Jean-Marie Caillau

Pascal Duris, Hugues Marchal

Auteur : Jean-Marie Caillau (1765-1820)

Source : « Épître à un naturaliste sur les souvenirs que l’étude de la botanique fait naître », Bulletin polymathique du Muséum d’instruction publique de Bordeaux, ou Journal littéraire, historique et statistique du département de la Gironde, 1819, t. 17, p. 246-247.

Texte (extrait)

Près de mourir, Linné, d’une main défaillante
Voulut dans ses herbiers ordonner chaque plante,
D’un système charmant, achever le tableau,
Semer de quelques fleurs les bords de son tombeau,
Et d’un temps qui n’est plus, retraçant la mémoire,
À son dernier moment vivre encor pour la gloire…
Un seul pistil lui peint ses veilles, ses succès,
Ses travaux favoris, les heureux qu’il a faits,
L’hymen des végétaux, des campagnes fécondes
Les tributs que jadis lui portaient les deux mondes.
Ses disciples nombreux, les amis de son choix,
La gloire qu’il obtint et la faveur des rois.
À tous ces souvenirs, à ces nobles images,
Linné de l’avenir pressentant les suffrages,
Croit entendre la voix de la postérité
Qui consacre son nom à l’immortalité…
Qui le méritait mieux ?… Épuisant ses richesses
La nature pour lui varia ses largesses,
Le reçut dans ses bras, lui dit tous ses secrets.
Aussi, guidé par elle, il peignit à grands traits
Ses règnes différents, leurs divers caractères ;
Des végétaux surtout dévoila les mystères.
Grâces à son génie, à l’art de ses pinceaux,
Les champs furent parés d’innombrables berceaux,
De tissus animés, de couches nuptiales :
L’amour embellissant les races végétales,
Vit sur la même fleur son temple et son autel…
Ah ! pour orner le front de ce peintre immortel,
Vous qui le chérissez, donnez-moi vos offrandes,
Nous n’avons pas besoin de superbes guirlandes,
Il ne faut à Linné, dans le fond d’un bosquet,
Que des plus humbles fleurs un modeste bouquet.
Lui-même il nous l’a dit : l’ami de la nature,
Du plus simple ornement compose sa parure,
Laisse à la vanité ses titres les plus beaux,
La richesse du marbre et l’orgueil des tombeaux…

 Commentaire

Comme Delille, le médecin Caillau, « professeur des maladies des enfants », procède dans cet extrait à une forme d’apothéose de Linné, dont l’abnégation est ici illustrée par le souci de l’histoire naturelle dont il aurait fait montre jusqu’à ses derniers instants. Mais Caillau insiste aussi sur les qualités d’artiste du Suédois, peintre dont les « pinceaux » ont métamorphosé la nature.

 Lien vers la source

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.