Archives par mot-clé : poésie

M. le Marquis L.-A. de Chesnel

Pascal Duris, Hugues Marchal

Auteur : M. le Marquis L.-A. de Chesnel

Source : Des extraits de cette poésie sont donnés dans L’Ami des champs, journal d’agriculture, de botanique, et Bulletin Littéraire du Département de la Gironde, 1826, t. 4, p. 347.

 Texte

 VERS SUR LA FÊTE DE LINNÉ (1820)

Les accords éclatants de Pindare et d’Alcée,
Ne résonneront pas sous mes timides doigts :
D’un sentiment trop doux mon âme est agitée,
Pour célébrer ici d’héroïques exploits,
Mais sous l’abri charmant de cet épais feuillage,
Vont retentir les sons de mes tendres pipeaux ;
Et le nom de Linné, redit dans le bocage,
Sera bientôt l’objet du concert des oiseaux.

Accourez à ma voix, bergers et pastourelles,
Venez de vos atours embellir ces bosquets,
Dépouiller le vallon, et de roses nouvelles
Tresser une couronne et former des bouquets.
La fête de Linné dans ce lieu nous rassemble ;
À sa mémoire offrons le tribut de nos cœurs ;
Unissons tous nos vœux, et célébrons ensemble
L’amant de la nature et le chantre des fleurs.

Divinités des champs, daignez encore sourire
Au zèle ardent et pur qui dicte nos chansons :
Celui qui, dans ce jour, cause notre délire,
Sut mériter aussi votre amour et vos dons.
Ornez, ainsi que nous, le temple de verdure
Qu’élève au grand Linné le plus doux souvenir.
Et que de vos transports, l’agréable murmure,
Augmente de nos jeux la pompe et le plaisir.

Échos, portez au loin, sous la voûte azurée,
Le nom cher et sacré que nous vous répétons :
Qu’il retentisse au fond de la sombre vallée,
Sur la rive des mers, et la cime des monts.
Que l’univers entier, au même instant apprenne
Qu’à Linné nous dressons de champêtres autels ;
Et que sur un coteau, que décore le chêne,
Nous avons retracé ses travaux immortels.

Commentaire

Comme l’Épître à un naturaliste de Caillau, cette poésie a été composée pour être lue lors des célébrations annuelles des « fêtes linnéennes » au sein des sociétés linnéennes françaises.

Charles Lemesle

Pascal Duris, Hugues Marchal

Auteur : Charles Lemesle

Source : « Le vingt-quatre mai, ode pour le jour anniversaire de la naissance de Linné », in Mémoires de la Société linnéenne de Paris, 1824, t. 3, p. 169-170 (3e partie. Bulletin linnéen).

Texte :

En vain l’homme vulgaire élève un front superbe
Insecte d’un moment, son monde est un brin d’herbe
Que sa marche n’ébranle pas.
Le mortel fortuné que le génie inspire
Laisse dans tous les lieux où la gloire l’attire
La noble empreinte de ses pas.

La gloire, ô mes amis, n’est point une chimère ;
C’est son regard de feu qui féconde la terre :
Les bienfaiteurs du genre humain
Voudraient dans le repos couler leur vie entière,
S’ils n’apercevaient pas au bout de la carrière
La palme que leur tend sa main.

C’est l’espoir d’obtenir cette palme si belle
Qui soutint les efforts de notre grand modèle,
Du maître que nous célébrons.
Soleil resplendissant, lumière des vrais sages,
Linné sut de l’envie écarter les nuages ;
Il brille de tous ses rayons.

Quand d’un culte sincère offrant l’heureux exemple,
De notre demi-dieu nous construisions le temple,
Un orage éclata sur nous1.
Nous bravons désormais la fureur du tonnerre :
Le laurier qui déjà s’élève au sanctuaire
Nous préservera de ses coups.

Nos travaux, nos succès, vainqueurs de toute entrave,
Tel est, ô Linnéens, l’encens le plus suave
Qu’on puisse brûler sur l’autel ;
Mais nous voulons encore, au réveil de l’année,
Saluer le retour de l’illustre journée
Qui vit naître l’homme immortel.

Le moment est venu : sous un antique ombrage
Brille, au milieu des fleurs, sa vénérable image :
Il semble nous sourire à tous.
Ah ! si les morts parfois s’occupent de la vie,
Son ombre, en ce grand jour, doucement attendrie,
Erre sans doute parmi nous.

Notre voix a frappé les rives étrangères ;
Trois filles de Linné nous adoptent pour frères2 :
Ce choix veut de nobles élans.
Voyons en notre ami, voyons encore un père ;
Soyons les héritiers de son beau caractère,
À défaut de ses beaux talents.

Oui, que la vanité, la basse jalousie3,
Mères de la discorde et de la calomnie,
Ne pénètrent point dans nos cœurs.
Bien qu’un terrain abonde en sucs aimés des plantes,
C’est quand il est purgé des herbes malfaisantes
Qu’il produit des fruits et des fleurs.

 Commentaire :

Ce poème, de nouveau associé aux travaux de la Société linnéenne de Paris, fut lu lors d’une fête organisée à Ville-d’Avray pour commémorer le « législateur des sciences naturelles » (p. 133). Nous n’avons pas identifié avec certitude son auteur, « membre correspondant » de la société. Un peu après cette réunion, cette dernière dédicaça un buste à Linné, accompagné de l’inscription de vers empruntés à Delille (voir le « Procès verbal de la séance du 3 juillet 1824, tenue dans les jardins de Fromont, pour l’inauguration du buste de Linné », p. 37).

 Lien vers la source

 

  1. Allusion probable aux relations difficiles entretenues avec la Société linnéenne de Bordeaux. []
  2. Les trois filles de Linné (Louise-Elizabeth-Christine, Sara-Christine et Sophie) deviennent « associées-libres » de la Société linnéenne de Paris en 1825. []
  3. Cf. note 1 []

Amable Tastu

Pascal Duris, Hugues Marchal

Auteur : Amable Tastu (1798-1885)

Source : « Linné, stances de Mme Amable Tastu » [1821], in Mémoires de la Société linnéenne de Paris, 1822, t. 1, p. 611-614.

 Texte (extrait) :

Que voulez-vous de moi, vous dont l’expérience
Sur les pas de Linné ramène la science ?
Pourquoi demandez-vous mes timides accords ?
Mon luth s’éveille à peine, et sa faible harmonie
N’oserait point encor consacrer au génie
Des accents incertains et d’impuissants efforts.

Ô Linné ! mon regard suivant ta vie entière,
Peut-il compter les pas de ta noble carrière,
Peindre tes premiers jeux, ton premier souvenir,
Ce jardin, lieu si cher à ton adolescence,
Où le génie enfant révélant sa puissance
Promettait à la terre un savant avenir ?

Dirai-je tes débuts au sentier de l’étude,
Alors que du malheur le joug pesant et rude,
Entravait tous tes pas d’obstacles renaissants ?
Ou la main d’Olaüs, à ta noble indigence,
Imposant ce fardeau de la reconnaissance
Qui te suivit encor sous la glace des ans1 ?

Mais l’amour t’apparut. À la fois tendre et sage
Il paya de ses dons ce fortuné voyage,
Qui t’ouvrit le premier le temple du savoir.
Et sûre de ta foi, ta jeune fiancée,
Par des songes heureux, tranquillement bercée,
Attendit le retour promis à son espoir.

Bientôt, suivant des fleurs la déesse volage,
Elle entraîne tes pas chez le Lapon sauvage,
Où ses traits sont cachés sous un voile glacé.
Et t’appelant plus tard aux plaines du Batave,
Elle étale à tes yeux, pompeusement esclave,
Le symétrique éclat de son front nuancé2 .

Près des murs de Harlem, temple chéri de Flore,
Tu devais, ô Linné ! voir ton bonheur éclore.
La fortune t’ouvrit les jardins de Cliffort3  :
Mais de ses premiers dons, exigeant le salaire,
Elle rompit les nœuds d’une amitié trop chère,
Et du sage Artédi te fit pleurer la mort4.

Ô qui dira les fruits de tes veilles savantes ;
Le sexe, les amours, et les tribus des plantes
Révélés à la fois à tes regards certains !
Et des règnes divers tous les sujets dociles ;
L’insecte fugitif, les métaux, les fossiles
Courant obéissants se ranger sous tes mains !

Mais vous m’abandonnez, ô Vierges du Permesse5 !
Votre fuite rapide a trahi ma faiblesse ;
Et je sens expirer mes timides accents.
Venez, maîtres heureux de ses cordes mobiles,
Venez, ôtez la lyre à mes mains inhabiles :
C’est de vous qu’un grand homme attend un digne encens.

Vous chanterez du Nord l’éclatante lumière ;
Mais votre voix bientôt, plus fidèle et plus fière,
Dira qu’un nom français fut aussi couronné.
Les pas de Tournefort, guidés par la nature,
Sont empreints les premiers dans cette route obscure
Où leur trace savante a dirigé Linné.

Oui, vous peindrez Linné, l’orgueil de sa patrie,
Entouré de ses fils, d’une épouse chérie,
Riche à la fois de biens, et de gloire, et d’honneur ;
Et vous direz qu’alors la fortune bizarre
À la voix du génie ouvrant sa main avare,
Pour la première fois lui laissa le bonheur.

Quand un trépas tardif vint clore sa paupière,
Vous peindrez son pays, son roi, l’Europe entière,
D’un regret solennel honorant ses adieux :
La nature voilée, immobile, muette,
Pleurant, dans un long deuil, l’éloquent interprète
Qui lut de ses secrets l’ordre mystérieux.

Quel succès vous attend, quand d’un essor sublime,
Vos accords offriront à la publique estime
Ces noms, de l’univers le triomphe et l’orgueil !
Vous, fils mélodieux d’une patrie aimée,
Elle fie à vos mains l’agile Renommée :
De l’immortalité la Lyre ouvre le seuil !

O fortuné pays, ô chère et noble France !
Doux climat, sol fécond, berceau de la vaillance,
Asile accoutumé des talents immortels !
Du Génie étranger honore la mémoire.
En vain le monde entier proclamerait sa gloire
Si l’encens de tes fils manquait à ses autels !

 Commentaire :

Ces stances de Mme Tastu furent lues lors d’une séance publique de la Société linnéenne de Paris le 28 décembre 1821. Loin d’être occasionnelle, l’inclusion de tels poèmes fut fréquente lors des premières manifestations de cette société : le volume source consacre une partie entière à ces formes de « Littérature appliquée aux sciences naturelles ».

  1. Allusion à Olof Rudbeck (1630-1702). []
  2. Sens obscur (il est possible que le texte soit altéré). []
  3. Le Hollandais George Clifford (1685-1760), président de la Compagnie néerlandaise des Indes orientales et botaniste, permit à Linné de dresser un catalogue de ses très riches collections, l’Hortus Cliffortianus (1737). []
  4. Peter Artedi (1705-1735), naturaliste suédois avec lequel Linné se lia intimement lors de ses études à Uppsala, mourut noyé à Amsterdam. []
  5. Les Muses. []

Anonyme

Pascal Duris, Hugues Marchal

Auteur : Anonyme

Source : L’Ami des champs, journal d’agriculture, de botanique, et Bulletin Littéraire du Département de la Gironde, 1827, t. 5, p. 322-323.

Extrait

HYMNE À LINNÉ (1827)

Peintre immortel de la nature,
À l’ombre de ces bois fleuris
Et sur les bords d’une onde pure,
Tu vois tes enfants réunis.

De l’Atlantique jusqu’au Gange1,
De l’Ourse aux africains déserts,
L’hymne d’amour et de louange
Pour toi retentit dans les airs.

Partout une heureuse harmonie
Répète tes doctes leçons :
En tous lieux ton puissant génie
Instruit encor tes nourrissons.

Avant toi, de sombres nuages
Sur nos yeux mettaient un bandeau :
Tu parus, et de tes ouvrages
Sortit un monde tout nouveau.

Sans règles fixes, la science
Confondait mille objets divers :
D’un coup d’œil ton génie immense
Ordonna ce vaste univers.

Ainsi les rayons de ta gloire
Remplissaient le monde savant ;
Quand, dans le temple de mémoire,
Ton rival (1) s’assit un instant.

Sur ses peintures magnifiques
Il attira bientôt les yeux ;
Dans ses périodes magiques
Brilla le langage des dieux.

Mais trop souvent l’erreur d’un songe
Remplaça la réalité,
Et l’on n’admira qu’un mensonge
Qu’on prenait pour la vérité.

Cependant tu suivais ta route :
Exempt de prestige et de fard,
Tu sus dissiper chaque doute,
Et devins sublime sans art.

Permets que nos mains te couronnent
De fleurs dont le secret t’est dû :
Ces guirlandes, nos mains les donnent
Aux talents joints à la vertu.

(1) Buffon est admirable comme écrivain. Comme naturaliste, il se livre trop à l’esprit d’hypothèse, qui n’est pas l’esprit d’observation, lequel néanmoins est le seul qui fasse avancer les sciences.

Commentaire

L’unique note infrapaginale réaffirme l’hostilité des néolinnéens à l’encontre de Buffon et de son œuvre.

  1. La Société linnéenne de Bordeaux a des sections un peu partout dans le monde. []