Archives de catégorie : Parutions

Guide des humanités environnementales

Aurélie CHONÉ, Isabelle HAJEK, Philippe HAMMAN (dir.)

Guide des Humanités environnementales, Paris, Presses Universitaires du Septentrion, 2016.

Guide des humanités

L’ampleur des changements environnementaux est aujourd’hui bien établie. Face à cette situation inédite dans l’histoire de l’humanité, quels « cadres » et catégories mobiliser pour penser ces bouleversements et guider l’action ?
La mise en évidence de l’origine humaine de ces changements et la critique du dualisme Nature/Culture ont conduit à souligner les limites d’approches strictement scientifiques et techniques. C’est pourquoi le présent guide propose un état inédit et original des savoirs des Lettres et Sciences Humaines et Sociales sur la nature. Il rassemble les travaux de spécialistes (civilisation, ethnologie, géographie, histoire, littérature, philosophie, psychologie, sociologie, science politique, urbanisme…) afin de montrer comment l’idée de nature, dans les défis qu’elle adresse aux sociétés contemporaines, reconfigure les cadres de pensée, les disciplines et leurs objets pour produire de nouveaux champs de questionnements et de pratiques qui marquent l’émergence des Humanités environnementales.

Sommaire

Pour commander l’ouvrage

Le Savoir de la Poésie : Poésie lyrique, poésie épique et les sciences au XIXe siècle

Henning HUFNAGEL et Olav KRÄMER (éd.)

Das Wissen der Poesie. Lyrik, Versepik und die Wissenschaften im 19. Jahrhundert, Berlin / Boston, de Gruyter, 2015.

http://www.degruyter.com/doc/cover/9783110348521.jpg

Les recherches sur les rapports entre science et littérature au XIXe siècle se sont longtemps concentrées sur les genres narratifs et surtout sur la prose des romans. Les contributions réunies dans le présent volume, en revanche, se focalisent sur les références aux sciences dans les textes en vers, dans la poésie lyrique et épique. Elles examinent surtout des exemples pris des littératures française, allemande et anglaise, et analysent une large gamme de textes qui va de poèmes didactiques aux poésies virtuoses du Parnasse, et de poésies satyriques et comiques à des expériences formelles des années 1900. L’hypothèse centrale du volume est la suivante : si les textes en vers reflètent les savoirs scientifiques, ils le font de manière spécifique, donc différemment de la prose, et cela en activant les traditions et les possibilités formelles spécifiques du genre. Les études réunies travaillent à corroborer cette hypothèse, d’une part, en éclairant les fonctions des références aux sciences à l’intérieur des textes poétiques et, d’autre part, en examinant les structures textuelles élaborées en contact avec les sciences. De cette manière, ce volume est à la fois une contribution au domaine « Literature and science » et à l’histoire des genres poétiques, et il fournit une base à des analyses comparatives par son approche transnationale.

Table des matières

Henning Hufnagel/Olav Krämer
Lyrik, Versepik und wissenschaftliches Wissen im 19. Jahrhundert. Zur Einleitung
Olav Krämer
Transformationen des wissenschaftlichen Lehrgedichts um 1800: Erasmus Darwins The Temple of Nature und Johann Wolfgang Goethes Metamorphose der Tiere
Christoph Bode
„There is no want of knowledge […]. We want the creative faculty to imagine that which we know.“ – Die Wissenschaften im Konterdiskurs der englischen Romantik
Marc Föcking
Das Ich in Bewegung. Lyrik und Eisenbahn bei Alfred de Vigny, Paul Verlaine und Ardengo Soffici
Thomas Klinkert
Wissenschaft als Quelle poetischer Inspiration. Baudelaires Poetik des Rausches
Henning Hufnagel
Positivisme esthétique. Lyrik und Wissenschaft bei den Parnassiens: Vier Fallstudien
Marco Thomas Bosshard
André Chéniers epische Dichtung als gemeinsames Referenzmodell von Historiographie, Philologie und Poesie des 19. Jahrhunderts. Die französische Epenforschung an der École des Chartes, José-Maria de Heredia und der Parnasse
Hugues Marchal
Sully Prudhomme ou le lyrisme de la perte des repères
Ulrike Zimmermann
(R)Evolutionslyrik? Charles Darwin in Light Verse von britischen Dichterinnen des späten 19. Jahrhunderts
Fabian Lampart
Lyrik und Ökonomie im 19. Jahrhundert. Überlegungen zu einem spannungsreichen Verhältnis
Alexander Nebrig
Entbindung von der Disziplin. Arno Holz’ Begründung des Lebenswissens im Phantasus
Benjamin Specht
„Wurzel alles Denkens und Redens“. Der wissenschaftliche Metapherndiskurs um 1900 und die Lyrik Hugo von Hofmannsthals

 

Pour commander l’ouvrage

Le Temps de l’œuvre. Les Scénarios de La Tentation de saint Antoine de Flaubert

Gisèle SEGINGER


Le Temps de l’œuvre. Les Scénarios de La Tentation de saint Antoine de Flaubert, présentation, transcription et notes, coll. « Flaubert », PURH, 2014.

couverture Tsa

Pendant qu’il prépare ses plans, Flaubert lit La Création de Quinet (1870), qu’il cite en haut du folio 78 v°, et il imagine aussitôt un dénouement biologique qui modifie le sens de l’œuvre initiale : « peu à peu arriver, par une série de monstruosités (symboliques) / à la cellule vivante, à l’Être, à la matière ». La juxtaposition des termes rapproche l’inconciliable : le concept biologique (cellule), l’idée philosophique dans son expression idéaliste (l’Être) mais aussi matérialiste (la matière). Le feuillet 226 recentre l’épisode sur la vitalité qui fond les trois règnes dans un même mouvement dynamique et Antoine découvre la « monère », forme élémentaire de la vie étudiée par Ernest Haëckel dans Histoire de la création des êtres organisés d’après les lois naturelles (1868). Flaubert ne lira cet ouvrage qu’en 1874 au moment où paraît la traduction française. Mais il avait probablement été frappé par la description de la monère dans l’article de Charles Martins, « La création du monde organisé d’après les naturalistes anglais et allemands de la nouvelle école », paru dans la Revue des deux mondes du 15 décembre 1871 qui décrit ce micro-organisme muni de cils. Flaubert s’en inspire pour écrire la dernière hallucination de l’ermite : « Enfin, il aperçoit de petites masses globuleuses, grosses comme des têtes d’épingles et garnies de cils tout autour. Une vibration les agite. / Antoine délirant : ô bonheur ! Bonheur ! J’ai vu naître la vie, j’ai vu le mouvement commencer. »

« C’est l’œuvre de toute ma vie », dit Flaubert en évoquant La Tentation de saint Antoine. Les manuscrits enregistrent sur près de trente ans l’évolution de l’écrivain et de son époque, des transformations esthétiques et épistémologiques. Flaubert en écrit une première version avant Madame Bovary et il ne publie le dernier texte qu’en 1874, six ans avant sa mort. La transcription, le classement et la présentation des scénarios rédigés à la fin des années 1840 et au début des années 1870 donnent accès au laboratoire d’une œuvre qui aborde les grandes questions de son époque sur les religions, la morale et l’origine de la vie en utilisant parfois des savoirs scientifiques contemporains. Le lecteur découvrira à la fois les méthodes de travail de Flaubert et la formation d’une œuvre atypique, érudite et onirique, qui explore l’inconscient d’un ermite tourmenté de désirs et d’angoisses. C’est un autre Flaubert à la fois romantique et pré-symboliste que les scénarios de La Tentation de saint Antoine laisseront entrevoir aux lecteurs de Madame Bovary et de L’Éducation sentimentale. Il voulait laisser tout ignorer de lui-même à son public, mais il prête à saint Antoine un goût de l’étrange, une fascination pour les images exubérantes et les excentricités de l’antiquité qu’il partage avec son personnage.  Saint Antoine, c’est lui ? Laissons le lecteur en juger.

Sommaire
Pour commander l’ouvrage

L’Âme et le Corps chez Flaubert

Juliette AZOULAI

L’Âme et le Corps chez Flaubert. Une ontologie simple, Éditions Classiques Garnier, 2014.

L’œuvre de Flaubert dans son ensemble est traversée par une exigence ontologique: penser l’âme et le corps sur le mode de l’unité. L’originalité de son écriture est d’opérer une reconfiguration des dualités métaphysiques au sein d’un art moniste.

L'âme et le corps chez Flaubert
La question des rapports de l’âme au corps débouche naturellement chez Flaubert sur une réflexion sur l’être animé ou l’être vivant, tantôt sous l’angle humain de la médecine, tantôt sous l’angle de l’histoire naturelle et de la biologie.

Lecteur de Goethe, Cuvier, Buffon, Lamarck, Darwin, Spencer ou encore Haeckel, élève de Félix-Archimède Pouchet, ami de Georges Pouchet et de Georges Pennetier, Flaubert s’intéresse aux questions brûlantes au XIXe siècle de l’origine de la vie et de l’origine des espèces. La mise en texte de la théorie de la génération spontanée ou de la pensée transformiste, dans des œuvres comme Salammbô, La Tentation de saint Antoine ou Bouvard et Pécuchet, est l’occasion pour l’écrivain d’explorer la pensée biologique contemporaine à la lumière d’une intuition primordiale : l’indissociation de la matière et de l’esprit et, partant, l’impertinence de tous les réductionnismes (matérialistes et spiritualistes) dans la compréhension des phénomènes de la vie.

Table des matières 
Pour commander l’ouvrage

Herbert Spencer en France : mise au jour d’une influence

Arts et Savoirs n° 4
Herbert Spencer en France : mise au jour d’une influence
Numéro dirigé par Niklas BENDER

 

Le numéro 4 de la revue Arts et Savoirs, auquel plusieurs membres de l’équipe Biolographes ont contribué, comble une lacune d’autant plus regrettable que la pensée de Spencer permet d’aborder les préoccupations principales de la culture européenne du XIXe siècle. Il s’agit d’évoquer le paysage intellectuel entre 1850 et 1900, ainsi que le transfert des savoirs entre l’Angleterre, la France et l’Allemagne.

L’étude de Spencer permet d’aborder pratiquement tous les sujets qui ont fait débat à l’époque : la question de l’évolution et du progrès, la synthèse des savoirs, les limites de la science, le rapport entre biologie et sociologie ou psychologie, l’impact des savoirs biologiques dans la politique.
En outre, une réflexion sur l’œuvre et sur l’influence de Spencer permet de cerner la place de la littérature dans le champ des savoirs en général, et plus particulièrement l’influence qu’exercent les sciences de la vie. Par voie de conséquence, le dossier privilégie une approche pluridisciplinaire qui permet non seulement de rendre justice à une œuvre d’envergure, mais aussi de retrouver cet esprit de curiosité intellectuelle, à visée universaliste qui a dominé le XIXe siècle.

Texte intégral en format PDF

© Centre de recherche LISAA (Littératures, Savoirs et Arts – EA 4120)
Arts et Savoirs n° 4, Mai 2014 Université Paris-Est Marne-la-Vallée
ISSN 2258-093X – URL : lisaa.univ-mlv.fr/arts-et-savoirs/