Archives de catégorie : Billets

Littérature française et savoirs biologiques au XIXe siècle

Littérature française et savoirs biologiques au XIXe siècle. Traduction, transmission, transposition
[Literary Creation and Biological Knowledge in the 19th Century. Translation, transmission, transposition]

Thomas Klinkert et Gisèle Séginger (dir.)
De Gruyter, Berlin/Boston, 2019

Continuer la lecture de Littérature française et savoirs biologiques au XIXe siècle

appel a contribution

Révolution et évolution

Numéro thématique de la revue Arts et Savoirs 

Ce numéro se propose d’étudier dans des textes divers des sciences de la nature aux sciences humaines des logiques du temps qui ont souvent été opposées, l’une correspondant au modèle de la révolution, l’autre au modèle de la transformation ou de l’évolution. Au lendemain de la grande Révolution, l’historiographie s’interroge sur le sens et les formes du temps. Rompant avec l’histoire sceptique du tout début du siècle (Daunou, Volney), les historiens de la génération suivante, défenseurs du progrès comme Augustin Thierry ou Michelet, cherchent une poétique de l’histoire pour donner forme aux événements et aux changements, tandis que les historiens de la nature s’interrogent eux aussi sur la logique du temps naturel. De Cuvier à Charles Darwin, les hypothèses se multiplient pour expliquer les changements. Complexification ou progrès téléologique, développement sans cause finale, impliquant ou non un dessein, évolution et lutte, faisant une part aux circonstances et au hasard : les thèses seront multiples, et discutées à la fois par les scientifiques, les philosophes, les écrivains mais aussi par les hommes politiques, surtout à la fin du siècle ou s’affrontent les idéologies – anarchistes, socialistes, nationalistes – sur cette question. Des libéraux aux socialistes utopistes ou à l’anarchisme de la fin du siècle (Louise Michel, Élisée Reclus…), ce numéro se propose en effet aussi de réfléchir sur l’impact idéologique et les effets politiques de la confrontation des deux modèles.

Les écrivains, bien informés des débats scientifiques – comme Balzac, Flaubert, Zola, Alphonse Daudet, Anatole France… – s’inspirent volontiers de conceptions scientifiques, soit directement, soit par le relais de philosophes comme Taine, pour inventer de nouvelles formes et rendre compte d’une temporalité. Il s’agira donc aussi de s’interroger sur l’impact proprement littéraire du recours à l’un ou l’autre modèle de temporalité dans des genres littéraires divers (roman, poésie, théâtre).

Ajoutons qu’il sera possible d’aborder ce sujet « Révolution et évolution » en traitant les modèles « mixtes », soit dans le cas d’une conciliation (comme celle du vulgarisateur Figuier qui emprunte à Lamarck et Cuvier ou celle des disciples de Cuvier qui atténuent son fixisme), soit dans le cas d’un infléchissement vers la spiritualité, ce qui peut impliquer alors des considérations sur la palingénésie et la métempsychose (comme on le voit chez Nodier ou Nerval) ou l’invention d’une spiritualité laïque fondée sur l’évolution infinie et l’attente du futur (comme dans les textes naturalistes de Michelet ou la poésie de Richepin).  

Ce numéro pluridisciplinaire est ouvert à des propositions de spécialistes de disciplines diverses. Si la période retenue est le XIXe siècle, des propositions sur les prémisses des pensées modernes du temps au XVIIIe siècle (Buffon, Diderot…) seraient les bienvenues.

Les propositions sont à envoyer avant le 15 mai 2019 et les articles avant le 30 septembre 2019.
Contact : gisele.seginger@u-pem.fr