Charles Lemesle

Pascal Duris, Hugues Marchal

Auteur : Charles Lemesle

Source : « Le vingt-quatre mai, ode pour le jour anniversaire de la naissance de Linné », in Mémoires de la Société linnéenne de Paris, 1824, t. 3, p. 169-170 (3e partie. Bulletin linnéen).

Texte :

En vain l’homme vulgaire élève un front superbe
Insecte d’un moment, son monde est un brin d’herbe
Que sa marche n’ébranle pas.
Le mortel fortuné que le génie inspire
Laisse dans tous les lieux où la gloire l’attire
La noble empreinte de ses pas.

La gloire, ô mes amis, n’est point une chimère ;
C’est son regard de feu qui féconde la terre :
Les bienfaiteurs du genre humain
Voudraient dans le repos couler leur vie entière,
S’ils n’apercevaient pas au bout de la carrière
La palme que leur tend sa main.

C’est l’espoir d’obtenir cette palme si belle
Qui soutint les efforts de notre grand modèle,
Du maître que nous célébrons.
Soleil resplendissant, lumière des vrais sages,
Linné sut de l’envie écarter les nuages ;
Il brille de tous ses rayons.

Quand d’un culte sincère offrant l’heureux exemple,
De notre demi-dieu nous construisions le temple,
Un orage éclata sur nous1.
Nous bravons désormais la fureur du tonnerre :
Le laurier qui déjà s’élève au sanctuaire
Nous préservera de ses coups.

Nos travaux, nos succès, vainqueurs de toute entrave,
Tel est, ô Linnéens, l’encens le plus suave
Qu’on puisse brûler sur l’autel ;
Mais nous voulons encore, au réveil de l’année,
Saluer le retour de l’illustre journée
Qui vit naître l’homme immortel.

Le moment est venu : sous un antique ombrage
Brille, au milieu des fleurs, sa vénérable image :
Il semble nous sourire à tous.
Ah ! si les morts parfois s’occupent de la vie,
Son ombre, en ce grand jour, doucement attendrie,
Erre sans doute parmi nous.

Notre voix a frappé les rives étrangères ;
Trois filles de Linné nous adoptent pour frères2 :
Ce choix veut de nobles élans.
Voyons en notre ami, voyons encore un père ;
Soyons les héritiers de son beau caractère,
À défaut de ses beaux talents.

Oui, que la vanité, la basse jalousie3,
Mères de la discorde et de la calomnie,
Ne pénètrent point dans nos cœurs.
Bien qu’un terrain abonde en sucs aimés des plantes,
C’est quand il est purgé des herbes malfaisantes
Qu’il produit des fruits et des fleurs.

 Commentaire :

Ce poème, de nouveau associé aux travaux de la Société linnéenne de Paris, fut lu lors d’une fête organisée à Ville-d’Avray pour commémorer le « législateur des sciences naturelles » (p. 133). Nous n’avons pas identifié avec certitude son auteur, « membre correspondant » de la société. Un peu après cette réunion, cette dernière dédicaça un buste à Linné, accompagné de l’inscription de vers empruntés à Delille (voir le « Procès verbal de la séance du 3 juillet 1824, tenue dans les jardins de Fromont, pour l’inauguration du buste de Linné », p. 37).

 Lien vers la source

 

  1. Allusion probable aux relations difficiles entretenues avec la Société linnéenne de Bordeaux. []
  2. Les trois filles de Linné (Louise-Elizabeth-Christine, Sara-Christine et Sophie) deviennent « associées-libres » de la Société linnéenne de Paris en 1825. []
  3. Cf. note 1 []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.