Archives par mot-clé : botanique

Jacques Delille

Pascal Duris, Hugues Marchal

Auteur : Jacques Delille (1738-1813)

Source : Les Trois Règnes de la nature, Paris, Nicolle, 1808, t. II, p. 68-70.

Texte (extrait)

Linné surtout, Linné dévoila ces mystères [des plantes],
Leurs haines, leurs amours, leurs divers caractères,
Leurs tubes infinis, leurs ressorts délicats.
Flore même en naissant le reçut dans ses bras ;
Flore sourit d’espoir à sa première aurore ;
Non point cette éternelle et ridicule Flore
Qui pour les vieux amours compose des bouquets,
Mais celle qui du monde enseigne les secrets.
Le Zéphire agitant ses ailes odorantes,
Porta vers son berceau les doux parfums des plantes ;
Déjà ses yeux fixaient leurs formes, leurs couleurs,
Et ses mains pour hochet demandèrent des fleurs.
Faible enfant1, on le vit dans le fond des campagnes,
Sur le flanc des rochers, au penchant des montagnes,
Braver la ronce aiguë et les cailloux tranchants,
Et rentrer tout chargé des dépouilles des champs.
Aussi quel lieu désert n’est plein de sa mémoire !
Il fit de chaque plante un monument de gloire ;
Et Linné sur la terre, et Newton dans les cieux,
D’une pareille audace étonnèrent les dieux.
Linné, réjouis-toi : le Nord vit ta naissance,
Mais ton plus beau trophée enorgueillit la France.
Elle ne choisit point, pour y placer tes traits,
Ou l’ombre d’un lycée, ou les murs d’un palais ;
Mais dans ce beau jardin2, dont l’enceinte féconde
Accorde une patrie à tous les plants du monde,
Où, joignant sa récolte à tes amples moissons,
Desfontaine embellit le trône des saisons ;
Où s’exilent pour nous de leurs terres natales
Des règnes différents les familles royales,
Le tigre, le lion, le cèdre aux longs rameaux,
Et l’énorme éléphant, et le roi des oiseaux ;
Où l’œil voit rassemblés le trépas et la vie,
La nature et les arts, l’instinct et le génie :
Tranquille, tu vivras au lieu même où Jussieu
Est présent par sa gloire, et vit dans son neveu.
Viens : dans cet Élysée, autrefois son domaine,
L’ombre du grand Buffon attend déjà la tienne ;
Et de tous les climats, de toutes les saisons,
Les fleurs briguent l’honneur de couronner vos fronts.

Commentaire

Jacques Delille est sans doute le plus célèbre et le plus habile des « poètes scientifiques » qui ont voulu chanter en vers les nouvelles connaissances, avec l’aval des principaux savants, puisque Les Trois Règnes de la nature ont d’emblée paru avec une annotation en prose par différents chercheurs d’envergure, en particulier Cuvier, qui signe les notes du sixième chant, consacré aux plantes (le lecteur pourra consulter ces notes, notamment un long parallèle entre Linné et Buffon, en se reportant à la source). La description des prédispositions extraordinaires du jeune Linné, ainsi que les mentions des dieux étonnés et de l’Élysée qui accueille le savant après sa mort, sont autant d’éléments typiques des vies de héros mythologiques, et témoignent d’un désir de faire du Suédois une figure de grand homme. Autre topos de l’éloge, le poète affirme l’inutilité de son propre texte, comme du buste qui honore le naturaliste au Jardin des plantes : toutes les espèces de plantes lui sont en effet déjà « un monument de gloire ».

 Lien vers la source

  1. La passion précoce de Linné pour les plantes est attestée par ses biographes (il cultivait notamment son propre jardinet dès 5 ans). []
  2. Il s’agit du Muséum national d’histoire naturelle de Paris, aussi appelé Jardin des plantes. []

Louis-François-Henri Lefébure

Pascal Duris, Hugues Marchal

Auteur : Louis-François-Henri Lefébure (1754-1840)

Source : Le Vrai Système des fleurs, poëme, Paris, Guitel, 1817, p. 9-10.

Texte (extrait)

Sur ses pas [ceux de Tournefort] un rival s’élance :
Qu’il ne craigne pas son offense ;
C’est Linné, son admirateur :
Il agrandira la science
Dont Tournefort est créateur ;
Il apprend : découverte utile !
Que l’essence de chaque fleur
Est de montrer dans sa splendeur
À la fois l’organe fertile
Et l’organe fécondateur.
C’en est assez : ce phénomène
Désormais règle ses travaux.
Venez, dit-il aux végétaux :
Recomposez une autre chaîne
D’après des attributs nouveaux.
Pressez-vous au sein d’une rose,
Organes qui vous mariez ;
Dans ton calice ouvert, expose
Tes ménages multipliés,
Tournesol, que le ciel compose
De mille fleurons variés.
Espérez des jours favorables,
Saules, sapins, figuiers, érables,
Vous aurez vos moments heureux
Quand vos organes amoureux
Vivraient séparés sur deux tiges,
Attendez-vous à des prodiges
Plutôt qu’à voir tromper vos vœux.
Puisqu’ainsi le sort détermine
Vos alliances, vos accords,
Hâtez-vous, pistil, étamine :
Livrez-vous à de doux transports ;
Que soudain mon esprit vous place
Dans un genre, un ordre, une classe,
Qui semblent vous appartenir.
Il dit : à l’instant tout s’enlace,
Et la Nature, au plan qu’il trace,
Semble se presser d’obéir.

 Commentaire

Botaniste et hommes de lettres, membre de la Société linnéenne de Paris, Lefébure présente ici l’apport de Linné, après avoir évoqué celui d’un autre classificateur, le Français Joseph Pitton de Tournefort (1656-1708). Le tableau de Linné en démiurge, dont la voix dicte au monde son organisation, est typique de l’évocation poétique d’autres grands savants, comme Newton.

 Lien vers la source

Charles-Louis Mollevault

Pascal Duris, Hugues Marchal

Auteur : Charles-Louis Mollevault (1776-1844)

Source : Les Fleurs, poëme en quatre chants, Paris, Arthus Bertrand, s.d. [1818], p. 32-33 et 135-142 (notes).

Texte (extrait)

Linné paraît : de la nature1
L’apparent désordre a cessé ;
Et l’Homme, à la noble figure,
Et l’insecte à ses pieds placé,
Et l’habitant de l’onde pure,
Et l’oiseau dans l’air élancé,
En sa docte nomenclature
Tout est connu, tout est classé.
Mais vous, pourquoi cacher encore
Aux regards perçants de Linné
Le feu secret qui vous dévore ?
Ô Fleurs ! il a tout deviné.
Le Pistil est l’amante aimée2
Qui brûle des plus tendres feux ;
L’Étamine est l’époux heureux3
Qui, de sa tête parfumée,
Versant un nuage amoureux,
Féconde l’épouse charmée.
La corolle, aux fraîches couleurs,4
Échauffe la couche fidèle,
En réfléchissant les chaleurs
Que le soleil verse sur elle ;
Des fleurs c’est la douce prison.
À sa base l’étroit calice
De sa verte et ferme cloison
Soutient l’élégant édifice.

 Commentaire

Auteur de traductions latines, Mollevault a aussi publié des odes et des élégies. Seul un des chants de ce poème aborde les fleurs sous un angle scientifique, occasion d’un éloge de Linné, associé à un exposé de la sexualité végétale. Nous réduisons fortement les notes, dont les extraits retenus permettent toutefois de mesurer l’ampleur par rapport aux vers, ainsi que le caractère encyclopédique des commentaires. Mollevault y multiplie en effet des citations, qui renvoient le lecteur à des sources tant savantes que littéraires. Il mentionne différents botanistes, mais aussi un prosateur comme Bernardin de Saint-Pierre, et, juste après notre extrait, d’autres poètes.

 Lien vers la source

  1. Linné a eu la tête assez vaste pour classer la nature entière ; mais c’est surtout son admirable classification des plantes qui le rend immortel.
    Linné prend les organes qui servent à la reproduction pour établir la base de son système. [La suite de la note explique et reproduit sous forme de tableau le « système de Linné »]. []
  2. On peut comparer le pistil dans toutes les plantes à la partie femelle dans le règne animal. Il a sa place fixée au centre de la corolle, et là, il est entouré des étamines. Le pistil est composé de trois parties principales. La partie supérieure qui porte le nom de stigmate, la partie moyenne nommée le style, et la partie inférieure qui est le réceptacle des graines, et qu’on nomme ovaire. La partie moyenne, comme la moins utile, manque souvent, ou paraît manquer ; les deux autres ne manquent jamais. Le stigmate est destiné à recevoir la poussière fécondante des anthères de l’étamine, pour la transmettre par le style dans l’intérieur de l’ovaire, où se forme la semence. (Philosophie du botaniste, par Jolyclerc.). []
  3. L’étamine est la partie mâle de la génération des plantes, le pistil est la partie femelle, les semences sont leurs enfants : c’est là le fondement du système sexuel de Linné. […] []
  4. La corolle est la partie la plus apparente de la fleur. La beauté de sa couleur et de ses nuances lui ont fait donner ce nom. C’est sur le nombre, la disposition et la structure de ses parties, qu’est fondée la méthode de Tournefort.
    « La corolle paraît être destinée à réverbérer les rayons du soleil sur les parties de la fécondation […] » (Bernardin de St.-Pierre, Études de la nature. []

Jean-Marie Caillau

Pascal Duris, Hugues Marchal

Auteur : Jean-Marie Caillau (1765-1820)

Source : « Épître à un naturaliste sur les souvenirs que l’étude de la botanique fait naître », Bulletin polymathique du Muséum d’instruction publique de Bordeaux, ou Journal littéraire, historique et statistique du département de la Gironde, 1819, t. 17, p. 246-247.

Texte (extrait)

Près de mourir, Linné, d’une main défaillante
Voulut dans ses herbiers ordonner chaque plante,
D’un système charmant, achever le tableau,
Semer de quelques fleurs les bords de son tombeau,
Et d’un temps qui n’est plus, retraçant la mémoire,
À son dernier moment vivre encor pour la gloire…
Un seul pistil lui peint ses veilles, ses succès,
Ses travaux favoris, les heureux qu’il a faits,
L’hymen des végétaux, des campagnes fécondes
Les tributs que jadis lui portaient les deux mondes.
Ses disciples nombreux, les amis de son choix,
La gloire qu’il obtint et la faveur des rois.
À tous ces souvenirs, à ces nobles images,
Linné de l’avenir pressentant les suffrages,
Croit entendre la voix de la postérité
Qui consacre son nom à l’immortalité…
Qui le méritait mieux ?… Épuisant ses richesses
La nature pour lui varia ses largesses,
Le reçut dans ses bras, lui dit tous ses secrets.
Aussi, guidé par elle, il peignit à grands traits
Ses règnes différents, leurs divers caractères ;
Des végétaux surtout dévoila les mystères.
Grâces à son génie, à l’art de ses pinceaux,
Les champs furent parés d’innombrables berceaux,
De tissus animés, de couches nuptiales :
L’amour embellissant les races végétales,
Vit sur la même fleur son temple et son autel…
Ah ! pour orner le front de ce peintre immortel,
Vous qui le chérissez, donnez-moi vos offrandes,
Nous n’avons pas besoin de superbes guirlandes,
Il ne faut à Linné, dans le fond d’un bosquet,
Que des plus humbles fleurs un modeste bouquet.
Lui-même il nous l’a dit : l’ami de la nature,
Du plus simple ornement compose sa parure,
Laisse à la vanité ses titres les plus beaux,
La richesse du marbre et l’orgueil des tombeaux…

 Commentaire

Comme Delille, le médecin Caillau, « professeur des maladies des enfants », procède dans cet extrait à une forme d’apothéose de Linné, dont l’abnégation est ici illustrée par le souci de l’histoire naturelle dont il aurait fait montre jusqu’à ses derniers instants. Mais Caillau insiste aussi sur les qualités d’artiste du Suédois, peintre dont les « pinceaux » ont métamorphosé la nature.

 Lien vers la source