, écrits non-littéraires en jaune, littérature scientifique en bleu, presse en rouge, toutes catégories confondues en orange)
Fig. 9. Progression par type de texte (écrits fictionnels en vert, écrits non-littéraires en jaune, littérature scientifique en bleu, presse en rouge, toutes catégories confondues en orange)

Les N-Grammes français, anglais et allemand ont permis aussi d’étudier la fréquence des termes « hydre », « animalcule », « zoophyte » ou « madrépore », surtout employés dans des publications spécialisées, avec des variations notables en fonction des langues. Ainsi l’hydre, polype d’eau douce, ayant fait l’objet des travaux de Trembley, est bien présent dans le N-Gramme français, et pas du tout dans le N-Gramme anglais. En allemand, le mot hydre est présent mais le N-Gramme est difficile à interpréter. En effet, lorsqu’on contrôle les travaux publiés, on découvre qu’ils sont nombreux à citer l’Hydre de la mythologie. On voit donc que l’interprétation d’un N-Gramme doit s’accompagner de vérifications faites dans les textes. C’est alors que pour cerner rapidement le contenu d’un texte, un autre outil est utile : le logiciel Tree-Cloud qui réalise automatiquement des nuages de mots et permet d’avoir une première idée du contenu sémantique d’un texte.

On peut enfin remarquer en comparant les N-Grammes français, anglais, allemand, que le mot « zoophyte » et en allemand le mot « Thierpflanze » (qui en est sa traduction) restent peu utilisés comparativement aux mots « polype » et « corail », probablement parce que le terme appartient à un vocabulaire de la classification plus spécialisé (il désigne un « ordre », une « classe », un « groupe », pouvant réunir les polypes, les éponges, les anémones de mer, les infusoires).

Les N-Grammes proposent une visualisation synthétique de l’usage des termes dans une dimension diachronique. Ils permettent de percevoir des évolutions, et de remonter aux publications qui en sont la cause, contribuant ainsi à la formulation d’hypothèses. Ils attirent l’attention sur de grandes tendances, qui restent bien sûr à contrôler à partir des textes.

Bibliographie du billet

 BLUMENBACH, Johann Friedrich, Handbuch der Naturgeschichte, Göttingen, Dieterich, 1779, vol.1.

 BONNET, Charles, La Palingénésie philosophique, ou idées sur l’état passé et sur l’état futur des êtres vivans, Genève, Philibert et Chirol, 1769.

BONNET, Charles, Traité d’insectologie, Paris, Durand, 1745.

 DANA, James Dwight, Corals and Coral Islands, New York, Dodd & Mead, 1872.

DARWIN, Charles, The structure and distribution of coral reefs, Londres, Smith Elder and Co, 1842.

DIDEROT, Denis et D’ALEMBERT, Jean Le Rond, Encyclopédie, ou dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers, etc., eds. University of Chicago: ARTFL Encyclopédie Project (Spring 2016 Edition), Robert Morrissey and Glenn Roe (eds), http://encyclopedie.uchicago.edu/

FLOURENS, Pierre, « Traité du corail (…), par le sieur de Peyssonnel », Journal des savants, Paris, Klincksieck, 1838.

HEICHBORN, Johann Conrad, Heichhorn, Beyträge zur Naturgeschichte der kleinsten, Berlin und Stettin, Nicolaï, 1781.

JUSSIEU, Bernard de, « Examen de quelques productions marines qui ont été mises au nombre des plantes, et qui sont l’ouvrage d’une sorte d’insectes de mer », Mémoire de l’Académie royale des sciences, Paris, Imprimerie royale, 1742.

KRÜNITZ, Johann Georg, Oekonomisches Encyclopaediae (1758-1796), [en ligne], http://www.kruenitz1.uni-trier.de/, [consulté le 15 octobre 2016].

LINNÉ, Carl von, Systema naturae, Holmiae, Impensis Direct. Laurentii Salvii, 10e éd. : 1758-1758, 2 vol. et 12e éd. 1766.

LYELL, Charles, Principles of geology, Londres, John Murray, 1830, 3 vol.

OKEN, Lorenz, Abriß des Systems der Biologie, Göttingen, Vandenhoek und Ruprecht, 1805.

PALLAS, Peter-Simon, Charakteristik der Thierpflanzen, Nürnberg, Raspischen Buchhandlung, 1787.

ROUGET, Antoine, Essai sur le polype nasal et particulièrement sur celui qui se développe dans le sinus maxillaire, Didot jeune, Paris, 1806.

RÉAUMUR, René-Antoine Ferchault, et TREMBLEY, Abraham, Correspondance inédite entre Réaumur et Abraham Trembley, Genève, Georg et Cie, 1943.

TREMBLEY, Abraham, Mémoires pour servir l’histoire d’un genre de polypes d’eau douce, à bras en forme de cornes, Leide, Jean et Herman Verbeek, 1744.

TREVIRANUS, Gottfried Reinhold, Biologie, oder Philosophie der lebenden Natur für Naturforscher und Ärzte, Göttingen, Röwer, vol. 1 et 2 : 1803 et vol. 3 : 1805.

VALMONT DE BOMARE, Jacques-Christophe, Dictionnaire raisonné universel d’histoire naturelle : contenant l’histoire des animaux, des végétaux et des minéraux et celle des corps célestes, des météores et des autres principaux phénomènes de la nature, Paris, Didot, 1764.

Vous pouvez aussi consulter les billets suivants :

Billet 1 : Le champ sémantique du polype : expérimentations numériques

Billet 2 : Polype, zoophyte, hydre : histoire de mots

Billet 3 : Polype dans L’Encyclopédie de Diderot et d’Alembert

Billet 5 : Le polype littéraire

Billet 6 : Le polype : une image politique

Billet 7 : Bibliographie générale

Billet 5. LE POLYPE LITTERAIRE

Nadège Lechevrel, Bénédicte Percheron, Gisèle Séginger 

L’utilisation des outils informatiques et statistiques nous a permis d’interroger et de visualiser les données extraites des textes du corpus BIOLOGRAPHES et de nombreux textes en ligne (sur Google Livres et dans des bibliothèques numériques comme Gallica). Il a été possible de cerner rapidement un champ lexical complexe (Billets 1, 2 et 3), puis d’étudier diachroniquement l’usage des termes (Billet 4). Il est maintenant possible d’aborder la circulation des savoirs scientifiques et leur mise en texte afin de confronter l’analyse automatique des masses de données à l’interprétation des œuvres et aux connaissances de l’histoire des sciences.

Tandis que le polype appartenait autrefois aux merveilles presque fantastiques de la nature, au XVIIIsiècle, il entre tout à fait dans la science grâce aux travaux de Peyssonnel puis surtout de Trembley qui fait la preuve de sa nature animale (1744). Mais il continue néanmoins à fasciner les scientifiques, les philosophes et les poètes jusqu’au XIXsiècle. Bien que sa nature animale ait été établie, le polype demeure un sujet d’intérêt majeur. Il est en effet impliqué dans de nombreuses réflexions sur la classification. Témoin d’un passé lointain de la Terre, le polype stimule l’imagination des scientifiques et de poètes parce qu’il semble être au plus près de l’origine rudimentaire de la vie. Il permet presque de toucher à l’origine, et Lamarck le place au « dernier des échelons » de la classe des animaux (Discours d’ouverture du cours des animaux sans vertèbres, 1806). Dans sa Philosophie zoologique (1809), le polype est juste avant les infusoires, le stade le moins élaboré de la vie. La simplicité de son organisation ou de sa reproduction le rapproche de certains végétaux : il apparaît comme un être intermédiaire.

Animaux de taille modeste, souvent presque microscopiques, les polypes appartiennent à cet infiniment petit qui fait rêver tout le XIXsiècle. Certains y trouvent même une nouvelle forme de sublime, comme Louis-François Jéhan, qui, dans son Tableau de la création, ou Dieu manifesté par ses œuvres (1846), évoque à la fois des « êtres dont la grandeur nous étonne, et d’autres dont la petitesse échappe à notre vue : la Baleine colossale et le Polype microscopique » (1866 : 210) ; ou Edgard Quinet pour qui l’infiniment petit – par exemple le polype de la mer jurassique – est sublime grâce à la disproportion qui existe entre sa taille et les phénomènes auxquels il participe (La Création, 1870) ; et Camille Flammarion qui évoque dans le même sens les polypes « cent fois centenaires », à l’origine d’îles entières du Grand Océan : ils « ont exercé une action plus efficace sur la structure de la Terre que ces masses monstrueuses de baleines et d’éléphants, que ces énormes troncs de figuiers et de baobabs. » (La pluralité des mondes habités, 1862 : 42)

Il n’est donc pas étonnant de voir que dès le XVIIIsiècle, au-delà des travaux centrés sur sa nature et ses propriétés, le polype a sa place dans des argumentations scientifiques plus générales voire philosophiques. De son pouvoir régénérateur La Mettrie conclut aux propriétés d’organisation de la matière (L’Homme machine, 1747). Pour sa part, dans Le Rêve de d’Alembert (1769), Diderot attribue à son ami d’Alembert le rêve d’une surhumanité qui serait dotée de la puissance vitale du polype. Utilisé parfois comme argument matérialiste, chez les philosophes du XVIIIsiècle, à l’inverse, le polype alimente la thèse d’une présence active de Dieu dans la nature chez Chateaubriand (Le Génie du christianisme, 1802) et encore plus tard chez un scientifique comme Félix Pouchet, directeur du Muséum d’histoire naturelle de Rouen. Dans L’Univers : les infiniment petits (1865), il explique par l’inspiration divine la composition magistrale d’un polypier géant, la Coupe de Neptune, dont il expose un exemplaire dans l’entrée du Muséum : il faut se demander, dit-il, « quelle aspiration suprême indique à cette multitude d’ouvriers si éloignés, et tous enchaînés dans leur cellule, qu’il faut cependant mouler la coupe dans ses proportions artistiques. » (Pouchet, 1865 : 53). Et il conclut : « Cette magnifique construction est le plus beau défi que l’on puisse jeter à l’école du matérialisme. » (ibid.) Lecteur de Chateaubriand et ancien élève de Pouchet, Flaubert n’adhère pas à ce type de perspective. Cependant, il a été marqué, comme bien des écrivains de sa génération, par une conception romantique de la nature productrice de beautés que l’art peut lui envier. Dans La Tentation de saint Antoine de 1874, il imagine une hallucination ambiguë, une vision d’un vitalisme endiablé, qui aboutit à une extase douteuse, dont on ne sait trop si elle est inspirée par le Diable ou par Dieu. Saint Antoine voit une série chaotique de métamorphoses naturelles qui confondent les trois règnes de la nature, et montrent l’instabilité des espèces et des formes : des polypes apparaissent alors qui ressemblent à des sycomores, mais ils portent des bras sur leurs branches et des chenilles en guise de fleurs. Remontant l’échelle des êtres, par-delà la séparation des règnes, Antoine croit voir la vie naître, dans une ultime hallucination. De même, sans conclure sur l’origine d’une vitalité merveilleuse, le poète Richepin chante la vie qu’il regarde « se transformer sans fin » depuis les « anciens types » : il voit la vie devenir l’infusoire, entrer dans les polypes, et « monter toujours » (La Mer, 1886).

La littérature trouve dans la science des potentialités poétiques qu’elle s’empresse d’exploiter tandis que, dans l’autre sens, l’imagination scientifique semble parfois stimulée par la poésie : elle inspire des hypothèses audacieuses ou fournit des images qui donnent forme aux conceptions abstraites. La relation entre science et poésie est donc un échange en double sens, d’autant plus que les écrivains et les scientifiques dialoguent encore aisément, et collaborent parfois. Dans ses notes au Chant III, de L’Homme des champs, Delille cite Buffon, Forster et Bougainville, les observations de Peyssonnel, Réaumur et Jussieu lorsqu’il évoque les « miraculeux travaux » des insectes des mers. Les polypes constructeurs des récifs coralliens ont inspiré à Lyell (Principles of geology, 1830) et à Charles Darwin (The structure and distribution of coral reefs, 1842) l’idée d’un temps long qui transforme la nature, et Michelet qui cite les deux scientifiques anglais puise dans leurs ouvrages une nouvelle forme de merveilleux. Il évoque les « faiseurs de monde » dans les rêveries poétiques de La Mer : silencieux travailleurs du fond des océans, contre lesquels même les tempêtes ne peuvent rien, les polypes sont à l’image du Peuple, dont l’historien espère le triomphe en dépit des aléas de l’histoire. Après la Commune, Jean Richepin, file aussi la métaphore des polypes-ouvriers, et il met en garde les nantis : « écoutez donc le bouillonnement formidable qui bruit sous vos pieds. C’est le banc de corail qui monte lentement, par l’effet des polypes, prolétaires obscurs mais innombrables. Qu’il arrive à fleur d’eau, et votre navire sera soulevé, retourné la quille en l’air, vidé comme avec la main. » (Les étapes d’un réfractaire : Jules Vallès, 1872 : 94)

De leur côté, les scientifiques se montrent volontiers sensibles aux qualités plastiques du polype et du corail, et d’autant plus que la poésie de la fin du XVIIIsiècle et du début du XIXsiècle en avait déjà souligné la beauté. Dans The Loves of the Plants (1789), Erasmus Darwin, un médecin et poète (traducteur de Linné et grand-père de Charles) évoquait des fonds marins merveilleux, avec les grottes de corail des Sirènes, les Naïades s’appuyant sur des rameaux de corail, ou Zostera, la souveraine des bois de Corail. Dans Les Trois règnes de la nature, publié en 1808 avec des notes de Cuvier, Delille avait évoqué le polype aux « rameaux vivants », le « vers emprisonné qui forme le corail » et surtout la place particulière de ce zoophyte, qui défie l’effort classificateur des scientifiques :

Le polype parut tout s’éclipsa soudain Tous ces nomenclateurs qui séparant les classes, Aux règnes différents avaient marqué leurs places, Virent un corps nouveau fier de ses nouveaux droits, Des règnes étonnés braver les vieilles lois, Et joignant en lui seul leur nature rivale, De leur borne incertaine occuper l’intervalle. Eh qui n’admirerait cet être mitoyen, Des règnes qu’il unit étrange citoyen ? (1808, II : 87)

Il n’est pas impossible que les qualités esthétiques du corail et son statut d’objet à la fois scientifique et poétique aient pu avoir un rôle dans le choix du petit-fils d’Erasmus lorsqu’il décida de représenter ses premières idées sur l’évolution non pas à l’aide de l’arbre traditionnel des classifications hiérarchisées, mais par le corail buissonnant (Notebook B, 1837), qui, outre sa beauté, présentait l’avantage de figurer des bifurcations et des irrégularités plus en accord que l’élévation de l’arbre avec le refus darwinien de la téléologie.

À la fin du XVIIIsiècle et au XIXsiècle le polype était parfois associé à des hypothèses philosophiques, dans un contexte épistémologique où observations, expériences et considérations métaphysiques pouvaient encore coexister. En 1762, dans ses Considérations sur les corps organisés, Bonnet, naturaliste et philosophe, évoque le polype d’eau douce étudié par Trembley mais il se souvient aussi de la loi de continuité de Leibniz (qu’il cite) et de sa chaîne des êtres unique : le passage d’une espèce à l’autre, d’un règne à l’autre est insensible, dans un monde où la plénitude est un signe de la perfection divine. La nature ne fait pas de sauts, dit Leibniz (Nouveaux essais sur l’entendement humain, 1704), et après lui Bonnet (« Tout se fait par degrés dans la Nature » (1755 : 360) qui fondait sur cet axiome une conception du « développement » (Principes philosophiques sur la cause première et sur son effet, 1755 : 360). Lecteur de Leibniz, de Bonnet, et de Dupont de Nemours (Philosophie de l’univers, 1793) qui en fait la synthèse, lecteur aussi des Illuminés du XVIIIsiècle, Nerval rêve d’une « hiérarchie non interrompue qui, partant des infusoires ou du polype, monte jusqu’à l’ange sans interruption » (« L’évêque de mer », 1850).

« L’art peut faire du polype une Hydre à plusieurs têtes et à plusieurs queues et s’il abat ces têtes et ces queues, elles donneront autant de polypes parfaits. L’imagination féconde d’Ovide n’avait pas été jusque-là » (La palingénésie philosophique, 1769, I, 229), écrivait Bonnet. Le mot hydre désigne en zoologie un polype d’eau douce mais le souvenir des Métamorphoses d’Ovide et en particulier de l’hydre de Lerne est à l’origine d’une transformation de l’animal réel en un animal presque fabuleux chez Bonnet. De surcroît, depuis l’Antiquité le mot « polype » pouvait aussi désigner un poulpe. Bien que cette seconde acception tende à se raréfier au XIXsiècle, certains écrivains entretiennent volontiers l’ambiguïté entre les bras du polype et les tentacules du poulpe, à des fins poétiques ou fantasmatiques, surtout lorsque les métaphores prennent un sens symbolique voire moral. Chez Victor Hugo, le polype étrange et ténébreux, est une métaphore de l’horreur qui saisit le visiteur dans les profondeurs de certaines architectures indiennes (Puits de l’Inde) ou une métaphore de l’égout, « polype ténébreux aux mille antennes qui grandit dessous en même temps que la ville dessus » (Les Misérables, 5e partie, Jean Valjean : 147). L’animal aux tentacules gigantesques est aussi une figure de la monstruosité morale et de l’innommable, comme la bande des quatre malfaiteurs qui sévit sur Paris : « c’était le polype monstrueux du mal habitant la crypte de la société » (Les Misérables, 3e partie, Marius : 217). Quant à Michelet, dans les « Éclaircissements » de L’Insecte, à la faveur de la polysémie du terme, il glisse sans transition des « imperceptibles constructeurs du globe » (chapitre III), qui appartiennent à « l’infini de la vie invisible », à la métaphore de l’Angleterre, « polype immense dont les bras enserrent la planète et qui la palpe incessamment », comme un poulpe possessif (L’Insecte, 1858 : 377).

Au centre des rêves d’unité, de continuité du vivant, de développement ou d’évolution, objet scientifique ou image symbolique, le polype appartient à l’imaginaire d’une époque fascinée par les forces obscures du vivant, par l’infiniment petit, par une matière qui semble habitée d’un esprit ou qui inversement paraît animée d’une vitalité propre, étrange voire menaçante. Aussi il n’est pas étonnant de trouver fréquemment les polypes évoqués de manière à la fois scientifique et poétique dans les ouvrages de vulgarisation qui mettent en avant les merveilles de la nature comme ceux de Camille Flammarion et de Louis Figuier ou dans les livres pour la jeunesse de Louis Boussenard ou de Louis Jacolliot.

Ces recherches, toujours effectives dans le cadre de l’ANR Biolographes,  sont susceptibles d’être complétées ultérieurement par d’autres explorations mobilisant textométrie, visualisation, analyse littéraire et histoire des sciences.

Bibliographie du billet

BONNET, Charles, Essai de psychologie, ou Considérations sur les opérations de l’âme, sur l’habitude et sur l’éducation, Londres, s.n, 1755.

BONNET, Charles, Considérations sur les corps organisés, Amsterdam, Rey, 1762.

BONNET, Charles, La Palingénésie philosophique, ou idées sur l’état passé et sur l’état futur des êtres vivans, Philibert et Chirol, 1769, 2 vol.

BOUSSENARD, Louis, Le tour du monde d’un gamin de Paris, (1879 en feuilleton), Paris, Paris, Dreyfous, 1880.

CHATEAUBRIAND, François-René de, Génie du christianisme, Paris, Migneret, 1802, 4 vol.

DARWIN, Charles, The structure and distribution of coral reefs, Londres, Smith Elder and Co, 1842.

DARWIN, Erasmus, The Loves of the Plantes [1789, publication anonyme], repris en seconde partie dans  The Botanic Garden, Londres, Johnson, 1791, 2 vol.

DELILLE, Jacques et CUVIER, Georges (pour les notes), Les Trois règnes de la nature, Paris, H. Nicolle, 1808, 2 vol.

DELILLE, Jacques, L’Homme des Champs ou Les Géorgiques Françoises, Strasbourg, Levrault, 1800.

DIDEROT, Denis, « Le rêve de d’Alembert », in Œuvres complètes de Diderot, Paris, Assézat Tourneux, Garnier Frères, 1875, t. 2, p. 122-181.

 DUPONT DE NEMOURS, Pierre-Samuel, Philosophie de l’univers, Paris, imp. de Du Pont, 1793.

FIGUIER, Louis, La Vie et les œuvres des animaux : zoophytes et mollusques, Paris, L. Hachette, 1866.

FIGUIER, Louis, Le Lendemain de la mort ou La vie future selon la science, Paris, Hachette, 1871.

FLAMMARION, Camille, La pluralité des mondes habités : étude où l’on expose les conditions d’habitabilité des terres célestes, discutées au point de vue de l’astronomie et de la physiologie, Paris, Mallet-Bachelier, 1862.

FLAMMARION, Camille, Le monde avant la création de l’homme, Paris, Marpon et Flammarion, 1886.

FLAUBERT, Gustave, La Tentation de Saint Antoine, 1874.

FLOURENS, Pierre, « Traité du corail…, par le sieur de Peyssonnel », Journal des savants, Paris, Klincksieck, 1838, p. 108-122.

HUGO, Victor, Les Misérables, Paris, Hachette, 1881-1882, 5 vol.

JACOLLIOT, Louis, Voyage humoristique au pays des kangourous, Paris, C. Marpon et E. Flammarion, 1884.

JÉHAN, Louis-François, Tableau de la création ou Dieu manifesté par ses œuvres, Tours, A. Marne et fils, 1866, 2 vol.

LAMARCK, Jean-Baptiste de, « Discours d’ouverture d’un cours de zoologie, prononcé en prairial an XI », publication posthume, in Bulletin scientifique de la France et de la Belgique, 1907, vol. 40.

LAMARCK, Jean-Baptiste de, Jean-Baptiste de, Philosophie zoologique, Paris, Dentu, 1809, 2 vol.

LEIBNIZ, Gottfried-Wilhelm, Nouveaux essais sur l’entendement humain [1704], Amsterdam et Leipzig, Raspe, 1765.

LA METTRIE, Julien Offray de, L’Homme machine, Leyde, Elie Luzac fils, 1748.

LYELL, Charles, Principles of geology, Londres, John Murray, 1830, 3 vol.

MICHELET, Jules, La Mer, Paris, Librairie Hachette, 1861.

MICHELET, Jules, L’Insecte, Paris, Librairie Hachette, 1858.

NERVAL, Gérard de, « L’évêque de mer », in Le Diable rouge. Almanach cabalistique pour 1850, Œuvres complètes, édition de Jean Guillaume et Claude Pichois, Paris, Gallimard, Bibliothèque de la Pléiade, vol. I, 1989.

POUCHET, Félix-Archimède, L’Univers : les infiniment grands et les infiniment petits, Paris, L. Hachette, 1865.

QUINET, Edgar, La Création, Paris, Librairie internationale, 1870, 2 vol.

RICHEPIN, Jean, La Mer, Paris, Maurice Dreyfous, 1886.

RICHEPIN, Jean, Les Étapes d’un réfractaire : Jules Vallès, Paris, E. Flammarion, 1872.

TREMBLEY, Abraham, Mémoires pour servir l’histoire d’un genre de polypes d’eau douce, à bras en forme de cornes, Leyde, Jean et Herman Verbeek, 1744.

Vous pouvez aussi consulter les billets suivants :

Billet 1 : Le champ sémantique du polype : expérimentations numériques

Billet 2 : Polype, zoophyte, hydre : histoire de mots

Billet 3 : Polype dans L’Encyclopédie de Diderot et d’Alembert

Billet 4 : N-Grammes et interprétation de l’évolution terminologique

Billet 6 : Le polype : une image politique

Billet 7 : Bibliographie générale