3. Entre spiritualisme et matérialisme

Bénédicte Percheron

 

Gustave Flaubert, Oeuvres complètes, T. IV, La Tentation de Saint Antoine, (1856), Paris, L. Conard, 1910, pp. 599 – 600.

 

« Il y en a qui accouchent, d’ autres copulent, ou, d’ une seule bouchée, s’ entre-dévorent ; tassés, pressés, étouffant par leur nombre, se multipliant à leur contact, ils grimpent les uns sur les autres. Et cela monte en pyramides, faisant un tas complexe de corps divers, dont chacun s’ agite de son mouvement propre, tandis que l’ ensemble oscille, bruit et reluit à travers une atmosphère que rayent la grêle, la neige, la pluie, la foudre, où passent des tourbillons de sable, des trombes de vent, des nuages de fumée, et qu’éclairent à la fois des lueurs de lune, des rayons de soleil, des crépuscules verdâtres. »

Gustave Flaubert, Œuvres complètes, T. IV, La Tentation de Saint Antoine (1874), Paris, L. Conard, 1910, pp. 197 – 198.

« Il y en a qui accouchent, d’autres copulent, ou d’une seule bouchée s’entre-dévorent. S’étouffant sous leur nombre, se multipliant par leur contact, ils grimpent les uns sur les autres ; – et tous remuent autour d’Antoine avec un balancement régulier, comme si le sol était le pont d’un navire. Il sent contre ses mollets la traînée des limaces, sur ses mains le froid des vipères ; et des araignées filant leur toile l’enferment dans leur réseau. Mais le cercle des monstres s’entr’ouvre, le ciel tout à coup devient bleu, et

LA LICORNE

se présente. »

En 1849 et 1856, au milieu d’un Déluge, les monstres font des pyramides en mouvement. Pour l’édition de 1874, le texte est totalement remanié grâce aux notions scientifiques et philosophiques diffusées dans les années 1860 et au début des années 1870, tandis que l’allusion au Déluge disparaît. Par contre, dans ce passage, Flaubert introduit une licorne. Il note dans un de ses scénarios la signification de cet animal fabuleux : « attraction de la stupidité » (La Tentation de Saint Antoine, 1874, ms. N.a.f. 23671, f° 226 v°). Selon Jean Seznec, il réemploie la description de l’animal proposé par Samuel Bochart dans Hierozoicon de 1663, ouvrage d’ailleurs cité par F.-A. Pouchet dès la fin des années 1830. Il est possible que le naturaliste ait conseillé Flaubert dans ses lectures (cf. la liste établie par Jean Seznec).

Licornes-Web
Extrait d’une note de zoologie de F.-A. Pouchet. Dessin calqué sur Samuel Bochart, Hierozoicon, sive,   bipertitum   opus   De   animalibus  Sacrae   Scripturae,   Vol. 1,   London,    Excudebat  Tho. Roycroft …  impensis  Jo. Martin  &  Jac.   Allestry, 1663, p. 957. Archives du Muséum  d’histoire naturelle  de  Rouen,   FAP  1203,  « antilopes,  Licorne ».   Pouchet  propose   une  histoire  de  la  croyance   des  licornes.  Dans   ses  cours  et notes  de 1835 à 1841, il conclut : « La  licorne  des  anciens   n’exist e pas   probablement  dans  la   nature.  Mais   il  faut  dire  [avec]  Pallas  que  les  récits   des   anciens   n’étaient   pas   dénués  de  fondements ».  Avec   le  désir  de rationaliser  la  mythologie,  il  cherche quels animaux auraient pu être confondus avec la licorne.