Citations

La poétique évolutionniste, de Darwin et Haeckel à Sully Prudhomme et René Ghil

La poétique évolutionniste, de Darwin et Haeckel à Sully Prudhomme et René Ghil

Wanlin Nicolas

La théorie de l’évolution initiée par Charles Darwin entretient une relation problématique à l’expression poétique : la poésie représente l’ensemble des métaphores rendues caduques mais la science lui adresse le défi d’une nouvelle représentation du monde. C’est moins chez Darwin que chez Haeckel que l’on trouve une pleine assomption de la part poétique et esthétique du discours savant, qui fécondera un large intertexte. Mais il n’y a pas de filiation évidente entre textes scientifiques et œuvres littéraires ; les deux discours se développent parallèlement, comme deux manifestations d’un même bouleversement imaginaire et culturel. Chez des poètes aussi différents que Sully Prudhomme et René Ghil, l’évolutionnisme pousse à repenser les relations entre science, philosophie et poésie, et impulse une recherche stylistique et générique. Ainsi, la poésie trouve dans les sciences du vivant un nouveau ferment, parce qu’elle y voit un discours sur l’homme.

Lire la suite…

L’hippopotame et le coursier amphibie : de la survie du langage poétique en un siècle de science

L’hippopotame et le coursier amphibie : de la survie du langage poétique en un siècle de science

Hugues Marchal

L’analogie que certains linguistes établissent, dans la seconde moitié du XIXe siècle, entre vie des langues et évolution des espèces, ainsi que la reprise de ce modèle pour penser la concurrence des genres littéraires, ont exacerbé les craintes de voir la science et ses néologismes « monstres » éradiquer l’esprit et le discours poétiques. Or, malgré les nombreuses affirmations posant que les mots de la science ne devaient ni ne pouvaient trouver place dans les vers, la condamnation des périphrases employées dans la poésie scientifique de Delille montre que critiques et poètes, comme le public, font des termes savants qui se naturalisent peu à peu des mots propres, qu’on ne saurait éviter sans ridicule. On analyse donc les paradoxes d’un refus de la science qui conduit à prôner l’isolation de la poésie hors du milieu culturel qui l’accueille, tout en puisant à des modèles biologiques.

Lire la suite…

Penser et rêver le vivant

Penser et rêver le vivant

Gisèle Séginger

« Parmi les corps naturels, les uns ont la vie, les autres ne l’ont pas ; la vie telle que je l’entends consiste à se nourrir soi-même, à croître et à dépérir. » La distinction vient d’Aristote (Traité de l’âme, II, 1), qui formule aussi des théories – animisme et génération spontanée – dont on retrouve encore des éléments au XIXe siècle. Pourtant c’est seulement au XIXe…

Lire la suite…

Le darwinisme et ses doubles : note sur la linguistique organiciste

Le darwinisme et ses doubles : note sur la linguistique organiciste

Claude Blanckaert

Considérée comme une impasse scientifique dès les années 1890, la linguistique naturaliste a connu son meilleur succès éditorial avec la popularisation des théories biologiques du développement. L’étude de la sphère langagière, le « quatrième règne de la nature », fut-elle pour autant, comme on le dit souvent, subordonnée au curieux patronage des doctrines darwiniennes ? Rien n’est moins vérifié. La linguistique dite « organiciste » fit école au moment même où le darwinisme, contesté de toute part, suscitait passions et démentis. La synchronisation des deux problématiques, pour n’être pas fautive, laisse ainsi dans l’ombre nombre de questions, quant à la circularité des sources et au champ des recherches « naturalistes » par là même unifié. À force d’y voir l’accaparement des sciences en vogue, peu d’historiens ont envisagé le mouvement opposé, l’impact du comparatisme linguistique sur la documentation empirique de l’hypothèse évolutionniste.

Lire la suite…

De l’épigastre au ventre : œconomia animale et économie du corps social

De l’épigastre au ventre : œconomia animale et économie du corps social

Bertrand Marquer

Topos de la pensée du Vivant, l’association du principe vital au processus de la nutrition semble consacrer, au XIXe siècle, la suprématie d’un organe qui proposait l’avantage de concilier l’ancien discours des alchimistes et l’optique de la physiologie héritée des Lumières. En popularisant l’image du « triumvirat, trépied de la vie », constitué du cerveau, du cœur, et de l’estomac, Théophile de Bordeu a en effet joué un rôle central dans l’élaboration d’une configuration, tant anatomique qu’idéologique, dans laquelle le « second cerveau, placé dans le diaphragme » (Le Cousin Pons) fait figure d’organe primus inter pares, à l’image d’une classe bourgeoise se définissant, elle aussi, comme médiane et centrale. Relayée par une gastronomie conçue comme un art de vivre en société, la nouvelle œconomia animale issue de la physiologie lie ainsi étroitement les représentations du Vivant aux représentations sociales, et dessine les contours d’un organicisme à vocation transdisciplinaire, et paradigmatique. À travers l’affirmation de la centralité de l’estomac se joue l’instauration d’une norme et d’un écart, dont la littérature est tour à tour le relais critique et ironique.

Lire la suite…