Louis-François-Henri Lefébure

Pascal Duris, Hugues Marchal

Auteur : Louis-François-Henri Lefébure (1754-1840)

Source : Le Vrai Système des fleurs, poëme, Paris, Guitel, 1817, p. 9-10.

Texte (extrait)

Sur ses pas [ceux de Tournefort] un rival s’élance :
Qu’il ne craigne pas son offense ;
C’est Linné, son admirateur :
Il agrandira la science
Dont Tournefort est créateur ;
Il apprend : découverte utile !
Que l’essence de chaque fleur
Est de montrer dans sa splendeur
À la fois l’organe fertile
Et l’organe fécondateur.
C’en est assez : ce phénomène
Désormais règle ses travaux.
Venez, dit-il aux végétaux :
Recomposez une autre chaîne
D’après des attributs nouveaux.
Pressez-vous au sein d’une rose,
Organes qui vous mariez ;
Dans ton calice ouvert, expose
Tes ménages multipliés,
Tournesol, que le ciel compose
De mille fleurons variés.
Espérez des jours favorables,
Saules, sapins, figuiers, érables,
Vous aurez vos moments heureux
Quand vos organes amoureux
Vivraient séparés sur deux tiges,
Attendez-vous à des prodiges
Plutôt qu’à voir tromper vos vœux.
Puisqu’ainsi le sort détermine
Vos alliances, vos accords,
Hâtez-vous, pistil, étamine :
Livrez-vous à de doux transports ;
Que soudain mon esprit vous place
Dans un genre, un ordre, une classe,
Qui semblent vous appartenir.
Il dit : à l’instant tout s’enlace,
Et la Nature, au plan qu’il trace,
Semble se presser d’obéir.

 Commentaire

Botaniste et hommes de lettres, membre de la Société linnéenne de Paris, Lefébure présente ici l’apport de Linné, après avoir évoqué celui d’un autre classificateur, le Français Joseph Pitton de Tournefort (1656-1708). Le tableau de Linné en démiurge, dont la voix dicte au monde son organisation, est typique de l’évocation poétique d’autres grands savants, comme Newton.

 Lien vers la source


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.