Réception et vulgarisation des savoirs biologiques dans le corpus Biolographes

Réception et vulgarisation des savoirs biologiques dans le corpus Biolographes

Nadège Lechevrel

Vulgariser : traduire en langue vulgaire. [Godefroy, 9e-15e]

Vulgaire : – Adj. – « Du peuple, populaire, commun » – En partic. [P. oppos. au latin] Langage vulgaire. « Langue, langage du peuple » [GDC : vulgaire ; FEW XIV, 642b : vulgaris ; TLF XVI, 1377b : vulgaire]

La diffusion des savoirs biologiques au 19e siècle assure la promotion d’une discipline qui se constitue progressivement en se différenciant de l’histoire naturelle, de la médecine et de la physiologie. Si les travaux sur l’histoire de la biologie ou sur l’histoire des idées (par exemple sur la circulation des métaphores de l’organisme aux 18e et 19e siècles dans les sciences humaines : Schlanger 1971 ; sur la réorganisation culturelle dans les sciences des 18e et 19e siècles : Lepenies 1976) sont nombreux, la critique littéraire n’a pas encore abordé de manière systématique et globale l’apport de la biologie naissante à la littérature française du 19e siècle.

Nous proposons une étude de la circulation des savoirs biologiques fondée en partie sur l’analyse du corpus secondaire 2 du projet Biolographes. Le projet s’est en effet fixé pour objectif la constitution d’un corpus de textes de réception et / ou de vulgarisation par le dépouillement systématique d’une sélection de revues. Ces revues ne sont pas toutes de vulgarisation, les textes de diffusion scientifique ont été prélevés dans des publications prestigieuses (la Revue des deux mondes, la Philosophie positive, etc.), des revues scientifiques, ou de vulgarisation.

Nous donnons ci-dessous quelques informations les concernant ainsi qu’un petit historique quand les revues ont changé de titre.

REVUES SAVANTES

  • la Revue des deux mondes (1829-1971), dirigée par François Buloz à partir de 1831
  • la Revue germanique (1858-1865), fondée par Auguste Nefftzer et Charles Dollfus, connue sous le nom de Revue germanique, française et étrangère (1861-1862), puis Revue germanique et française (1862-1865), et devenue la Revue moderne (1865-1869)
  • la Philosophie positive (1867-1883), dirigée par Émile Littré, Grégoire Wyrouboff et Charles Robin

 REVUES SCIENTIFIQUES

  • la Revue scientifique (ou « Revue rose ») (1863-1959), connue sous le nom La Revue des cours scientifiques de la France et de l’étranger entre 1863 et 1870, puis La Revue scientifique de la France et de l’étranger (1871-1883), et enfin la Revue scientifique (1884-1959) pas d’illustration
  • l’Année biologique: comptes rendus annuels des travaux de biologie générale (1895-1936), dirigée par Marie Goldsmith, Yves Delage et Jean Philippe
  • La Nature. Revue des sciences et de leurs applications aux arts et à l’industrie. Journal hebdomadaire illustré (1873-1960), dirigée par Gaston Tissandier (source: Conservatoire numérique des Arts et Métiers)

VULGARISATION

  • le Magasin pittoresque (1833-1938), dirigé par Édouard Charton
  • la Science illustrée (1) (1875-1877), il s’agit d’une première tentative d’une revue rédigée par Louis Figuier, Élisée Reclus et Adolphe Bitard. La Science populaire (1880-1884) lui fait suite, dirigée par Adolphe Bitard. Enfin, la Science illustrée (2) (1888-1905) fait suite à la Science populaire, dirigée par Louis Figuier, avec Adolphe Bitard en rédacteur en chef (source: ifé)
  • la Science française : revue populaire illustrée (1890-1901), éditée par L. Boulanger

La création de ces revues au 19e siècle, très faciles d’accès pour un public lettré, montre la diffusion large des travaux scientifiques au-delà des frontières de la discipline, et l’importance et le retentissement de débats qui ont un rapport soit direct soit indirect avec ce domaine que nous appelons maintenant « biologie » : ainsi, dans la Revue des deux mondes (1860/6) Paul de Rémusat présente la théorie de la génération spontanée (hétérogénie) de Félix Pouchet ; la « Revue rose » rend compte de la querelle en 1863-1864 entre Pouchet et Pasteur, qui donne des conférences dans le cadre des soirées scientifiques de la Sorbonne ; tous deux publient côte à côte un article le 23 avril 1864. Certains auteurs marquent les littéraires par leurs contributions dans ces revues tel Charles Martins (en particulier dans la Revue des deux Mondes et la Revue germanique) qui y présente les travaux de Haeckel ou Vogt, donnant à découvrir le « monère » ou la vie des « polypes »  si chers à Flaubert.

Un tel corpus est de fait hétérogène car il comprend aussi bien des textes de réception et de vulgarisation écrits par des hommes de lettres (littéraires, philosophes, historiens, etc.) ou des scientifiques que des articles mêlant science et fiction créés par des littéraires. L’exploration de ces données textuelles devient alors un atout, une façon de rendre compte de quelques-unes des caractéristiques de cet ensemble vaste, telles le vocabulaire sous et surreprésenté (en lien avec un lexique des savoirs biologiques de l’époque créé par les membres de l’équipe Biolographes), et les réseaux sémantiques obtenus de l’étude des cooccurrences (c’est-à-dire le repérage statistique des associations de mots les plus significatives).

categories-RDDM

Figure 1 – Liste des catégories scientifiques de la Revue des deux mondes produite dans la Table Générale établie en 1875 pour la période 1831-1874.

Pour en savoir plus sur le corpus de vulgarisation, lire le billet rédigé par Axel Hohnsbein.

Le Savoir de la Poésie : Poésie lyrique, poésie épique et les sciences au XIXe siècle

Henning HUFNAGEL et Olav KRÄMER (éd.)

Das Wissen der Poesie. Lyrik, Versepik und die Wissenschaften im 19. Jahrhundert, Berlin / Boston, de Gruyter, 2015.

http://www.degruyter.com/doc/cover/9783110348521.jpg

Les recherches sur les rapports entre science et littérature au XIXe siècle se sont longtemps concentrées sur les genres narratifs et surtout sur la prose des romans. Les contributions réunies dans le présent volume, en revanche, se focalisent sur les références aux sciences dans les textes en vers, dans la poésie lyrique et épique. Elles examinent surtout des exemples pris des littératures française, allemande et anglaise, et analysent une large gamme de textes qui va de poèmes didactiques aux poésies virtuoses du Parnasse, et de poésies satyriques et comiques à des expériences formelles des années 1900. L’hypothèse centrale du volume est la suivante : si les textes en vers reflètent les savoirs scientifiques, ils le font de manière spécifique, donc différemment de la prose, et cela en activant les traditions et les possibilités formelles spécifiques du genre. Les études réunies travaillent à corroborer cette hypothèse, d’une part, en éclairant les fonctions des références aux sciences à l’intérieur des textes poétiques et, d’autre part, en examinant les structures textuelles élaborées en contact avec les sciences. De cette manière, ce volume est à la fois une contribution au domaine « Literature and science » et à l’histoire des genres poétiques, et il fournit une base à des analyses comparatives par son approche transnationale.

Table des matières

Henning Hufnagel/Olav Krämer
Lyrik, Versepik und wissenschaftliches Wissen im 19. Jahrhundert. Zur Einleitung
Olav Krämer
Transformationen des wissenschaftlichen Lehrgedichts um 1800: Erasmus Darwins The Temple of Nature und Johann Wolfgang Goethes Metamorphose der Tiere
Christoph Bode
„There is no want of knowledge […]. We want the creative faculty to imagine that which we know.“ – Die Wissenschaften im Konterdiskurs der englischen Romantik
Marc Föcking
Das Ich in Bewegung. Lyrik und Eisenbahn bei Alfred de Vigny, Paul Verlaine und Ardengo Soffici
Thomas Klinkert
Wissenschaft als Quelle poetischer Inspiration. Baudelaires Poetik des Rausches
Henning Hufnagel
Positivisme esthétique. Lyrik und Wissenschaft bei den Parnassiens: Vier Fallstudien
Marco Thomas Bosshard
André Chéniers epische Dichtung als gemeinsames Referenzmodell von Historiographie, Philologie und Poesie des 19. Jahrhunderts. Die französische Epenforschung an der École des Chartes, José-Maria de Heredia und der Parnasse
Hugues Marchal
Sully Prudhomme ou le lyrisme de la perte des repères
Ulrike Zimmermann
(R)Evolutionslyrik? Charles Darwin in Light Verse von britischen Dichterinnen des späten 19. Jahrhunderts
Fabian Lampart
Lyrik und Ökonomie im 19. Jahrhundert. Überlegungen zu einem spannungsreichen Verhältnis
Alexander Nebrig
Entbindung von der Disziplin. Arno Holz’ Begründung des Lebenswissens im Phantasus
Benjamin Specht
„Wurzel alles Denkens und Redens“. Der wissenschaftliche Metapherndiskurs um 1900 und die Lyrik Hugo von Hofmannsthals

 

Pour commander l’ouvrage