Billet 6. LE POLYPE : UNE IMAGE POLITIQUE

Nadège Lechevrel, Bénédicte Percheron, Gisèle Séginger 

Dès le XVIIIe siècle, la vie en communauté des polypes constructeurs de récifs appelle la métaphore politique. L’image la plus fréquente est celle du polypier organisé en république. Le polype constructeur du polypier (squelette calcaire secrété par les polypes) abrite une petite communauté d’animaux qui survit grâce à des actions menées conjointement, c’est pourquoi il est comparé à une ruche et qualifié d’insecte par Réaumur (Mémoires pour servir à l’histoire des insectes, 1742). Au XVIIIe siècle, dans le contexte d’une pensée vitaliste, on croit parfois que le polype a une âme, et ses facultés à survivre après avoir été coupé amènent par exemple Bonnet à s’interroger sur le « siège de l’âme » (Considérations sur les corps organisés, 1762). Tout comme la ruche, le polypier est utilisé par les vitalistes contre les mécanistes (Le Menthéour, 2009). Dans une perspective finaliste, les naturalistes et les philosophes spiritualistes estiment que l’organisation harmonieuse de la ruche ou, plus tard, du polypier, est une preuve de l’harmonie divine de la nature : c’est le cas de Bonnet, ou encore au XIXe siècle, de Félix Pouchet (L’Univers, 1865 : 42). Au contraire, La Mettrie voit dans la capacité du polype à se régénérer malgré de graves mutilations la preuve que la nature n’a pas besoin d’une force extérieure pour exister (L’homme machine, 1747). Pour Buffon le polype est une totalité composée d’éléments identiques : « un individu n’est qu’un tout uniformément organisé dans toutes ses parties intérieures, un composé d’une infinité de figures semblables et de parties similaires, un assemblage de germes ou de petits individus de la même espèce, lesquels peuvent tous se développer de la même façon, suivant les circonstances, et former de nouveaux tous composés comme le premier » (Buffon, Histoire naturelle, 1749, II : 19). Enfin Diderot reprend encore dans Le Rêve de D’Alembert la figure de l’essaim d’abeilles et du polype et il rêve d’une surhumanité dotée des incroyables propriétés du polype. Parallèlement aux discussions philosophiques sur les origines de la vie et sur la résistance vitale du polype, à partir du milieu du XVIIIe siècle, les naturalistes, comme Valmont de Bomare, contribuent à diffuser la métaphore de la république : « On sait que les polypes sont des insectes qui vivent en manière de république […]. » (Valmont de Bomare, Dictionnaire raisonné universel d’histoire naturelle, 1764 : 113).

Après la Révolution française, l’idée politique du polype est encore plus fréquente sous la plume des écrivains. En 1800, Jacques Delille retrace les débats du siècle écoulé dans le Troisième chant de L’homme des champs, ou Les Géorgiques françoises et il insiste sur la métaphore entomologique : « chacune des alvéoles de la ruche loge une abeille, et que toute la masse des polypiers est pour les républiques de ces différents insectes ce que la ruche est pour la république des abeilles, avec cette différence cependant que l’alvéole n’est pas absolument nécessaire à l’existence de l’abeille, au lieu que les vers-insectes, générateurs des polypiers, ne peuvent vivre sans leur cellule ; elle est aussi nécessaire à leur existence que la coquille l’est à la vie de l’huître » (211).

À partir des années 1820, l’analogie se répand dans les débats politiques. Charles Fourier, qui invente la conception du phalanstère, utilise anachroniquement l’image du zoophyte pour expliquer sa classification des sociétés : « L’ordre mixte est répandu dans tout le système de la nature ; il existe un mouvement social comme il existe un mouvement matériel. Les périodes mixtes sont aux autres échelons, ce qu’est le polype aux deux règnes animal et végétal […] » (Théorie de l’unité universelle, 1841, III : 35). L’image séduit de même les pamphlétaires, comme en témoigne un opuscule anonyme de 1826 intitulé Les Précurseurs : MM. De Chateaubriand, de Villèle, Bellart, etc. ou Le premier coup de tocsin de la contre-révolution. Dans le chapitre dédié à Chateaubriand, la noblesse, désignée comme « polype politique », survit malgré les nombreuses actions privatives développées contre elle. Sous les mains des révolutionnaires, le scalpel du dissecteur devient la guillotine et la noblesse un animal aux propriétés vitales étonnamment résistantes : « Cent décrets souverains semblaient avoir anéanti la noblesse et sa fortune ; mais la noblesse, polype politique, qui renaît de la mort et s’engendre par tronçons, la noblesse a prouvé, contre les lois qui la tuent, qu’elle vivait encore » (91).

La métaphore peut servir aussi le combat politique. À la tribune de la chambre des députés, le 21 janvier 1841, Lamartine s’oppose à la construction d’une nouvelle fortification autour de Paris en indiquant que la concentration des forces armées dans un endroit clos et limité est une faiblesse stratégique, car elle montre à l’ennemi l’endroit à frapper. Il indique plutôt qu’une « nation devrait être comme le polype, vulnérable et ressuscitable partout » (Discours de M. de Lamartine sur le projet de loi relatif aux fortifications de Paris : 12). Dix ans plus tard, l’analogie politique, devenue presque banale, est un objet satirique. En 1851, dans Rien, rien, rien, ou l’entier du Tiers, le journaliste et historien Charles-Joseph-Nicolas Robin signe du pseudonyme Eugène O’Ddoul une critique parodique des écrits d’Adolphe Thiers. Dans son ouvrage De la Propriété (1848), Thiers défendait l’inégalité sociale en s’appuyant sur l’échelle des êtres et l’existence d’animaux inférieurs comme le polype. De même, compte tenu des inégalités sociales, le droit à la propriété ne peut pas être universel. Les abeilles exécutent leurs travaux mécaniquement et parfaitement, tandis que l’homme, sensible et doté d’une âme, est supérieur aux abeilles. Un homme dépourvu de sensibilité pourrait « en descendant bien bas, devenir abeille, polype, végétal, pierre, et, en allant plus bas encore, aboutir au néant » (De la propriété, p. 155). O’Ddoul propose cette version parodique de la critique du communisme :

Nous ne sommes pas, nous autres, de ces ambitieux de vérité, de ces gloutons de justice, toujours armés du trébuchet incorruptible et scrutant toutes choses à la loupe inquiète de la conscience. Non : c’est trop dangereux. Savez-vous en effet où mène cette rage de lumière, ce discernement forcené ? Je vous l’ai dit, il mène droit à l’infusoire, du bien encore à l’Être Suprême, et par un seul et même chemin, qui plus est. Celui qui part ne sait pas au juste où il doit arriver ; Sera-t-il Dieu, table ou cuvette ? Le résultat est fort aléatoire, et cette incertitude même n’encourage nullement à ne pas se tromper. Ou machine ou Dieu, tel serait l’être qui ne se tromperait pas. Ou machine ou Dieu, dis-je, mais je ne sais lequel, ni pourquoi, ni comment, ni qui tient les dés dans ce jeu absurde de mon invention, car la tête tourne et le cerveau s’embarrasse à ces hauteurs vertigineuses de la pensée. (217)

C’est surtout dans les années 1860, en plein Second Empire, que le polype séduit les auteurs républicains. Jules Michelet, dans La Mer, en 1861, réemploie à nouveau des images politiques mais dans un sens républicain : « Dans cette fantasmagorie, avec plus de gravité, le madrépore arborescent montre ses couleurs moins vives. Sa beauté est dans la forme. Elle est dans l’ensemble surtout, dans le noble aspect de la cité commune ; l’individu est modeste, et la république imposante » (142). Toutefois, seule l’émancipation permet l’épanouissement personnel :

Tout polype n’est pas résigné à rester polype. Il y a dans votre république telle créature inquiète, qui dit que la perfection de cette vie végétative ce n’est pas la vie. Elle en rêve une autre à part : – s’en aller et naviguer seule, voir l’inconnu, le vaste monde, se créer, au hasard du naufrage, certaine chose qui va poindre en elle et reste obscure en vous : c’est l’âme.

L’idée se retrouve encore chez d’autres écrivains, comme Jules Pizzetta, pseudonyme du naturaliste Houzé, qui qualifie le polypier d’« image d’une république modèle » (Les secrets de la plage, 1868 : 192).

À partir du milieu du siècle, le polypier désigne aussi bien le fonctionnement de la cité que l’initiative commune pour le bien de tous. Victor Hugo mobilise la métaphore pour évoquer les politiques d’assainissement de Paris et la lente expansion de la ville dans Les Misérables (1862) :

Le creusement de l’égout de Paris n’a pas été une petite besogne. Les dix derniers siècles y ont travaillé sans le pouvoir terminer, pas plus qu’ils n’ont pu finir Paris. L’égout, en effet, reçoit tous les contre-coups de la croissance de Paris. C’est, dans la terre, une sorte de polype ténébreux aux mille antennes qui grandit dessous en même temps que la ville dessus. Chaque fois que la ville perce une rue, l’égout allonge un bras. La vieille monarchie n’avait construit que vingt-trois mille trois cents mètres d’égouts ; c’est là que Paris en était le 1er janvier 1800 (Livre V : 180).

Hugo joue de l’ambiguïté polysémique du mot par l’usage du singulier. Le polype ténébreux semble désigner un poulpe, pourtant, par sa capacité à s’étendre et par ses antennes, il évoque aussi les récifs coralliens.

Quelles que soient les utilisations métaphoriques du XIXe siècle, le polypier agit toujours comme un tout. Sa capacité créatrice et son unité fascinent aussi bien les naturalistes que les philosophes, les hommes politiques, ou les écrivains.

Ces recherches, toujours effectives dans le cadre de l’ANR Biolographes,  sont susceptibles d’être complétées ultérieurement par d’autres explorations mobilisant textométrie, visualisation, analyse littéraire et histoire des sciences.

 Bibliographie du billet

ANONYME, Les Précurseurs : MM. De Chateaubriand, de Villèle, Bellart, etc. ou Le premier coup de tocsin de la contre-révolution, Paris, Guiraudet, 1826.

BONNET, Charles, Considérations sur les corps organisés, Amsterdam, Rey, 1762.

DELILLE, Jacques, L’Homme des Champs ou Les Géorgiques Françoises, Strasbourg, Levrault, 1800.

DIDEROT, Denis, Le rêve de d’Alembert  [1769, publié en 1782 dans la Correspondance littéraire], in Œuvres complètes de Diderot, Paris, Assézat Tourneux, Garnier Frères, 1875, vol. 2, p. 122-181.

FOURIER, Charles, « Théorie de l’unité universelle », in Œuvres complètes de Ch. Fourier, Paris, Société pour la propagation et pour la réalisation de la théorie de Fourier, 1841, vol. 3.

HUGO, Victor, Les Misérables, Paris, Hachette, 1881-1882, 5 vol.

LAMARTINE, Alphonse de, Discours de M. de Lamartine sur le projet de loi relatif aux fortifications de Paris, 21 janvier 1841, Paris, Dejussieu, 1841.

LA METTRIE, Julien Offray de, L’Homme machine, Leyde, Elie Luzac fils, 1748.

LECLERC, Georges-Louis, Comte de Buffon, Histoire naturelle, générale et particulière avec la description du cabinet du roi, Paris, imp. royale, 1749, vol. 2.

LE MENTHÉOUR, Rudy, « De la ruche au polype : figures de l’organisation sociale », Dix-huitième siècle, n° 41, 2009 : http://www.cairn.info/revue-dix-huitieme-siecle-2009-1-page-204.htm, [consulté le 29 avril 2016].

MICHELET, Jules, La Mer, Paris, Librairie Hachette, 1861.

PIZZETTA (Houzé), Jules, Les Secrets de la plage, Paris, P. Brunet, 1868.

POUCHET, Félix-Archimède, L’Univers : les infiniment grands et les infiniment petits, Paris, L. Hachette, 1865.

RÉAUMUR, René-Antoine Ferchault de, Mémoires pour servir à l’histoire des insectes, Paris, Imprimerie royale, 1742, vol. 6.

ROBIN, Charles-Joseph-Nicolas (Eugène O’Ddoul), Rien, rien, rien, ou l’Entier du tiers, Paris, J. Joubert, 1851.

THIERS, Adophe, De la Propriété, Paris, Paulin, Lheureux, 1848.

VALMONT DE BOMARE, Jacques-Christophe, Dictionnaire raisonné universel d’histoire naturelle : contenant l’histoire des animaux, des végétaux et des minéraux et celle des corps célestes, des météores et des autres principaux phénomènes de la nature, Paris, Didot, 1764.

Vous pouvez aussi consulter les billets suivants :

Billet 1 : Le champ sémantique du polype : expérimentations numériques

Billet 2 : Polype, zoophyte, hydre : histoire de mots

Billet 3 : Polype dans L’Encyclopédie de Diderot et d’Alembert

Billet 4 : N-Grammes et interprétation de l’évolution terminologique

Billet 5 : Le polype littéraire

Billet 7 : Bibliographie générale