Le Temps de l’œuvre. Les Scénarios de La Tentation de saint Antoine de Flaubert

Gisèle SEGINGER


Le Temps de l’œuvre. Les Scénarios de La Tentation de saint Antoine de Flaubert, présentation, transcription et notes, coll. « Flaubert », PURH, 2014.

couverture Tsa

Pendant qu’il prépare ses plans, Flaubert lit La Création de Quinet (1870), qu’il cite en haut du folio 78 v°, et il imagine aussitôt un dénouement biologique qui modifie le sens de l’œuvre initiale : « peu à peu arriver, par une série de monstruosités (symboliques) / à la cellule vivante, à l’Être, à la matière ». La juxtaposition des termes rapproche l’inconciliable : le concept biologique (cellule), l’idée philosophique dans son expression idéaliste (l’Être) mais aussi matérialiste (la matière). Le feuillet 226 recentre l’épisode sur la vitalité qui fond les trois règnes dans un même mouvement dynamique et Antoine découvre la « monère », forme élémentaire de la vie étudiée par Ernest Haëckel dans Histoire de la création des êtres organisés d’après les lois naturelles (1868). Flaubert ne lira cet ouvrage qu’en 1874 au moment où paraît la traduction française. Mais il avait probablement été frappé par la description de la monère dans l’article de Charles Martins, « La création du monde organisé d’après les naturalistes anglais et allemands de la nouvelle école », paru dans la Revue des deux mondes du 15 décembre 1871 qui décrit ce micro-organisme muni de cils. Flaubert s’en inspire pour écrire la dernière hallucination de l’ermite : « Enfin, il aperçoit de petites masses globuleuses, grosses comme des têtes d’épingles et garnies de cils tout autour. Une vibration les agite. / Antoine délirant : ô bonheur ! Bonheur ! J’ai vu naître la vie, j’ai vu le mouvement commencer. »

« C’est l’œuvre de toute ma vie », dit Flaubert en évoquant La Tentation de saint Antoine. Les manuscrits enregistrent sur près de trente ans l’évolution de l’écrivain et de son époque, des transformations esthétiques et épistémologiques. Flaubert en écrit une première version avant Madame Bovary et il ne publie le dernier texte qu’en 1874, six ans avant sa mort. La transcription, le classement et la présentation des scénarios rédigés à la fin des années 1840 et au début des années 1870 donnent accès au laboratoire d’une œuvre qui aborde les grandes questions de son époque sur les religions, la morale et l’origine de la vie en utilisant parfois des savoirs scientifiques contemporains. Le lecteur découvrira à la fois les méthodes de travail de Flaubert et la formation d’une œuvre atypique, érudite et onirique, qui explore l’inconscient d’un ermite tourmenté de désirs et d’angoisses. C’est un autre Flaubert à la fois romantique et pré-symboliste que les scénarios de La Tentation de saint Antoine laisseront entrevoir aux lecteurs de Madame Bovary et de L’Éducation sentimentale. Il voulait laisser tout ignorer de lui-même à son public, mais il prête à saint Antoine un goût de l’étrange, une fascination pour les images exubérantes et les excentricités de l’antiquité qu’il partage avec son personnage.  Saint Antoine, c’est lui ? Laissons le lecteur en juger.

Sommaire
Pour commander l’ouvrage