Archives de catégorie : Parutions

Une approche textométrique pour étudier la transmission des savoirs biologiques au XIXe siècle

Philippe Gambette, Nadège Lechevrel

Résumé

Cet article propose d’aborder la question du positionnement entre qualitatif et quantitatif (que suppose l’analyse informatisée de données textuelles) au travers d’exemples concrets tirés d’un projet de recherche se situant dans le domaine de la création littéraire et son rapport aux savoirs biologiques (Biolographes : http://biolog.hypotheses.org). Une première partie expose les aspects pratiques des corpus numériques, de l’accès aux sources à leurs métadonnées, en passant par les questions d’océrisation et de stockage (base de données). Les deuxième et troisième parties illustrent la façon dont des outils textométriques et de visualisation (TXM, Treecloud) servent de point d’appui, dans le cas de grands corpus, à de nombreuses hypothèses de travail. En conclusion, il souligne le pont opéré par le TAL entre les outils informatisés et l’analyse littéraire.

Texte intégral : https://www.erudit.org/fr/revues/npss/2016-v12-n1-npss02874/1038375ar/

Guide des humanités environnementales

Bénédicte Percheron

Ce guide qui croise diverses approches disciplinaires propose des synthèses sur des questionnements d’actualité. Il se donne pour objectif de « constituer un support de référence centré sur la polysémie et l’épaisseur de l’idée de nature telle qu’elle a été développée dans les histoires culturelles européennes de la modernité, au cours des XIXe et XXe siècles » et de montrer « comment celle-ci, dans les défis qu’elle adresse aujourd’hui aux sociétés contemporaines, reconfigure les cadres de pensée, les disciplines et leurs objets de recherche pour produire de nouveaux champs de questionnements et de pratiques » (p. 15). Regroupés en deux parties (« Comment penser la nature ? », « Comment vivre avec la nature ? »), les articles présentent des réflexions éthiques, philosophiques, écologiques, juridiques et culturelles. Ils abordent aussi bien les savoirs, les imaginaires que les pratiques. Plusieurs notices de ce guide offrent d’utiles synthèses sur des questions afférentes aux rapports entre les savoirs du vivant et la littérature. D’autres délivrent des historiques et des définitions de différents courants de pensée (écosophie, écospiritualité, écocritique…). Occasionnellement les notices défendent un point de vue et le développement d’une approche particulière comme dans le cas de l’écopsychologie.

Conformément aux objectifs de l’ANR/DFG Biolographes, nous présentons uniquement les notices relatives aux interactions entre les sciences du vivant et la littérature au XIXe siècle.

Pour comprendre les rapports entre nature et poésie, Peter Schnyder se propose d’analyser la notion de nature pensée comme catégorie esthétique. De la philosophie grecque au XVIIIe siècle la nature a été l’objet de constructions culturelles. Chez Kant, la beauté naturelle est préférable à la beauté artistique tandis que chez Hegel la production artistique l’emporte sur la nature. Les modèles culturels imprègnent très largement la perception de la nature. Si la poésie classique française a peu développé la poésie de la nature, le romantisme en propose une idéalisation et il cherche une harmonie avec les sentiments, comme dans les Méditations poétiques de Lamartine (1820). Au milieu du XIXe siècle, les poètes se tournent plutôt vers la ville et n’évoquent la nature que pour souligner des états d’âme, souvent mélancoliques (Verlaine, Poèmes saturniens, 1866). Avec le début du XXe siècle, la nature s’efface au profit de thématiques de la vie moderne (Apollinaire ou Cendras). Après un rapide panorama, Peter Schnyder en vient à l’exemple de Jaccottet : il se méfie de l’image poétique qui peut cacher le monde ou l’essence même de l’objet évoqué ; ses paysages sont alors sans figures (Paysages avec figures absentes, 1970) et il s’efforce de toujours inscrire son œuvre dans la « réalité vécue, vue, sentie » (p. 131).

Plus théorique, Laurence Dahan-Gaida propose, dans une notice intitulée « Épistémocritique de la Nature. Nature en culture », un résumé des objectifs de l’épistémocritique, une nouvelle méthode d’analyse des savoirs dans la littérature. Déjà transformés par les discours sociaux, les savoirs scientifiques dans les textes littéraires forment d’autres objets qui peuvent à leur tour avoir de nouvelles applications. L’auteur s’interroge sur les rapports entre nature et culture. Pour illustrer l’utilisation de l’épistémocritique, elle esquisse une application aux Affinités électives de Goethe (1809), dont les rapports entre les personnages sont expliqués par une métaphore chimique : les phénomènes d’attraction et de répulsion, qui règlent leurs relations proviennent de notions du XVIIIe siècle. Goethe use également de la métaphore du jardin et de la greffe. Le jardin est à la fois le lieu des savoirs,  en particulier de la taxinomie, et le lieu où l’on discute des nouvelles pratiques commerciales ou des modes botaniques. La greffe incarne la volonté de dominer la nature, de l’améliorer grâce à la technique. Laurence Dahan-Gaida marque une évolution entre Goethe et Flaubert qui fait un usage critique des savoirs : Bouvard et Pécuchet discutent de taxinomie, d’économie, d’esthétique dans l’épisode de l’organisation d’un jardin, au début du roman (1880). Enfin, elle réfléchit sur le paradigme du posthumanisme en montrant que certains écrivains, comme Maurice Dantec, Michel Houellebecq ou encore Richard Powers, s’interrogent sur les frontières de l’humain et sur la notion même de nature humaine.

Dans une perspective plus globale, Gisèle Séginger (notice « Le Vivant ») montre comment les recherches sur le vivant se sont structurées au XIXsiècle en générant de nouveaux imaginaires. Progressivement, l’histoire naturelle glisse de l’ordre de la nature à la logique du vivant, des  classifications fixistes du XVIIIe siècle à l’étude de l’invisible. Le XIXe siècle connaît une rupture épistémologique avec l’ordre du visible (Foucault, Les Mots et les choses, 1966). L’histoire naturelle dépasse désormais la simple description de la « structure visible » (F. Jacob, La Logique du vivant, 1970). Au XVIIIe siècle, les connaissances naturalistes dépendaient étroitement des contextes idéologiques et politiques, qui stimulaient ou, au contraire, freinaient les découvertes naturalistes. Mais déjà avec Buffon, la nature, ses paysages, se transformaient dans un temps plus long. Au XIXe siècle, les trois règnes de la nature sont souvent supplantés par une division binaire : le vivant et l’inorganique. Enfin, G. Séginger rappelle les controverses célèbres sur le créationnisme, le transformisme, puis l’évolutionnisme. La biologie, qui se développe progressivement au XIXe siècle (le terme se diffuse vers le milieu du siècle), offre de multiples modèles de pensées, des idées, mais aussi des images variées, qui ont inspiré de nombreux écrivains. Des ébauches pré-évolutionnistes chez Diderot, avec Le Rêve de d’Alembert (1769) au décadentisme d’À Rebours (1884) de Huysmans, les écrivains manipulent des savoirs naturalistes pour théoriser le roman (Balzac ou encore Zola), pour inventer des principes esthétiques ou encore critiquer la science. En sens inverse, les textes scientifiques utilisent des procédés narratifs et poétiques pour construire de nouvelles hypothèses ou mettre en forme leurs résultats. La notice souligne ainsi l’intérêt de l’approche interdisciplinaire pour comprendre les enjeux de l’étude du vivant au XIXe siècle.

Sommaire

Pour commander l’ouvrage

 

Le Savoir de la Poésie : Poésie lyrique, poésie épique et les sciences au XIXe siècle

Henning HUFNAGEL et Olav KRÄMER (éd.)

Das Wissen der Poesie. Lyrik, Versepik und die Wissenschaften im 19. Jahrhundert, Berlin / Boston, de Gruyter, 2015.

http://www.degruyter.com/doc/cover/9783110348521.jpg

Les recherches sur les rapports entre science et littérature au XIXe siècle se sont longtemps concentrées sur les genres narratifs et surtout sur la prose des romans. Les contributions réunies dans le présent volume, en revanche, se focalisent sur les références aux sciences dans les textes en vers, dans la poésie lyrique et épique. Elles examinent surtout des exemples pris des littératures française, allemande et anglaise, et analysent une large gamme de textes qui va de poèmes didactiques aux poésies virtuoses du Parnasse, et de poésies satyriques et comiques à des expériences formelles des années 1900. L’hypothèse centrale du volume est la suivante : si les textes en vers reflètent les savoirs scientifiques, ils le font de manière spécifique, donc différemment de la prose, et cela en activant les traditions et les possibilités formelles spécifiques du genre. Les études réunies travaillent à corroborer cette hypothèse, d’une part, en éclairant les fonctions des références aux sciences à l’intérieur des textes poétiques et, d’autre part, en examinant les structures textuelles élaborées en contact avec les sciences. De cette manière, ce volume est à la fois une contribution au domaine « Literature and science » et à l’histoire des genres poétiques, et il fournit une base à des analyses comparatives par son approche transnationale.

Table des matières

Henning Hufnagel/Olav Krämer
Lyrik, Versepik und wissenschaftliches Wissen im 19. Jahrhundert. Zur Einleitung
Olav Krämer
Transformationen des wissenschaftlichen Lehrgedichts um 1800: Erasmus Darwins The Temple of Nature und Johann Wolfgang Goethes Metamorphose der Tiere
Christoph Bode
„There is no want of knowledge […]. We want the creative faculty to imagine that which we know.“ – Die Wissenschaften im Konterdiskurs der englischen Romantik
Marc Föcking
Das Ich in Bewegung. Lyrik und Eisenbahn bei Alfred de Vigny, Paul Verlaine und Ardengo Soffici
Thomas Klinkert
Wissenschaft als Quelle poetischer Inspiration. Baudelaires Poetik des Rausches
Henning Hufnagel
Positivisme esthétique. Lyrik und Wissenschaft bei den Parnassiens: Vier Fallstudien
Marco Thomas Bosshard
André Chéniers epische Dichtung als gemeinsames Referenzmodell von Historiographie, Philologie und Poesie des 19. Jahrhunderts. Die französische Epenforschung an der École des Chartes, José-Maria de Heredia und der Parnasse
Hugues Marchal
Sully Prudhomme ou le lyrisme de la perte des repères
Ulrike Zimmermann
(R)Evolutionslyrik? Charles Darwin in Light Verse von britischen Dichterinnen des späten 19. Jahrhunderts
Fabian Lampart
Lyrik und Ökonomie im 19. Jahrhundert. Überlegungen zu einem spannungsreichen Verhältnis
Alexander Nebrig
Entbindung von der Disziplin. Arno Holz’ Begründung des Lebenswissens im Phantasus
Benjamin Specht
„Wurzel alles Denkens und Redens“. Der wissenschaftliche Metapherndiskurs um 1900 und die Lyrik Hugo von Hofmannsthals

 

Pour commander l’ouvrage

Le Temps de l’œuvre. Les Scénarios de La Tentation de saint Antoine de Flaubert

Gisèle SEGINGER


Le Temps de l’œuvre. Les Scénarios de La Tentation de saint Antoine de Flaubert, présentation, transcription et notes, coll. « Flaubert », PURH, 2014.

couverture Tsa

Pendant qu’il prépare ses plans, Flaubert lit La Création de Quinet (1870), qu’il cite en haut du folio 78 v°, et il imagine aussitôt un dénouement biologique qui modifie le sens de l’œuvre initiale : « peu à peu arriver, par une série de monstruosités (symboliques) / à la cellule vivante, à l’Être, à la matière ». La juxtaposition des termes rapproche l’inconciliable : le concept biologique (cellule), l’idée philosophique dans son expression idéaliste (l’Être) mais aussi matérialiste (la matière). Le feuillet 226 recentre l’épisode sur la vitalité qui fond les trois règnes dans un même mouvement dynamique et Antoine découvre la « monère », forme élémentaire de la vie étudiée par Ernest Haëckel dans Histoire de la création des êtres organisés d’après les lois naturelles (1868). Flaubert ne lira cet ouvrage qu’en 1874 au moment où paraît la traduction française. Mais il avait probablement été frappé par la description de la monère dans l’article de Charles Martins, « La création du monde organisé d’après les naturalistes anglais et allemands de la nouvelle école », paru dans la Revue des deux mondes du 15 décembre 1871 qui décrit ce micro-organisme muni de cils. Flaubert s’en inspire pour écrire la dernière hallucination de l’ermite : « Enfin, il aperçoit de petites masses globuleuses, grosses comme des têtes d’épingles et garnies de cils tout autour. Une vibration les agite. / Antoine délirant : ô bonheur ! Bonheur ! J’ai vu naître la vie, j’ai vu le mouvement commencer. »

« C’est l’œuvre de toute ma vie », dit Flaubert en évoquant La Tentation de saint Antoine. Les manuscrits enregistrent sur près de trente ans l’évolution de l’écrivain et de son époque, des transformations esthétiques et épistémologiques. Flaubert en écrit une première version avant Madame Bovary et il ne publie le dernier texte qu’en 1874, six ans avant sa mort. La transcription, le classement et la présentation des scénarios rédigés à la fin des années 1840 et au début des années 1870 donnent accès au laboratoire d’une œuvre qui aborde les grandes questions de son époque sur les religions, la morale et l’origine de la vie en utilisant parfois des savoirs scientifiques contemporains. Le lecteur découvrira à la fois les méthodes de travail de Flaubert et la formation d’une œuvre atypique, érudite et onirique, qui explore l’inconscient d’un ermite tourmenté de désirs et d’angoisses. C’est un autre Flaubert à la fois romantique et pré-symboliste que les scénarios de La Tentation de saint Antoine laisseront entrevoir aux lecteurs de Madame Bovary et de L’Éducation sentimentale. Il voulait laisser tout ignorer de lui-même à son public, mais il prête à saint Antoine un goût de l’étrange, une fascination pour les images exubérantes et les excentricités de l’antiquité qu’il partage avec son personnage.  Saint Antoine, c’est lui ? Laissons le lecteur en juger.

Sommaire
Pour commander l’ouvrage

L’Âme et le Corps chez Flaubert

Juliette AZOULAI

L’Âme et le Corps chez Flaubert. Une ontologie simple, Éditions Classiques Garnier, 2014.

L’œuvre de Flaubert dans son ensemble est traversée par une exigence ontologique: penser l’âme et le corps sur le mode de l’unité. L’originalité de son écriture est d’opérer une reconfiguration des dualités métaphysiques au sein d’un art moniste.

L'âme et le corps chez Flaubert
La question des rapports de l’âme au corps débouche naturellement chez Flaubert sur une réflexion sur l’être animé ou l’être vivant, tantôt sous l’angle humain de la médecine, tantôt sous l’angle de l’histoire naturelle et de la biologie.

Lecteur de Goethe, Cuvier, Buffon, Lamarck, Darwin, Spencer ou encore Haeckel, élève de Félix-Archimède Pouchet, ami de Georges Pouchet et de Georges Pennetier, Flaubert s’intéresse aux questions brûlantes au XIXe siècle de l’origine de la vie et de l’origine des espèces. La mise en texte de la théorie de la génération spontanée ou de la pensée transformiste, dans des œuvres comme Salammbô, La Tentation de saint Antoine ou Bouvard et Pécuchet, est l’occasion pour l’écrivain d’explorer la pensée biologique contemporaine à la lumière d’une intuition primordiale : l’indissociation de la matière et de l’esprit et, partant, l’impertinence de tous les réductionnismes (matérialistes et spiritualistes) dans la compréhension des phénomènes de la vie.

Table des matières 
Pour commander l’ouvrage