5. Voir naître la vie

Bénédicte Percheron

Gustave Flaubert, Œuvres complètes, T. IV, La Tentation de Saint Antoine (1874), Paris, L. Conard, 1874, pp. 200 – 201.

« Des insectes n’ayant plus d’estomac continuent à manger ; des fougères desséchées se remettent à fleurir ; des membres qui manquaient repoussent. Enfin, il aperçoit de petites masses globuleuses, grosses comme des têtes d’épingles et garnies de cils tout autour. Une vibration les agite.

ANTOINE

délirant :

Ô bonheur ! bonheur ! j’ai vu naître la vie, j’ai vu le mouvement commencer. Le sang de mes veines bat si fort qu’il va les rompre. J’ai envie de voler, de nager, d’aboyer, de beugler, de hurler. Je voudrais avoir des ailes, une carapace, une écorce, souffler de la fumée, porter une trompe, tordre mon corps, me diviser partout, être en tout, m’émaner avec les odeurs, me développer

[p. 201]

comme les plantes, couler comme l’eau, vibrer comme le son, briller comme la lumière, me blottir sur toutes les formes, pénétrer chaque atome, descendre jusqu’au fond de la matière, – être la matière ! »

Contrairement à Edgar Quinet, Flaubert propose une remontée dans le temps inversée. L’œuvre s’achève non pas sur la cellule de Quinet mais sur la monère d’Haeckel. Il n’utilise pas le terme scientifique dans son texte. Mais les manuscrits révèlent qu’il a probablement consulté un compte rendu des travaux d’Haeckel. II s’agit de l’article de Charles Martins, « La création du monde organisé d’après les naturalistes anglais et allemands de la nouvelle école », paru dans La Revue des deux mondes, le 15 décembre 1871 (p. 764 – 787). L’auteur offre un premier commentaire de l’ouvrage Natürliche Schöpfungsgeschichte d’Haeckel (1868). Le mot « monère », inventé par Haeckel, figure d’ailleurs dans le manuscrit N.a.f. 23671, employé au masculin comme dans l’article de Martins. Les indications « Le monère », « petites masses gélatineuses de la grosseur d’une tête d’épingle » paraissent recopiées directement de l’article de Martins.

Redon-sans-légende
“Partout       des     prunelles     flamboient”,     [estampe],     Odilon    Redon,  illustration pour  Gustave Flaubert, La Tentation de Saint Antoine,  Paris, s.n., 1888, planche IX. @gallica.fr