L’Âme et le Corps chez Flaubert

Juliette AZOULAI

L’Âme et le Corps chez Flaubert. Une ontologie simple, Éditions Classiques Garnier, 2014.

L’œuvre de Flaubert dans son ensemble est traversée par une exigence ontologique: penser l’âme et le corps sur le mode de l’unité. L’originalité de son écriture est d’opérer une reconfiguration des dualités métaphysiques au sein d’un art moniste.

L'âme et le corps chez Flaubert
La question des rapports de l’âme au corps débouche naturellement chez Flaubert sur une réflexion sur l’être animé ou l’être vivant, tantôt sous l’angle humain de la médecine, tantôt sous l’angle de l’histoire naturelle et de la biologie.

Lecteur de Goethe, Cuvier, Buffon, Lamarck, Darwin, Spencer ou encore Haeckel, élève de Félix-Archimède Pouchet, ami de Georges Pouchet et de Georges Pennetier, Flaubert s’intéresse aux questions brûlantes au XIXe siècle de l’origine de la vie et de l’origine des espèces. La mise en texte de la théorie de la génération spontanée ou de la pensée transformiste, dans des œuvres comme Salammbô, La Tentation de saint Antoine ou Bouvard et Pécuchet, est l’occasion pour l’écrivain d’explorer la pensée biologique contemporaine à la lumière d’une intuition primordiale : l’indissociation de la matière et de l’esprit et, partant, l’impertinence de tous les réductionnismes (matérialistes et spiritualistes) dans la compréhension des phénomènes de la vie.

Table des matières 
Pour commander l’ouvrage


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.