Charles-Louis Mollevault

Pascal Duris, Hugues Marchal

Auteur : Charles-Louis Mollevault (1776-1844)

Source : Les Fleurs, poëme en quatre chants, Paris, Arthus Bertrand, s.d. [1818], p. 32-33 et 135-142 (notes).

Texte (extrait)

Linné paraît : de la nature1
L’apparent désordre a cessé ;
Et l’Homme, à la noble figure,
Et l’insecte à ses pieds placé,
Et l’habitant de l’onde pure,
Et l’oiseau dans l’air élancé,
En sa docte nomenclature
Tout est connu, tout est classé.
Mais vous, pourquoi cacher encore
Aux regards perçants de Linné
Le feu secret qui vous dévore ?
Ô Fleurs ! il a tout deviné.
Le Pistil est l’amante aimée2
Qui brûle des plus tendres feux ;
L’Étamine est l’époux heureux3
Qui, de sa tête parfumée,
Versant un nuage amoureux,
Féconde l’épouse charmée.
La corolle, aux fraîches couleurs,4
Échauffe la couche fidèle,
En réfléchissant les chaleurs
Que le soleil verse sur elle ;
Des fleurs c’est la douce prison.
À sa base l’étroit calice
De sa verte et ferme cloison
Soutient l’élégant édifice.

 Commentaire

Auteur de traductions latines, Mollevault a aussi publié des odes et des élégies. Seul un des chants de ce poème aborde les fleurs sous un angle scientifique, occasion d’un éloge de Linné, associé à un exposé de la sexualité végétale. Nous réduisons fortement les notes, dont les extraits retenus permettent toutefois de mesurer l’ampleur par rapport aux vers, ainsi que le caractère encyclopédique des commentaires. Mollevault y multiplie en effet des citations, qui renvoient le lecteur à des sources tant savantes que littéraires. Il mentionne différents botanistes, mais aussi un prosateur comme Bernardin de Saint-Pierre, et, juste après notre extrait, d’autres poètes.

 Lien vers la source

  1. Linné a eu la tête assez vaste pour classer la nature entière ; mais c’est surtout son admirable classification des plantes qui le rend immortel.
    Linné prend les organes qui servent à la reproduction pour établir la base de son système. [La suite de la note explique et reproduit sous forme de tableau le « système de Linné »]. []
  2. On peut comparer le pistil dans toutes les plantes à la partie femelle dans le règne animal. Il a sa place fixée au centre de la corolle, et là, il est entouré des étamines. Le pistil est composé de trois parties principales. La partie supérieure qui porte le nom de stigmate, la partie moyenne nommée le style, et la partie inférieure qui est le réceptacle des graines, et qu’on nomme ovaire. La partie moyenne, comme la moins utile, manque souvent, ou paraît manquer ; les deux autres ne manquent jamais. Le stigmate est destiné à recevoir la poussière fécondante des anthères de l’étamine, pour la transmettre par le style dans l’intérieur de l’ovaire, où se forme la semence. (Philosophie du botaniste, par Jolyclerc.). []
  3. L’étamine est la partie mâle de la génération des plantes, le pistil est la partie femelle, les semences sont leurs enfants : c’est là le fondement du système sexuel de Linné. […] []
  4. La corolle est la partie la plus apparente de la fleur. La beauté de sa couleur et de ses nuances lui ont fait donner ce nom. C’est sur le nombre, la disposition et la structure de ses parties, qu’est fondée la méthode de Tournefort.
    « La corolle paraît être destinée à réverbérer les rayons du soleil sur les parties de la fécondation […] » (Bernardin de St.-Pierre, Études de la nature. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.