Penser et rêver le vivant

Penser et rêver le vivant

Gisèle Séginger

« Parmi les corps naturels, les uns ont la vie, les autres ne l’ont pas ; la vie telle que je l’entends consiste à se nourrir soi-même, à croître et à dépérir. » La distinction vient d’Aristote (Traité de l’âme, II, 1), qui formule aussi des théories – animisme et génération spontanée – dont on retrouve encore des éléments au XIXe siècle. Pourtant c’est seulement au XIXe…

Lire la suite…



Citer ce billet
Biolographes (2015, 10 mars). Penser et rêver le vivant. BIOLOGRAPHES. Consulté le 22 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/m1n9