Archives par mot-clé : entomologie

Charles-Hubert Millevoye

Pascal Duris, Hugues Marchal

Auteur : Charles-Hubert Millevoye (1782-1816)

Source : Les Quatre Saisons du Parnasse, ou choix de poésies légères depuis le commencement du XIXe siècle…, Paris, Mondelet, Hiver 1806, p. 116-117.

Titre de la pièce : « L’invention poétique. Pièces couronnée par la société littéraire d’Agen dans sa séance de Floréal an XIII »

Texte (extrait)

[…] Une plume exercée habilement rassemble
Des termes qui, surpris et charmés d’être ensemble,
D’un hymen favorable empruntant le secours,
Fécondent la pensée, échauffent le discours.
Mais, de mots nouveaux nés avec prudence avares,
Pour paraître hardis ne soyez point bizarres :
L’abus des beautés même enfante la langueur ;
C’est la sobriété qui nourrit la vigueur.
N’allez point adopter l’effronté barbarisme,
Ni l’absurde jargon du froid néologisme ;
N’allez point, au mépris et du goût et de l’art,
Accorder votre lyre aux pipeaux de Ronsard1.

Il est plus d’un auteur dont la muse frivole
Nous décrit longuement une mouche qui vole,
Choisit un petit cadre, esquisse à petits traits,
Et, sans verve et sans goût, laissant dans ses portraits
L’aigle pour le pinson, le cèdre pour l’hysope2,
Semble voir la nature avec un microscope.
En vain ce froid rimeur met tout Linnée3.

Commentaire

Malgré son succès sous l’Empire, la poésie scientifique forme un genre controversé, et les textes traitant d’histoire naturelle n’échappent pas aux critiques. Ici Millevoye, dont la postérité a surtout retenu les élégies, attaque directement des auteurs comme Delille ou Castel, auxquels il oppose deux arguments. D’une part, les mots savants seraient impropres à la poésie, en raison de leur statut de barbarismes ou de néologismes. D’autre part, la ténuité des objets étudiés par les naturalistes – pinson, hysope ou mouche – les rendrait sans intérêt littéraire. Seul un « froid rimeur », sans goût ni conscience des attentes du public, peut donc juger possible de « mettre tout Linnée en vers ».

 Lien vers la source

  1. Déconsidéré depuis le 17e siècle, Ronsard ne reviendra en faveur qu’avec le romantisme. []
  2. L’hysope est un arbrisseau de la famille des Lamiacées, employé notamment comme condiment et comme simple. []
  3. La graphie, par ailleurs fréquente, permet ici d’éviter un hiatus.) en vers,
    Ses éternels printemps sont d’éternels hivers ;
    Et tous ses lieux communs, pleins d’un ennui sonore,
    Autant que son époux ont fait vieillir l’Aurore ((Dans la mythologie, Aurore avait obtenu l’immortalité pour son époux Tithon, mais elle oublia de demander pour lui la jeunesse. []