Présentation

Nous présentons ici les œuvres versées dans le corpus Biolographes. Toutes les œuvres du corpus sont libres de droit.

Les liens hypertextes renvoient à des textes déjà numérisés et nettoyés, voire encodés au format TEI-XML dans le cadre d’éditions électroniques ou de corpus en ligne. Nous les rassemblons ci-dessous afin que vous puissiez y effectuer des recherches en texte intégral (en ligne ou après téléchargement).

La recherche enrichira ces corpus de nouvelles découvertes et construira les corpus secondaires grâce aux travaux sur la réception des textes scientifiques qui relèvent des savoirs biologiques, sur la traduction et le dépouillement soigneux des revues.

Réception et vulgarisation des savoirs biologiques dans le corpus Biolographes

Nadège Lechevrel

Vulgariser : traduire en langue vulgaire. [Godefroy, 9e-15e]

Vulgaire : – Adj. – « Du peuple, populaire, commun » – En partic. [P. oppos. au latin] Langage vulgaire. « Langue, langage du peuple » [GDC : vulgaire ; FEW XIV, 642b : vulgaris ; TLF XVI, 1377b : vulgaire]

La diffusion des savoirs biologiques au 19e siècle assure la promotion d’une discipline qui se constitue progressivement en se différenciant de l’histoire naturelle, de la médecine et de la physiologie. Si les travaux sur l’histoire de la biologie ou sur l’histoire des idées (par exemple sur la circulation des métaphores de l’organisme aux 18e et 19e siècles dans les sciences humaines : Schlanger 1971 ; sur la réorganisation culturelle dans les sciences des 18e et 19e siècles : Lepenies 1976) sont nombreux, la critique littéraire n’a pas encore abordé de manière systématique et globale l’apport de la biologie naissante à la littérature française du 19e siècle.

Nous proposons une étude de la circulation des savoirs biologiques fondée en partie sur l’analyse du corpus secondaire 2 du projet Biolographes. Le projet s’est en effet fixé pour objectif la constitution d’un corpus de textes de réception et / ou de vulgarisation par le dépouillement systématique d’une sélection de revues. Ces revues ne sont pas toutes de vulgarisation, les textes de diffusion scientifique ont été prélevés dans des publications prestigieuses (la Revue des deux mondes, la Philosophie positive, etc.), des revues scientifiques, ou de vulgarisation.

Nous donnons ci-dessous quelques informations les concernant ainsi qu’un petit historique quand les revues ont changé de titre.

REVUES SAVANTES

  • la Revue des deux mondes (1829-1971), dirigée par François Buloz à partir de 1831
  • la Revue germanique (1858-1865), fondée par Auguste Nefftzer et Charles Dollfus, connue sous le nom de Revue germanique, française et étrangère (1861-1862), puis Revue germanique et française (1862-1865), et devenue la Revue moderne (1865-1869)
  • la Philosophie positive (1867-1883), dirigée par Émile Littré, Grégoire Wyrouboff et Charles Robin

 REVUES SCIENTIFIQUES

  • la Revue scientifique (ou « Revue rose ») (1863-1959), connue sous le nom La Revue des cours scientifiques de la France et de l’étranger entre 1863 et 1870, puis La Revue scientifique de la France et de l’étranger (1871-1883), et enfin la Revue scientifique (1884-1959) pas d’illustration
  • l’Année biologique: comptes rendus annuels des travaux de biologie générale (1895-1936), dirigée par Marie Goldsmith, Yves Delage et Jean Philippe
  • La Nature. Revue des sciences et de leurs applications aux arts et à l’industrie. Journal hebdomadaire illustré (1873-1960), dirigée par Gaston Tissandier (source: Conservatoire numérique des Arts et Métiers)

VULGARISATION

  • le Magasin pittoresque (1833-1938), dirigé par Édouard Charton
  • la Science illustrée (1) (1875-1877), il s’agit d’une première tentative d’une revue rédigée par Louis Figuier, Élisée Reclus et Adolphe Bitard. La Science populaire (1880-1884) lui fait suite, dirigée par Adolphe Bitard. Enfin, la Science illustrée (2) (1888-1905) fait suite à la Science populaire, dirigée par Louis Figuier, avec Adolphe Bitard en rédacteur en chef (source: ifé)
  • la Science française : revue populaire illustrée (1890-1901), éditée par L. Boulanger

La création de ces revues au 19e siècle, très faciles d’accès pour un public lettré, montre la diffusion large des travaux scientifiques au-delà des frontières de la discipline, et l’importance et le retentissement de débats qui ont un rapport soit direct soit indirect avec ce domaine que nous appelons maintenant « biologie » : ainsi, dans la Revue des deux mondes (1860/6) Paul de Rémusat présente la théorie de la génération spontanée (hétérogénie) de Félix Pouchet ; la « Revue rose » rend compte de la querelle en 1863-1864 entre Pouchet et Pasteur, qui donne des conférences dans le cadre des soirées scientifiques de la Sorbonne ; tous deux publient côte à côte un article le 23 avril 1864. Certains auteurs marquent les littéraires par leurs contributions dans ces revues tel Charles Martins (en particulier dans la Revue des deux Mondes et la Revue germanique) qui y présente les travaux de Haeckel ou Vogt, donnant à découvrir le « monère » ou la vie des « polypes »  si chers à Flaubert.

Un tel corpus est de fait hétérogène car il comprend aussi bien des textes de réception et de vulgarisation écrits par des hommes de lettres (littéraires, philosophes, historiens, etc.) ou des scientifiques que des articles mêlant science et fiction créés par des littéraires. L’exploration de ces données textuelles devient alors un atout, une façon de rendre compte de quelques-unes des caractéristiques de cet ensemble vaste, telles le vocabulaire sous et surreprésenté (en lien avec un lexique des savoirs biologiques de l’époque créé par les membres de l’équipe Biolographes), et les réseaux sémantiques obtenus de l’étude des cooccurrences (c’est-à-dire le repérage statistique des associations de mots les plus significatives).

categories-RDDM

Figure 1 – Liste des catégories scientifiques de la Revue des deux mondes produite dans la Table Générale établie en 1875 pour la période 1831-1874.

Nous utiliserons les logiciels libres TXM et TreeCloud pour circonscrire les spécificités de certains auteurs ou textes (philosophes, historiens, médecins, etc.) rassemblés en sous-corpus ou partition.

Buffon et l’histoire naturelle : l’édition en ligne

Buffon et l’histoire naturelle : l’édition en ligne.

Le site Internet www.buffon.cnrs.fr est consacré à l’œuvre de Georges-Louis Leclerc, Comte de Buffon (1707-1788), dont on [a célébré] en septembre 2007 le troisième centenaire de la naissance. Intendant du Jardin des Plantes de 1739 à 1788, Buffon veilla à l’élargissement et au rayonnement de l’institution parisienne : à la fin de sa vie, le Jardin, transformé en juin 1793 en Muséum national d’histoire naturelle, était devenu le point focal des sciences de la nature en Europe et dans le monde. »

Bénédicte PERCHERON

Bénédicte PERCHERON a soutenu une thèse d’histoire intitulée « Les sciences naturelles à Rouen au XIXème siècle : muséographie, vulgarisation et réseaux scientifiques (1789 – 1923) ».  Elle est chercheur post-doctoral à la Fondation Maison des sciences de l’homme dans le cadre de l’ANR Biolographes – Création littéraire et savoirs biologiques au XIXe siècle.

Bibliographie sur la page du Grhis.

Balzac. La Comédie humaine.

Balzac. La Comédie humaine.

Lire un roman
Classement alphabétique
Classement du Furne
Listes des illustrations
Faire une RECHERCHE
Mode d’emploi
Aide

Notices des romans
Mode de lecture
Lire une notice

Portraits de Balzac
L’hommoeuvre
Le collectionneur
L’entrepreneur
L’imprimeur
L’homme du monde

Dossiers
Historique de la publication
Vade-mecum et abréviations
Guide orthographique
Chronologie des fictions
Fiches de lecture
Une fameuse soupeaurama
Mystères de province ?
Balzac est-il réaliste ?
Balzac, romancier malgré lui ?
Balzac est-il le roman ?
Balzac est-il balzacien ?
Le retour des personnages
Balzac vers 1830
L’opération Comédie humaine
Bibliographie

Moteur de recherche

Crédits

La publication en mode texte de la première édition de La Comédie humaine (dite édition Furne, 1842-1855), paginée et encodée, est le fruit d’un partenariat entre le Groupe International de Recherches Balzaciennes, la Maison de Balzac (musée de la Ville de Paris) et le groupe ARTFL de l’Université de Chicago.

Ce dossier est adapté aux personnes déficientes visuelles. De plus, chacun peut utiliser les options de son navigateur pour agrandir la taille des caractères (Menu affichage puis taille du texte pour Mozilla Firefox et pour Internet Explorer ).

Pourquoi une édition électronique de La Comédie humaine ?
par Nicole Mozet

Personne ou presque n’a tout lu de La Comédie humaine. On cite quelques titres, toujours les mêmes, et quelques tics de l’écrivain (les descriptions) ou de l’auteur (le café). On parle de ses maîtresses et, plus récemment, de sa mère. Bien peu de choses en somme sur une vie et une œuvre également extra-ordinaires, véritablement hors normes. Allant au-delà des idées reçues, on découvrira ici, renouvelé par le multimédia et servi par une équipe des meilleurs spécialistes, un autre Balzac, d’autres Balzacs aussi – le collectionneur, l’entrepreneur, l’imprimeur, le mondain. D’autres textes surtout, dont les plus méconnus sont souvent les plus passionnants : avez-vous lu L’Illustre Gaudissart, les Petites Misères de la vie conjugale, Un drame au bord de la mer, Une passion dans le désert ? Sur les sites internet de la Maison de Balzac et de l’Université de Chicago, vous pouvez consulter l’intégralité de La Comédie humaine, 88 textes, 2500 personnages. Un monument, comme disait Balzac lui-même.

 

Dossiers de Bouvard et Pécuchet

Responsable de la publication : Stéphanie Dord-Crouslé (CNRS-LIRE,  UMR 5611).

Les dossiers de Bouvard et Pécuchet, le dernier roman – posthume et inachevé – de Gustave Flaubert (1821-1880), constituent un ensemble patrimonial imposant (2 400 feuillets conservés à la Bibliothèque municipale de Rouen), cohérent, d’importance scientifique et culturelle reconnue. Ce chantier documentaire a servi à rédiger le premier volume de l’œuvre et aurait dû être réutilisé pour la composition d’un second volume, jamais écrit en raison de la mort soudaine du romancier. Outre cette particularité rédactionnelle, les dossiers sont porteurs d’une dimension épistémologique singulière : constitués pour rédiger une « encyclopédie critique en farce », ils proposent une configuration critique des savoirs au XIXe siècle, originale et révélatrice.

Or, en raison de leur volume, de leur organisation complexe et indéfiniment mouvante, ainsi que de leurs contenus scientifiques extrêmement variés, les dossiers ne peuvent pas être édités de manière satisfaisante sous une forme imprimée. C’est particulièrement vrai pour les pages préparées en vue du second volume du roman : les annotations que l’écrivain y a portées, indiquant le lieu probable du classement, sont souvent plurielles et obligent à conserver aux fragments textuels une mobilité qui est nécessairement défaite par la fixité d’une édition imprimée.

Dépassant cette limite en recourant au support électronique et à l’encodage XML-TEI intégral du corpus, la présente édition offre l’accès :

-aux images et à la transcription (formats diplomatique et textuel) annotée de toutes les pages du corpus (à terme)

-à un moteur de recherche plein texte,

-et à trois bibliothèques permettant d’identifier les références utilisées par Flaubert et de circuler dans le corpus.

via| Dossiers de Bouvard et Pécuchet.