4. Une persistance de la génération spontanée

Bénédicte Percheron

Gustave Flaubert, Œuvres Complètes,  T. IV, La Tentation de Saint Antoine, Appendice version de 1849, Paris, Conard, 1910, p. 416.

« Le Diable
[…]
Alors des mondes s’ organisent dans son cadavre  [de l’homme] à peine froid, des races se dépêchent de naître, il y a des peuples qui ont pour océan les liquides de son ventre, et qui courent, comme entre des arbres, à travers les poils de sa peau.

[…] Le chaos, pour eux, c’était l’instant où le corps intact recelait dans ses organes non détruits les germes d’où ils devaient éclore ; mais l’ordre s’établit et plus gagne la pourriture, plus se développe l’harmonie ».

Gustave Flaubert, Œuvres complètes, T. IV, La Tentation de Saint Antoine (1874), Paris, L. Conard, 1910, p. 186.

« La Mort ricane, la Luxure rugit. Elles se prennent par la taille, et chantent ensemble :
– Je hâte la dissolution de la matière !
– Je facilite l’éparpillement des germes !
– Tu détruis, pour mes renouvellements ! – Tu engendres, pour mes destructions !
– Active ma puissance ! – Féconde ma pourriture ! »

Défendue ardemment par F.-A. Pouchet dès les années 1840, la génération spontanée (ou hétérogénie) est présente dans toutes les versions de La Tentation. En 1849, la génération spontanée explique la naissance des peuples dans la putréfaction des cadavres. En 1856, l’épisode disparaît du manuscrit. En 1874, le sujet n’apparaît plus dans une conversation entre le Diable et Saint Antoine, mais dans un duo chanté par La Mort et La Luxure, qui souligne l’interdépendance de la vie et de la mort. Flaubert semble avoir été influencé par l’ouvrage Hétérogénie ou traité de la génération spontanée de F.-A. Pouchet, paru en 1859. Une comparaison sémantique du texte de 1874 et de l’ouvrage scientifique révèle l’usage d’un vocabulaire précis et commun avec le texte scientifique de son professeur. Le chant s’achève sur l’idée la plus forte du duo : celle du dégoût de la fécondation.

Redon la mort et la luxure
“La Mort : C’est moi qui te rends sérieuse ; enlaçons-nous », [estampe], Odilon Redon, illustration pour  Gustave  Flaubert,  La  Tentation  de  Saint  Antoine,  Paris, Ambroise Vollard, 1896, @gallica.fr