Erasmus Darwin

Pascal Duris, Hugues Marchal

Auteur : Erasmus Darwin (1731-1802)

Source : Les Amours des plantes [1789], trad. par Joseph Deleuze, Paris, impr. de Digeon, 1799, chant IV, p. 184-185 et 376-377 pour la note.

Texte (extrait)

Cachée dans de vastes et profondes cavernes, la chaste Truffelia1 jouit d’une félicité paisible. La terre dont elle est la fille chérie lui prodigue ses trésors. Le sol de son palais est couvert d’une superbe mosaïque, et le dôme est bâti en lapis-lazuli. Un ruisseau divisé en filets coule le long des murs de jaspe avec un murmure agréable : on croit entendre les sons mélodieux de la lyre éolienne, répétés en cadence sous les voûtes par les échos amoureux. Au milieu, sur des colonnes de cristal ornées de rameaux d’or, s’élève un lit magnifique, dont les rideaux enrichis de saphirs, d’émeraudes et de rubis, étincellent des plus brillantes couleurs. Un Sylphe charmant pénètre dans cette retraite et fait agréer ses vœux à la Nymphe. Tandis que les deux époux célèbrent mystérieusement leurs noces, un parfum délicieux se répand autour d’eux, et de petits amours, agitant leurs flambeaux, éclairent ces lieux souterrains d’une lumière céleste.

La Truffe, ce végétal singulier, n’a ni tige, ni racines, ni feuilles. Elle naît sous terre et y reste le temps de son existence. Ses semences, renfermées dans l’intérieur de sa chair, n’en sortent jamais sous forme de poussière, comme il arrive aux autres Champignons. Elles ne se développent point comme graines, mais par une simple extension de parties. Les petites pointes dont leur surface est hérissée, se terminent par des filets courts qui font l’office de cordons ombilicaux, par lesquels elles tirent leur nourriture de la Truffe mère. Parvenues à la grosseur d’un pois, ces petites Truffes perdent leurs filets et ont l’apparence d’une pierre arrondie, et raboteuse comme du chagrin. Elles deviennent quelquefois grosses comme le poing.

Les Truffes sont couvertes de quatre pouces, et quelquefois de quinze pouces de terre. Leur odeur pénétrante fait que pour les découvrir on se sert de chiens ou de cochons, qui s’arrêtent dans les lieux où il y en a. Quelques personnes exercées les reconnaissent à des insectes qui voltigent dans le voisinage.

Bulliard, qui a donné des détails curieux sur la Truffe, indique le moyen par lequel on pourrait réussir à faire des Truffières artificielles. (Voyez Bull. Champ. T. I, p. 73 et suiv.).

 Commentaire

Médecin et botaniste britannique, Erasmus Darwin fut l’un des fondateurs de la Lunar Society de Birmingham, et le grand-père de Charles Darwin. Pour favoriser la diffusion des travaux de Linné auprès du public anglophone, il composa en 1789 un important poème scientifique, The Loves of the plants, dont un des naturalistes du Muséum, Joseph Deleuze (1753-1835), donna dix ans plus tard une traduction en prose, en complétant au besoin les notes de la version originale. Darwin, inspiré par « la muse botanique » de Linné, ainsi traité comme un premier poète, transforme en personnifications les analogies que le naturaliste suédois établit entre plantes et êtres humains. La truffe (qui, comme les autres champignons, n’est plus rangée aujourd’hui parmi les plantes) ne présentait pas à Linné d’organes sexuels visibles ; aussi l’a-t-il classée parmi les cryptogames, littéralement les plantes aux noces cachées. Ici, le champignon (truffle en anglais) devient Truffelia, une « chaste » nymphe, habitant un palais orné de toutes les richesses chtoniennes. Si un tel tableau ne manque pas de kitsch et peut sembler tout à fait opaque, sa difficulté même incite le lecteur à consulter la note (que Deleuze développe par rapport à celle de l’original). Beaucoup plus claire que les vers, cette annexe joue à son tour du non dit, afin de renvoyer à un ouvrage proprement botanique, les travaux du mycologue Pierre Bulliard (1752-1793).

Lien vers la source

  1. Lycoperdon TubEr L. Cryptogamia. – Tuber Cibarium. Bull. Champ. La truffe. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.